Monday, September 6, 2010

Politiques Haitiennes- Ref: Candidats à la présidence Baker et Céant





NOTE DE PRESSE
OBJET : Rencontre entre M. Charles-Henri Baker et le Président René Préval

DATE : 5 Septembre 2010

Lettre à la Cour Superieure des Comptes et du Contentieux Administratif - Dossier CEP
par Jean-henry Ceant, vendredi 27 août 2010, à 16:43 (Lire aussi en bas)


Le bureau de presse du parti RESPÈ informe le publique en général et la presse en particulier,
que M. Charles-Henri Baker, le président du parti, a eu une rencontre dans la mâtiné du

dimanche 5 Septembre avec le Président René Préval, à l’invitation de ce dernier, en sa

résidence. La rencontre a duré environ 3 heures.

Le Président Préval, durant un long exposé, a indiqué son désir de rencontrer tous les

candidats afin d’assurer un climat de convivialité. Il a aussi exprimé sa préoccupation que le

prochain changement de gouvernement ne débouche sur des exils, des blocages ou des

chasses aux sorciers comme par le passé.

Il a par ailleurs indiqué qu’il avait donné des instructions à tous les ministères de préparer un

état des lieux ainsi que tous les dossiers importants, en particulier ceux liés à la CIRH, afin d’en

informer tous les candidats à la présidence.

Le président du parti RESPÈ a attiré l’attention du Président Préval sur la situation déplorable

dans laquelle se trouvent les concitoyens regroupés dans les camps d’hébergement. Il a

aussi souligné la réponse inefficace du gouvernement au tremblement de terre.

Concernant les prochaines élections, M. Charles-Henri Baker a clairement fait comprendre au

Président Préval que ses actions et ses inactions, ainsi que celles du Conseil Electoral

Provisoire, avaient entrainé la méfiance générale des acteurs politiques et de la population,

et une perte totale de confiance dans le processus électoral. En conséquence, ces

élections allaient devoir se dérouler dans une atmosphère de tension et de mobilisation contre

une éventuelle fraude électorale.

Le président du parti a cité quelques exemples qui ont grandement contribué à soulever la

méfiance populaire:

Le traitement opaque durant les élections sénatoriales de 2009 de dossiers de candidats

populaires tel que le Père Anick dans l’Artibonite.

Le non respect par le CEP de la loi électorale et la non application de l’article 161.1 traitant de l’identification et la signature des votants, malgré les nombreuses revendications du parti RESPÈ.


L’influence du pouvoir dans l’obtention de décharge inappropriée et inconstitutionnelle pour tous les membres proches de l’exécutif ; ministres, directeurs généraux etc.…



L’utilisation de deux poids deux mesures par le pouvoir dans sa manière de présenter des objections et des informations afin de disqualifier des candidats non sympathiques au pouvoir tel que M. Wyclef Jean et Mme. Claire Lydie Parent.


L’affaiblissement des institutions faute de nomination notamment celle du Président de la Cour de Cassation.


M. Baker a aussi fait remarquer au Président Préval que pour une deuxième fois, il terminait son mandat avec une crise institutionnelle et un vide parlementaire faute de n’avoir pas réalisé des élections crédibles dans les délais prescrits par la constitution.

Malgré les différentes remarques et réponses du Président Préval, le président du parti RESPÈ lui a fait les recommandations suivantes :

1- Renvoyer le conseil Electoral Provisoire et entamer immédiatement un processus de consultation avec les institutions concernées afin de former un nouveau Conseil Electoral.

2- Permettre que la campagne puisse se dérouler sur une période plus longue allant du 27 septembre au 26 novembre.

3- Que la Présidence invite clairement les citoyens à participer en masse aux élections, car l’impression qui se dégage est que l’Exécutif ne le souhaite pas.

Bien que la rencontre se soit terminée cordialement aux environs de midi, M. Charles-Henri

Baker n’en est pas ressorti convaincu que des mesures appropriées allaient être prises afin de rétablir la confiance dans le processus électoral.

Nous pensons malgré tout que la voie pour sortir de cette situation passe par une mobilisation et une participation massive aux élections du 28 Novembre. Ce ne sera pas la première fois qu’un Conseil Electoral soumis à un gouvernement en place n’aura pas pu enlever à la population ses choix de Députés, de Sénateurs et de Président.

Evelyne Cheron – Pour le bureau de presse du parti RESPÈ et Charles-Henri Baker

__________________________________



REGROUPEMENT RENMEN AYITI 63


Port-au-Prince, ce 23 août 2010

Aux

Président, Vice-président et Membres de la Cour Supérieure des Comptes

Et du Contentieux administratif



Honorables membres de la Cour,

Le sieur Jean-Henry CEANT, propriétaire, demeurant et domicilié à Port-au-Prince identifié par ses numéros de Carte d’identification Nationale (CIN) et d’Identification fiscale (NIF) 01-01-99-1956-09-00194 et 003-000-397-1 ; agissant en sa qualité de Candidat agréé à la Présidence de la République d’Haïti, ayant pour avocats constitués, avec élection de domicile au Cabinet du premier avocat sis à l’angle des rues Aubran et Lambert, au dernier étage du Complexe Galleria Mes Camille LEBLANC, Wilson ESTIME, Thierry MAYARD-PAUL, Gregory MAYARD-PAUL, Stanley LAFORTUNE, Reynold GEORGES et Briel LAGRANDEUR du Barreau de Port-au-Prince dument identifiés, patentés et imposés pour l’exercice en cours aux Nos 003-020-066-0-, 01-18-99-1956-0500004 ; 414480, A-77062 ; 001-381-102-4, 05-01-99-1960-07-00042, 4051233, 4051234 ; 01-01-99-1958-01-00208, 003-221-221-6 ; 935435982, 436042 ; 003-580-950-2, 541821, 570081 ;

A l’honneur de vous exposer :

Que Candidat agréé à la Présidence de la République pour les élections du 28 novembre 2010, il a été interpellé par des déclarations faites à la radio que certains autres candidats eux aussi agréés anciens ordonnateurs de l’Etat, n’auraient pas reçu les documents de décharge prévus par la Loi et la Constitution.

Cette attitude, Honorables Membres de la Cour, serait préjudiciable et enlèverait au Conseil Electoral Provisoire le minimum de Crédit qui lui restait, d’autant qu’il a appliqué la loi contre d’autres candidats qui ont eu le tort de n’être pas soutenus par le pouvoir.

Cette situation, vous en conviendrez, Honorables Membres de la Cour, est préoccupante surtout pour tous ceux et celles qui souhaitent ardemment contribuer à la consolidation des acquis démocratiques en se portant candidats à la Magistrature Suprême.

Afin de rassurer tous ceux et celles qui veulent s’impliquer dans la bataille électorale, l’exposant requiert, qu’il vous plaise, Honorables membres de la Cour, de lui faire tenir, au cas où la Cour aurait délivré des rapports favorables ou arrêts de décharge en faveur des personnes suivantes :

Jacques Edouard ALEXIS Ancien Premier Ministre,
Ancien Ministre de l’Intérieur

Ancien Ministre de l’Education Nationale.

Yvon NEPTUNE Ancien Premier Ministre
Lesly VOLTAIRE Ancien Ministre de l’Education Nationale
Ancien Ministre des Haïtiens vivant à l’étranger

Ancien Responsable des activités du 250ème anniversaire de Port-au-Prince

Yves CHRISTALLIN Ministre des Affaires Sociales
Ancien Administrateur de l’APENA

Ancien Administrateur du Ministère de l’environnement

Ancien questeur de la Chambre des députés

Ancien Président de la Chambre des Députés

Josette BIJOU Ancien Ministre de la Santé Publique et de la Population
Jude CELESTIN Directeur Général de : CNE


Dans l’attente de cette communication dans un court délai, vu l’urgence, l’exposant vous prie d’agréer, Honorables membres de la Cour, ses patriotiques salutations.



Jean-Henry Céant

Candidat agréé à la Présidence





C.c. Edmond MULET, Représentant des Nations-Unies en Haïti

Colin GANDERSON, Représentant de l’OEA de la CARICOM

Sénat de la République

________________________________________

Suivez-nous sur Twitter:

Facebook

Le blog de Haiti Connexion

Radio Haiti Connexion

No comments:

Featured Post

La diaspora haïtienne aux Etats-Unis d’Amérique régresse et le constat est alarmant

 Par Kerlens Titus Il y a des réflexions qui ne sont pas à la portée de tous, mais qui doivent être faites. La diaspora haïtienne aux Et...