Wednesday, November 27, 2013

Caribbean leaders defend Haiti, denounce the Dominican Republic--Statement in French of Haiti Government (below)


MIAMI — Declaring that it can no longer be business as usual, the Caribbean Community on Tuesday suspended the Dominican Republic's application to join its regional economic bloc and called on the country's leaders to urgently "take immediate, credible steps" to stave off a potential humanitarian crisis triggered by a citizenship ruling.

The decision came with a formal condemnation of the Dominican Republic's constitutional court ruling of Sept. 23 stripping citizenship from anyone born in the country to parents who were there illegally. And it happened despite a last-minute assurance by Dominican President Danilo Medina that persons - the majority of them of Haitian descent - affected by the ruling would not be deported.

Trinidad and Tobago Prime Minister Kamla Persad-Bissessar, chairwoman of the Caribbean Community (Caricom), said she received word from Medina on Tuesday morning that "the government of the DR will not deport any of the persons affected by the ruling of the constitution court and measures are to be taken to ensure that no one is deported."

"Caricom expects these assurances by the Dominican Republic will be honored," Persad-Bissessar said at a news conference after a special meeting by Caricom's leaders on the court decision. "Caricom is prepared to engage the DR, but the government of the DR must be prepared to show good faith by immediate, credible steps as part of an overall plan to resolve this nationality and attendant issues in the shortest possible time."

Persad-Bissessar, incoming Caricom chairman St. Vincent and the Grenadines Prime Minister Ralph Gonsalves and former chairman Haitian President Michel Martelly spent several hours discussing the issue Tuesday. They also heard from members of civil society who denounced the measures and presented a Caribbean-wide petition condemning the decision. Among the points made during the discussions: the court ruling violates the Dominican Republic's international human rights obligations.

"It is especially repugnant that the ruling ignores the 2005 judgment made by the Inter-American Court on Human Rights (IACHR) that the Dominican Republic adapt its immigration laws and practices in accordance with the provisions of the American Convention on Human Rights," Persad-Bissessar said.

Tuesday's meeting came as new tensions between Haiti and the Dominican Republic escalated. In recent days, hundreds of Haitians have been expelled by Dominican authorities - and many continued to leave voluntarily Monday - after violence broke out in the southwestern Dominican border town of Neiba in response to the fatal stabbing of an elderly couple in an apparent home burglary. Residents later killed a Haitian man, Haitian officials said.

Haiti's Foreign Ministry late Saturday demanded an explanation from Dominican authorities, whose soldiers reportedly drove Haitians across the border into Haiti. As of Monday, no formal explanation had been given, Foreign Minister Pierre-Richard Casimir said.

Martelly spoke of the recent deportations, which came after Haiti and the Dominican Republic began diplomatic talks over the weekend in Venezuela to address the issue. Instead of the Dominican Republic showing good faith actions, Martelly said, "this weekend about 300 Haitians were repatriated."

"We are talking about kids who are 1, 3 days old. We are talking about young girls, young boys and mothers who do not know the country, Creole or French. ... It's already creating problems," he said.

Martelly said Haiti is committed to having good relations with the Dominican Republic but he isn't even sure that planned talks for later this week will occur. "We want some action," he said. Gonsalves said the Dominican Republic is not demonstrating "good faith" in trying to address the issue.

"Do something about the problem and we will begin to engage with you at a different level," he said. "But you have to do something credible."

Gonsalves had asked his fellow leaders to not only formally condemn the Dominican court's ruling but also to adopt the position taken Friday by the Organization of Eastern Caribbean States. In addition to asking that Caricom's application be suspended, the organization asked for the Dominican Republic's membership in CARIFORUM, a grouping of former European colonies that receive preferential trade terms from the European Union, to be reviewed. They also demanded that other nations in the hemisphere speak up, a call that was reiterated Tuesday.

"Given the grave humanitarian implications of the court ruling, the Community cannot allow its relationship with the Dominican Republic to continue as normal," Persad-Bissessar said, quoting the official communique. "Furthermore, the community will review its relationship with the Dominican Republic in other fora including that of CARIFORUM, CELAC and the OAS. It cannot be business as usual.

"Moreover we call on the global and regional community to pressure the government of the Dominican Republic to adopt urgent measures to ensure that the jaundiced decision of the constitutional Court does not stand and that the full citizenship rights of persons of Haitian descent, born in the Dominican Republic, are guaranteed."

Read more here: http://www.bellinghamherald.com/2013/11/26/3340289/caribbean-leaders-defend-haiti.html#storylink=cpy ___________________________________

Déclaration de la présidence haitienne: (Français) Bureau de la présidence haitienne: Bureau de Communication de la Présidence Contact : Bureau de Communication Phone : +509 29 92 07 01 Email : communications@presidentmartelly.ht La CARICOM condamne vigoureusement la décision de la Cour constitutionnelle dominicaine et demande aux Dominicains de sursoir à l’application de cette mesure · La Communauté des Caraïbes suspend l'examen de la demande dominicaine à l'adhésion de la CARICOM · La CARICOM sollicite l’appui de la communauté internationale pour forcer les Dominicains à rectifier le tir

Port-au-Prince, mardi 26 Novembre 2013. Le Bureau de Communication de la Présidence informe la population en général et la Presse en particulier que le Président de la République, S.E.M. Michel Joseph Martelly, est rentré au pays ce mardi 26 Novembre, après sa participation à Trinité et Tobago à la réunion spéciale du Bureau des Chefs d’Etat et de Gouvernement de la Communauté des Etats de la Caraïbe (CARICOM) sur l’effet de la sentence TC/0168/13 adoptée par la Cour Constitutionnelle dominicaine en date du 23 Septembre 2013.

A l’issue de cette réunion, la Communauté des Caraïbes (CARICOM) a vigoureusement condamné cette décision jugée odieuse et discriminatoire qui prive rétroactivement des dizaines de milliers de Dominicains, la plupart d'origine haïtienne, de leur citoyenneté, les rend apatrides et sans recours en appel.

Par ailleurs, les Etats membres du Marché Commun Caribéen dénoncent la violation par la République Dominicaine de la décision adoptée en 2005 par la Cour Interaméricaine des Droits de l'Homme (CIDH) relative aux pratiques d'immigration, en conformité avec les dispositions de la Convention américaine sur les droits de l'homme ; alors que la République dominicaine avait paraphé ce document. La Communauté des Caraïbes fait remarquer que cette mesure viole également, par là, les obligations internationales prises par la République dominicaine.

Aussi, les Etats membres de la CARICOM réitèrent-ils leur appel au gouvernement de la République dominicaine pour qu’il prenne, de toute urgence, les mesures politiques, législatives, judiciaires et administratives nécessaires pour remédier à la grave situation humanitaire que peut provoquer cette décision. La Communauté invite également les pays et les organisations régionales et continentales à prêter leur voix pour exhorter la République dominicaine à rectifier le tir.

La CARICOM félicite l’intervention du Venezuela en vue d’aider à résoudre le problème. Cependant, elle a décidé de revoir ses relations avec la République dominicaine. Aussi, suspend-elle l'examen de la requête dominicaine à intégrer la Communauté des Caraïbes. En outre, elle entend également reconsidérer ses relations à d’autres niveaux à savoir : la CARIFORUM, la CELAC et l'OEA.

D’un autre côté, la CARICOM soutient une visite de la Commission Interaméricaine des Droits de l'Homme en République Dominicaine et demande un avis consultatif de la Cour Interaméricaine des Droits de l'Homme. La Communauté examinera également l'introduction d'une résolution à l'Assemblée Générale des Nations-Unies pour condamner la décision de la Cour Constitutionnelle dominicaine.

La CARICOM, qui fait de ce dossier sa plus grande priorité, demande à la communauté internationale de faire pression également sur le gouvernement dominicain pour qu’elle sursoie à l’application de cette décision attentatoire aux droits des personnes d'origine haïtienne nées en République dominicaine.

La Communauté subordonne la reprise de ses relations habituelles avec la République dominicaine à l’adoption, dans le plus bref délai, par cet Etat, de mesures crédibles et immédiates circonscrites dans le cadre d'un plan global pour résoudre le problème de la nationalité et les autres questions auxiliaires.

Le Président de la République, S.E.M. Michel Joseph Martelly, réaffirme la détermination de son administration à garantir les droits de tous les Haïtiens et à œuvrer dans le sens des intérêts supérieurs de la nation.

-FIN-

Monday, October 14, 2013

Le chanteur Jean-Michel Daudier est mort


C'est avec une grande peine que nous vous annonçons la mort de Jean Michel Daudier, artiste chanteur, compositeur et produteur, survenue ce 14 octobre 2013 en Floride, à l'âge de 56 ans. Jean-Michel était un ami de tout le monde; avec ses chansons il touchait tous les coeurs. "L'amour n'a pas de frontière", c'est le titre de la chanson sur laquelle il travaillait comme il nous l'a annoncé lui-même sur sa page Facebook le 6 octobre dernier. Il était un membre de Haiti Connexion Forum, un ami de toute l'équipe de Haiti Connexion Network et il nous faisait parvenir de temps en temps ses messages inspirants qui nous interpellaient pour une Haiti meilleure. "lLem pa wè solèy la" fut un hit de ses compisitions en 1986, lequel annonçait comme la fin de la dictature. Jean Michel va nous manquer grandement! A ses parents, proches , amis et admirateurs, nous présentons nos sincères condoléeances. Nos semtiments profonds de sympathie à Mr et Mme Eddy Lagroue, respectivement beau-frère et soeur de Jean-Michel. Paix à son âme !

Haiti Connexion Network

Saturday, August 10, 2013

La mort du juge Jean Serge Joseph et le rapport de la commission sénatoriale enquêtant ce décès


Haïti Nouvelles-Août 9, 2013

(Version anglaise)

Haïti Network Connection a reçu une copie électronique de 32 pages du Comité sénatorial "enquêtant" la mort du juge Jean Serge Joseph.

Ce rapport révèle selon les sénateur haïtiens membres de la commission que le président Michel Martelly, le Premier Ministre Laurent Lamothe et le ministre de la Justice Jean Renel Sanon leur avaient menti anisi qu'à la «nation» quand ils ont nié avoir été présents lors d'une réunion avec le juge Serge Jean Joseph avant sa mort survenu 48 après le samedi 13 Juillet 2013.

Le juge, selon les témoignages de plusieurs individus, a eu une réunion avec les plus hautes autorités du pays, en l'occurence Martelly et Lamothe, selon le rapport de 32 pages.

 

Aux dires de l'épouse du juge décédé, une boisson était offerte au juge à l'issue de la réunion, sur l'insistance du procureur général. Le juge en avait bu [du verre] (...) Et le juge est tombé malade la nuit du vendredi 12 au samedi 13 Juillet 2013. La recontre qui, selon le rapport, a eu lieu le jeudi 11 Juillet, 2013 avait pris place dans les locaux du bureau de l'avocat Gary Lissade, conseiller présidentiel. Celui-ce "était tendre" avec le juge tandis que les autres étaient très durs envers le juge qui avait dit , selon ses propres mots à sa femme, qu'il a été "abusé" par les autres ...

En raison de ces mensonges qui sont aggravés par le parjure, les sénateurs veulent que les trois officiels soient jugés pour haute trahison. Et ils veulent que le procureur général soit également jugé pour cover-up tandis que le conseiller spécial à la Présidence serait également jugé comme étant un réceleur

Le rapport des sénateurs ne s'est pas concentré sur les rumeurs d'empoisonnement dont le juge aurait été victime. Toutefois, les sénateurs dans leurs rapport accusent les fonctionnaires ci-dessus d'avoir provoqué le stress mental et la détresse au juge Serge Joseph qui finalement est passé de vie à trépas d'un AVC ou accident vasculaire cérébral soit 48 heures après la présumée réunion avec les représentants du gouvernement.

Les sénateurs recommandent que les responsables soient jugés pour haute trahison, car non seulement ils ont menti, mais ils avaient essayé avec force de faire pression sur un juge qui tentait de faire son devoir et son travail selon ses prérogatives constitutionnelles.

L'affaire a découlé des accusations de corruption portées par deux adversaires politiques contre Mme Martelly et son fils Olivier Martelly, également fils du Président Martelly. Le juge décédé menait des audiences préliminaires quant à cette affaire et voulait auditionner certains responsables clés du gouvernement, y compris PM Lamothe , ce que le président était censé ne pas vouloir, selon la commission sénatoriale publiée le jeudi 8 août 2013.

Les résultats d'autopsie du médecin légiste du Canada où l'autopsie avait été réalisée ont révélé que le juge avait succombé à un AVC

_Rédigé par le Staff de HCN

______________________________

Voici maintenat un clip sonore relatif aux propos du président de la Commission sénatoriale expliquant les conclusions et les recommandations sénatoriales au sujet de cette affaire. Ce clip nous a été expédié par l'un des correspondants d'Haiti Connexion Network en Haiti

Thursday, July 4, 2013

Coup In Egypt: The army overthrew the elected president Morsi


Coup in Egypt: The army overthrew the elected president Morsi

The military overthrew Wednesday Islamist Mohamed Morsi, the first democratically elected civilian president of Egypt, after a tumultuous year in power marked by repeated crises sometimes deadly.

Consultations for the formation of the next government begin "now", announced on the night of Wednesday to Thursday the opponent and former presidential candidate Amr Moussa.

In a first reaction, Morsi, faced during his presidency in a popular protest that peaked in recent days, said that "the coup was rejected by all free men in the country", thus casting risk the continuing standoff. The announcement of the army was met with an explosion of joy in the tens of thousands of his opponents protesting en masse across the country.

This dramatic development recalls the fall of the regime of Hosni Mubarak was ousted in February 2011 after 18 days of mass protests calling for his departure.

The United call for cessation of all arbitrary detentions including Morsi's Related Topic: Egypt: Morsi supporters denounced the "coup"

Tuesday, July 2, 2013

Nouvelles d'Haiti du 23-30 juin 2013 avec Pegie de Haiti Connexion Network



Check this out on Chirbit

_______________________________________

Tweets RadioHaiti Connexion ‏@haiticonnexion 1h La Lauréate du Concours National d'Orthographe refuse de venir en France à cause du comportement du Consulat français http://www.glamourparis.com/snacking-du-web/articles/la-laureate-du-concours-national-d-orthographe-refuse-de-venir-en-france-a-cause-du-comportement-du-consulat-francais/19512#.UdN3ykrRplI.twitter …

View summary

RadioHaiti Connexion ‏@haiticonnexion 2h

[Audio] Nouvelles du 23-30 juin 2013 avec Pegie de Haiti Connexion Network http://chirb.it/zBatx1 Expand

RadioHaiti Connexion ‏@haiticonnexion 13h

Haiti:Des médecins indifférents envers les malades à l'HUEH http://cggilb.wix.com/haiticonnexionnetwork#!__faits-divers-haiti/hopital1 …

Expand

RadioHaiti Connexion ‏@haiticonnexion 13h

Haiti-The Association «Kouraj» deplores the 'homophobic' statements of a Haitian group of religious leaders Expand

RadioHaiti Connexion ‏@haiticonnexion 13h

President Obama Nominates New York's Patrick Gaspard For South Africa Ambassador http://fw.to/s43sj7 View summary

RadioHaiti Connexion ‏@haiticonnexion 14h

Haiti-Le Nouvelliste - L'Ecole de droit de Jacmel fermée par un groupe d'étudiants:

http://lenouvelliste.com/article4.php?newsid=118572#.UdK7VShuW1p.twitter …

Expand

RadioHaiti Connexion ‏@haiticonnexion 14h

Haïti-Santé : Recrudescence du choléra à « Peyi Pouri », une localité proche de Fonds Parisien: http://www.alterpresse.org/spip.php?article14792#.UdK1OAXdHp0.twitter …

Expand

RadioHaiti Connexion ‏@haiticonnexion 21h

Obama announces African electricity initiative, reflects on Mandela http://nbcnews.to/18scvdQ via @NBCNewsWorld Expand

RadioHaiti Connexion ‏@haiticonnexion 23h

Soledad O'Brien joins Al Jazeera America - Yahoo! News http://news.yahoo.com/soledad-obrien-joins-al-jazeera-america-214742128.html … via @YahooNews

View summary

RadioHaiti Connexion ‏@haiticonnexion 1 Jul

Haiti-Le Nouvelliste - Des médecins indifférents envers les malades à l'HUEH http://lenouvelliste.com/article4.php?newsid=118491#.UdHrCi_N3QA.twitter …

Expand

RadioHaiti Connexion ‏@haiticonnexion 1 Jul

Cirque du Soleil Performer Killed in Fall | ABC News Blogs - Yahoo! http://gma.yahoo.com/blogs/abc-blogs/cirque-du-soleil-performer-killed-fall-105502076.html … via @YahooNews View summary

RadioHaiti Connexion ‏@haiticonnexion 1 Jul

Haiti leader admits he lied to ban Dominican poultry

Le leader d'Haiti admet qu'il a menti (Dominican Today) http://www.dominicantoday.com/dr/local/2013/7/1/48135/Haiti-leader-admits-he-lied-to-ban-Dominican-poultry …

Expand

RadioHaiti Connexion ‏@haiticonnexion 1 Jul

HAITI- LE DISCOURS DU SIECLE PAR EMMANUELLE GILLES http://cggilb.wix.com/haiticonnexionnetwork/apps/blog … Expand

RadioHaiti Connexion ‏@haiticonnexion 30 Jun

Scandale NSA : la France et l'UE exigent des explications des Etats-Unis

http://www.lemonde.fr/europe/article/2013/06/30/scandale-nsa-l-ue-a-pris-contact-avec-les-etats-unis_3439166_3214.html … via @lemondefr

View summary

RadioHaiti Connexion ‏@haiticonnexion 30 Jun

US-La NSA espionnait l'Union européenne http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2013/06/29/prism-la-nsa-espionnait-l-union-europeenne_3439112_3222.html … via @lemondefr

View summary Reply Delete Favorite More

RadioHaiti Connexion ‏@haiticonnexion 30 Jun

Haiti Connexion Network souhaite Bonne Fête des Pères aux papas d'Haiti

Expand

RadioHaiti Connexion ‏@haiticonnexion 30 Jun

Haïti - Santé et commerce : Pour une meilleure régulation du système national: http://www.alterpresse.org/spip.php?article14787#.UdAI6fgJqgw.twitter …

Expand

Monday, July 1, 2013

Des médecins indifférents envers les malades à l'HUEH --Martelly et Medina confèrent à Managua


Des médecins indifférents envers les malades à l'HUEH [de Port-au-Prince] Source: Le Nouvelliste

5 heures 30 p.m., un samedi comme les autres. Quelques dizaines de patients, certains accompagnés d'un proche, attendent depuis des heures qu'un médecin veuille bien se pencher sur leur cas. Sur un lit à l'extrémité de la salle commune, un homme crie à se défoncer les poumons. Tout près, assis sur une chaise, un autre pleure un ami, étendu sur des draps ensanglantés, et qui vient de rendre l'âme.

Manifestement, toute cette misère indiffère les quelques médecins de garde. Scotchés à leurs appareils électroniques et à leurs pages Facebook, ils rabrouent systématiquement les proches des patients qui osent aller s'enquérir auprès d'eux de l'état de leur frère, soeur, mère, père, fils ou ami malade. Ils font la grève du zèle, exigeant que l'État, qui a pourtant payé leurs études, leur rembourse les arriérés de salaire auxquels ils ont droit. Quitte à ce que quelques patients désargentés trépassent dans d'atroces souffrances...

Mépris insurportable

Parlez-en à Marjeanne, 30 ans, mère d'un garçonnet de huit ans. Son fils a fait une chute très tôt ce samedi matin, se cassant le bras. Bouleversée, elle court à l'HUEH, où on refuse de soigner son fils qui se tord de douleur. Elle se rend ensuite chez Médecins sans frontières. Faute de spécialiste, on lui dit qu'on ne peut rien pour son garçon...Désespérée, Marjeanne contacte une amie, une bonne samaritaine qui connaît des gens à l'HUEH. A 5 heures de l'après-midi, le couple retourne à l'HUEH. Le fils est finalement pris en charge.

« Si mon garçon a été soigné, c'est grâce à mon amie qui connaissait quelqu'un à l'hôpital, explique la mère éplorée. Mais je trouve quand même anormal que des médecins se comportent de la sorte vis-à-vis de patients qui souffrent !»

... Jonathan, un jeune dans la vingtaine qui venait de tomber avec sa motocyclette, n'a pas eu cette chance. Ne connaissant personne à l'hôpital, il a rendu l'âme le jour même, quelques heures après avoir été admis dans «le plus grand centre hospitalier du pays.»

Discrimination démesurée

« J'ai été voir un médecin pour venir en aide à mon ami grièvement blessé, confie l'ami de Jonathan, l'air indigné. Il souffrait et saignait beaucoup... Le médecin n'a même pas daigné me regarder, en dépit du fait que je le suppliais. Il m'a finalement répondu avec un air dédaigneux qu'il n'était pas question pour lui de soigner ni les motards ni les policiers, qui, selon lui, font du tort à la société... Pourtant, Jonathan était un jeune homme honnête qui n'aurait pas fait de mal à une mouche. L'attitude de ce médecin est tout simplement criminelle !»

Ce n'est pas Carlo Pierre-Louis, un quinquagénaire de Croix-des-Bouquets, qui dira le contraire. Venu à l'HUEH pour traiter une infection urinaire qui le faisait souffrir amèrement, il raconte avoir supplié un médecin, qui s'est contenté de l'humilier.

Triste constat

« Je ne savais pas qu'un médecin pouvait avoir le coeur aussi dur envers les patients, malgré leur souffrance, dit-il. Je n'ai personne pour m'aider, pour m'apporter à manger. Je suis ici depuis 7 jours, aucun médecin ne s'est encore penché sur mon cas. Peut-être que Dieu veut m'éprouver, comme il a fait pour Job.»

Chose certaine, si Job pouvait voir tous ces malades en attente dans les couloirs, couchés par terre sur des morceaux de draps, esseulés, certains affamés, il ne serait pas dépaysé... Les nombreux décès survenus à l'HUEH ne seraient-ils pas dûs en partie aux bavures médicales?

________________________________________ Le président dominicain dit que son homologue haitien Matelly reconnait que le poulet et les oeufs dominicains sont de bonne qualité

Santiago, Dom. Rep - Le président Danilo Medina a révélé dimanche que son homologue haïtien a admis que les produits avicoles de la République dominicaine sont de bonne qualité et que l'économie était derrière l'interdiction de Port-au-Prince.

La déclaration du dirigeant de la République dominicaine est venue un jour après sa rencontre avec Michel Martelly et le ministre des affaires étrangères Pierre-Ricard Casimir lors du sommet des pays membres de Petrocaribe au Nicaragua samedi. La vraie raison, toujours selon Medina, est une affaire de taxation qui n'est pas faite dans les zones frontalières.

__________________________________________________

Thursday, June 27, 2013

Décès du Dr. Roseline Georges-Sévère


C’est avec une profonde douleur que nous annonçons la mort de Dr Roseline Georges-Sévère, ophtalmologue ayant pratiqué en Haiti, survenue soudainenement dans la nuit du 20 au 21 juin 2013 en sa résidence à Port-au-Prince, Haiti.

Roseline Georges Sévère est née le 14 janvier 1947 à Port-au-Prince et fut la fille d’Anna Rémy et de François Georges, et sœur de la défunte Myrtho Josué née Georges. Elle fit une partie de ses études classiques chez les Filles de la Sagesse à St Joseph et les acheva au Collège Georges Marc à Port-au-Prince.

En Octobre 1968, elle entra à la Faculté de Médecine et de Pharmacie de Port-au-Prince et reçut son diplôme de Médecin en Août 1974. Elle fit sa Résidence Hospitalière dans le service d’Ophtalmologie à L’ Hôpital de L’Université d’ Etat d’ Haïti pendant 3 ans avant d’aller entreprendre des études post-universitaires à Porto-Rico dans la même spécialité. Elle travailla pendant plusieurs années avec le Dr Gérard Frédérique, de regrettée mémoire, qui contribua pour une large part à sa formation et qui avait vu en elle une bonne Samaritaine.

En plus de sa Clinique privée, elle a travaillé dans la zone de Cite Soleil à deux reprises pendant plusieurs années, à l’Hôpital de la Communauté Haïtienne à Frères. Sa dernière affectation dans le Secteur Public a été l’Hôpital Eliazar Germain à Pétion-Ville. Elle était membre active de l’Association Médicale Haïtienne et de la Société Haïtienne d’Ophtalmologie depuis plusieurs années.

A la Faculté de Médecine, elle rencontra l’homme de sa vie, Blaise Sévère, de la même promotion, avec lequel elle entretint des relations amoureuses pendant six années consécutives avant de connaitre avec lui une vie conjugale ininterrompue, longue de près de 37 ans. Elle lui donna deux(2) filles, Karine et Pascale qui entreprirent elles aussi des études médicales qu’elles ont terminées respectivement en 2003 et 2007.

Roseline Georges Sévère était timide, réservée, mais débordante de vitalité, toujours souriante, se faisant le devoir de toujours faire sourire sur son passage et de répandre le bien autour d’elle. Toute la vie de Roseline peut se résumer à sacrifice, abnégation. Elle a consacré sa vie à ses proches, ses patients et surtout à sa famille, se souciant de leur bien-être dans les moindres détails, inculquant a ses enfants l’amour et le respect d’autrui, le partage et le courage de fournir le meilleur d’elles-mêmes et de garder le sourire, surtout quand les choses ne sont pas faciles. Elle fut une fervente chrétienne et croyait profondément dans la force de la prière. Elle s’est éteinte subitement dans la nuit du 20 au 21 juin 2013.

Toute l’équipe de Haiti Connexion Networl présente ses sincères condoléances aux parents et proches de la défunte

. Les funérailles seront chantées le vendredi 28 juin 2013 à l'église du Sacré-Coeur de Turgeau. L'inhumation aura lieu au cimetière de Port-au-Prince dans le caveau familial.

Sunday, June 23, 2013

Manifs au Brésil


Manifs au Brésil par Pedro Fonseca et Sergio Moraes SALVADOR/BELO HORIZONTE, Brésil (Reuters) - Des manifestations sporadiques ont eu lieu samedi dans une douzaine de villes brésiliennes, signe d'un fléchissement de la mobilisation après une semaine de protestations quotidiennes et deux jours après l'éclatement de violences en marge de gigantesques rassemblements. A Salvador, qui accueillait une rencontre Brésil-Italie dans le cadre de la Coupe des Confédérations, les manifestants se sont en grande partie tenus à l'écart du stade, même si des affrontements ont éclaté avec la police.
Des heurts ont également éclaté à Belo Horizonte, dans le centre-est du pays, en marge d'un match Mexique-Japon. Près de 66.000 manifestants ont défilé dans les rues de la ville pour protester contre l'organisation de la Coupe du monde de football 2014 par le Brésil, considérée comme un gaspillage de l'argent public quand la qualité des services publics laisse encore à désirer.

La police anti-émeute a fait usage de grenades lacrymogènes contre des manifestants qui avaient pénétré à l'intérieur d'un périmètre de sécurité et se dirigeaient vers le stade. Les autres rassemblements se sont déroulés en grande partie dans le calme. Près de 30.000 personnes ont défilé avenue Paulista, à Sao Paulo, pour protester contre un projet de loi qui prévoit de limiter les pouvoirs du parquet pour enquêter, entre autres, sur des affaires de corruption.

Saturday, June 22, 2013

La filariose lymphatique ou l'éléphantiasis


Mars 2013 La Filariose Lymphatique (OMS)

Principaux faits

Plus de 1,4 milliard de personnes dans 73 pays sont menacées par la filariose lymphatique, connue également sous le nom d’éléphantiasis. Plus de 120 millions de personnes sont actuellement infectées, et environ 40 millions d’entre elles souffrent de difformités et sont handicapées par la maladie. La filariose lymphatique peut provoquer une altération du système lymphatique et une hypertrophie de certaines parties du corps, à l’origine de douleurs et de graves incapacités.

Le lymphœdème chronique s’accompagne souvent d’inflammations aiguës localisées de la peau, des ganglions lymphatiques et des vaisseaux lymphatiques. Pour interrompre la transmission, l’OMS recommande de procéder chaque année à une distribution massive de médicaments sous la forme d’une dose unique de deux médicaments associés administrée à toutes les personnes exposées dans les régions d’endémie…

Haiti: Juillet 2011

En compagnie de la Ministre haïtienne de la Santé Publique et de la Population (MSPP), le Dr. Florence Duperval Guillaume, l’ancien Président Jimmy Carter et l’ Ambassadeur des Etats-Unis en Haïti, Kenneth Merten, ont procédé au lancement d’une campagne d’un montant de 1.5 million de dollars dont l’objectif est d’administrer des médicaments à la population en vue d’éradiquer la filariose lymphatique, communément appelée éléphantiasis, dans la région de Port-au-Prince, la dernière région à entamer le protocole de traitement et amener le pays sur la voie de l’éradication de cette terrible maladie. L’Ambassadeur Merten a souligné l’importance de cette campagne « Des maladies comme la filariose lymphatique font plus que causer des souffrances à ceux qui en sont touchés; elles empêchent les victimes de soutenir leur famille et d’être des membres actifs et productifs de la société [...]..aujourd'hui nous renouvelons notre combat contre la filariose lymphatique avec le lancement de cette campagne du traitement de la maladie à travers des communes de Port-au-Prince [...] c'est une tragédie qu'Haïti soit parmi les quatre seuls pays de cet hémisphère où la filariose lymphatique est encore présente [...] la santé est un des quatre secteurs les plus important, dans le cadre de l'aide que les États Unis donne à Haïti [...] Nous travaillons chaque jour pour supporter le Ministère de la Santé Publique afin de renforcer le système de santé en Haïti... » De son côté, la Ministre de la Santé, le Dr. Florence Duperval Guillaume, a déclaré que « grâce à l'engagement des cadres de la santé publique et à la détermination des ministres qui m'ont précédé, nous nous sommes attelé à éliminer cette maladie dans le pays, et fort du support de certaines agences internationales et des partenaires locaux et, en dépit de certaines faiblesses notoires, le programme national d'élimination de la filariose a pu être mis en place. Le but de ce dernier est d'arriver d'ici 2020 à réduire considérablement, si ce n'est d'éliminer, la filariose lymphatique, comme le souhaite l'Organisation Mondiale de la Santé... » Source: Haiti Libre

L’ancien Président des Etats-Unis, Jimmy Carter, qui était présent à la cérémonie à titre d’invité d’honneur a déclaré «...le Carter Center, est le plus grand centre du monde, qui combat cette maladie infectieuse, c'est pour cela que nous avons décidé d'éliminer c'est deux maladies, la filariose lymphatique et la malaria, nous avons décider de faire des efforts pour les éliminer du pays [...] pour la malaria pour les 10 ans à venir nous parlons un budget de 194 millions de dollars. À l'époque, nous avions pensé disposer de 49 millions de dollars pour éliminer la filariose lymphatique seulement pour Haïti, nous avions élaborer un plan de 10 ans pour combattre ces maladies mais malheureusement le séisme a interrompu tout ces travaux... »

La maladie

La filariose lymphatique, communément appelée éléphantiasis, est l’une des maladies tropicales négligées. L’infection se produit lorsque les parasites filaires responsables de la maladie sont transmis à l’homme par des moustiques. Lorsqu’un moustique porteur des larves ayant atteint le stade infectant pique une personne, les parasites pénètrent dans la peau à la suite de cette piqûre. Les larves migrent alors vers les vaisseaux lymphatiques où elles se développent pour devenir des vers adultes qui formeront des «nids» dans le système lymphatique humain.

Bien que l’infestation soit généralement acquise dans l’enfance, les manifestations visibles, douloureuses et gravement défigurantes de la maladie n’apparaissent que plus tard dans la vie. Les épisodes aigus de la maladie causent des incapacités temporaires, mais la filariose lymphatique finit par conduire à une incapacité permanente.

Actuellement, plus de 1,4 milliard de personnes dans 73 pays sont menacées par la maladie. Approximativement 65% des personnes infectées vivent dans la Région OMS de l’Asie du Sud-Est, 30% dans la Région africaine de l'OMS et le reste dans d’autres zones tropicales.

Plus de 25 millions d’hommes sont atteints de lésions génitales dues à la filariose lymphatique et plus de 15 millions de personnes souffrent de lymphœdèmes. Étant donné que la prévalence et l’intensité de l’infection sont liées à la pauvreté, son élimination peut contribuer à la réalisation des objectifs du Millénaire pour le développement des Nations Unies.

Cause et transmission

La filariose lymphatique est due à une infection par des nématodes (vers ronds) de la famille des Filaridés. Ces vers filaires qui ressemblent à des fils, sont de trois types:

Wuchereria bancrofti, qui est responsable de 90% des cas;

Brugia malayi, qui est à l’origine de la plupart des cas restants;

B. timori, qui provoque aussi la maladie dans certains cas.

Les vers adultes logent dans le système lymphatique et perturbent le système immunitaire. Ils ont une longévité de six à huit ans et, au cours de leur vie, produisent des millions de microfilaires (petites larves) qui circulent dans le sang.

La filariose lymphatique est transmise par différents types de moustiques, dont ceux des genres Culex, largement répandus dans les zones urbaines et semi-urbaines; Anopheles, essentiellement présents dans les zones rurales, et Aedes que l’on traite principalement dans les îles d’endémie du Pacifique.

Symptômes

La filariose lymphatique peut prendre des formes asymptomatiques, aiguës ou chroniques. La majorité des infections sont asymptomatiques, sans signes extérieurs d’infection. Cependant, ces infections asymptomatiques causent des dommages au système lymphatique et des lésions rénales, et altèrent le système immunitaire de l’organisme.

Le lymphœdème chronique ou éléphantiasis s’accompagne souvent d’inflammations aiguës localisées de la peau, des ganglions et des vaisseaux lymphatiques, parfois dues à la réponse immunitaire de l’organisme au parasite. Toutefois, elles résultent la plupart du temps de l’infestation bactérienne de la peau là où les défenses normales ont partiellement disparu sous l’effet de lésions lymphatiques sous jacentes.

Lorsque la filariose lymphatique devient chronique, elle conduit au lymphœdème (gonflement des tissus) ou à l’éléphantiasis (épaississement de la peau/des tissus) des membres et à l’hydrocèle (accumulation de liquide). Les seins et les organes génitaux sont fréquemment atteints.

Ces difformités corporelles conduisent à une stigmatisation sociale, ainsi qu’à de graves difficultés financières dues à la perte de revenu et à des dépenses médicales élevées. Le fardeau socio économique associé à l’isolement et à la pauvreté est énorme.

Traitement et prévention

Le schéma thérapeutique recommandé moyennant la distribution massive de médicaments consiste en une dose unique de deux médicaments associés – l’albendazole (400 mg) plus, soit l’ivermectine (150-200 mcg/kg) dans les zones où l’onchocercose (cécité des rivières) est également endémique, soit le citrate de diéthylcarbamazine (DEC) (6 mg/kg) dans les zones où l’onchocercose n’est pas endémique. Ces médicaments éliminent les microfilaires présentes dans le sang.

Il est conseillé aux patients atteints d’incapacités chroniques, telles que l’éléphantiasis, le lymphœdème ou l’hydrocèle, de veiller à une hygiène rigoureuse et de prendre les précautions nécessaires pour prévenir une infection secondaire et une aggravation de la maladie.

La lutte contre les moustiques est un autre moyen qui peut être utilisé pour supprimer la transmission. L’utilisation de moustiquaires imprégnées d’insecticide ou la pulvérisation d’insecticide à effet rémanent à l’intérieur des habitations sont des mesures qui peuvent contribuer à protéger de l’infection les populations des régions d’endémie.

Action de l’OMS

La résolution WHA50.29 de l’Assemblée mondiale de la Santé a appelé instamment les Etats Membres à éliminer la filariose lymphatique en tant que problème de santé publique

Pour donner suite à la résolution, l’OMS a lancé en 2000 le Programme mondial pour l’élimination de la filariose lymphatique (GPELF), dont l’objectif est d’éliminer la maladie en tant que problème de santé publique d’ici à 2020.

La stratégie repose sur deux principaux axes:

interrompre la transmission moyennant la mise en place de programmes annuels de traitement à grande échelle, appelés aussi programmes de distribution massive de médicaments, afin de couvrir l’ensemble de la population à risque;

soulager les souffrances causées par la filariose lymphatique moyennant la prise en charge de la morbidité et la prévention des incapacités.

Distribution massive de médicaments (DMM)

Pour parvenir à interrompre la transmission, il faut premièrement réaliser une cartographie de la maladie, pour savoir où administrer les médicaments, et ensuite une distribution massive de ceux-ci chaque année à l’ensemble de la communauté sous forme de doses uniques d’albendazole et, soit de diéthylcarbamazine soit d’ivermectine,est mise en œuvre dans les régions d’endémie, afin de traiter l’ensemble de la population à risque.

La distribution massive de médicaments doit être poursuivie pendant quatre à six ans afin d’interrompre complètement la transmission de l’infection. En 2011, 59 pays d’endémie avaient achevé la cartographie de la maladie et 53 pays avaient commencé à mettre en œuvre la DMM. Sur ces 53 pays, 12 sont désormais passés à la phase de surveillance qui suit cette distribution massive de médicaments.

De 2000 à 2010, plus de 3,4 milliards de traitements ont été administrés à une population ciblée de 900 millions d’individus dans 53 pays, ce qui a considérablement réduit la transmission dans de nombreux lieux. Les données de recherche récentes indiquent que la transmission de la filariose lymphatique dans les populations à risque a chuté de 43% depuis le début de la mise en place du Programme mondial. Les avantages économiques globaux du Programme au cours de la période 2000-2007 peuvent être estimés à au moins 24 milliards de dollars.

Prise en charge de la morbidité

La prise en charge de la maladie et la prévention des incapacités sont essentielles pour l’amélioration de la santé publique et doivent être pleinement intégrées au système de santé.

Le Programme mondial pour l’élimination de la filariose lymphatique vise à donner accès à un ensemble minimum d’interventions pour toutes les personnes atteintes de dermato-lymphangio-adénite aigüe (DLAA) / accès aigus, lymphœdème/éléphantiasis ou hydrocèle dans toutes les zones d’endémie filarienne, afin de soulager leurs souffrances et d’améliorer leur qualité de vie (Source:OMS)

Wednesday, June 12, 2013


Soccer: Videos of the Haitian goals against Spain and Italy- June 2013

Sunday, June 9, 2013

Foot: Vidéoclip du but haitien contre l'Espagne au cours du match amical ce 8 juin 2013 à Miami


Foot: Vidéoclip du but haitien contre l'Espagne à la 77 ème minute au cours du match amical ce 8 juin 2013 à Miami

Le match s'est terminé par un score de 2-1 en faveur de l'Espagne

Visualisez maintenant les 3 buts: deux de l'Espagne et celui d'Haiti

Thursday, June 6, 2013

Quelques conseils pour éviter les troubles de l'érection


La dysfonction érectile peut être physiologique ou psychologique. 90% des hommes avant 50 ans souffrent de dysfonction érectile à cause de problèmes psychologiques. Il suffit de changer un peu son style de vie pour changer la situation. (Source: Tout-Masculin)

Les experts de FOXNews donnent quelques conseils pour éviter les problèmes liés aux troubles de l'érection :

1. Suivre une diète : Une diète équilibrée et saine qui contienne peu de cholestérol vous aidera à éviter l'embolie.

2. Pratiquer du sport : C'est encore un moyen de maintenir la circulation du sang en norme. Il faut essayer de faire de la course à pied régulièrement ou de la natation.

3. Contrôler la tension : Si vous avez des problèmes de tension, assurez-vous que vous avez une bonne cure. Cela vous permettra d'éviter l'hypertension et l'athérosclérose qui mènent au développement de l'impotence.

4. Diminuez l'usage des toxines : des moyens stimulants, tranquillisants et antihistaminiques qui influencent beaucoup sur la potence. Il faut arrêter de fumer, diminuer l'usage de l'alcool et exclure l'usage des drogues. Il ne faut pas prendre de compléments alimentaires qui contiennent des herbes médicinales car elles peuvent aussi influencer sur la fonction sexuelle.

5. Vérifiez vos médicaments : Certaines préparations médicinales ? surtout les antidépresseurs, les diurétiques, les préparations qui diminuent le cholestérol, anti-inflammatoires peuvent aussi influencer sur la fonction sexuelle.

6. Dormez assez : Le manque de sommeil provoque des irritations nerveuses, une fatigue chronique et la baisse du désir sexuel.

7. Assurez-vous que vous n'avez pas de problèmes psychologiques qui peuvent être les causes de l'impotence, surtout chez les jeunes hommes. Ce sont la tension, le stress, la dépression, les peurs ou la violence sexuelle entre autres.

8. Analysez régulièrement vos relations : Des problèmes dans les relations peuvent provoquer des problèmes sexuels. Si dans votre couple quelque chose ne va pas, ça peut se faire sentir dans les relations intimes. Il ne faut pas avoir peur de s'adresser à un psychologue ou un sexologue.

Friday, May 31, 2013

Trois morts dans un incendie de marché à Port-au-Prince


Trois morts dans un incendie à Port-au-Prince

Un incendie a éclaté cet après-midi 30 mai 2013 dans un marché situé à quelques mètres du port de Port-au-Prince (Marché du Port). Selon les premières informations recueillies sur place, cette catastrophe aurait occasionné la mort de trois personnes et plusieurs autres brulées. Une explosion aurait été entendue au moment de l'incendie.

Selon un commerçant, cette explosion aurait été causée par les produits chimiques entreposés dans le marché, d'après ce qu'on lit dans HPN. Certains médias avaient reporté que l'incendie et une exlplosion étaient survenus au Marché central couramment appelé Mache Fè. Ce qui avait été démenti un peu plus tard.

Les sapeurs pompiers arrivés sur place au Marché du port ont vite maitrisé le sinistre. Mais rien ne pouvait être fait pour éviter ces pertes en vie humaine. Les incendies de marché arrivent assez souvent en Haiti. Le Marché en Fer a été détruit par un incendie en 2008, puis sévèrement endommagé durant le séisme de 2010. Il a été reconstruit en partie par Digicel sous l'égide de l'ex-président américain Bill Clinton.

Thursday, May 30, 2013

Santé: Ces histoires d'écoles des sciences infirmières et de licence professionnelle en Haïti


Ces histoires d'écoles des sciences infirmières et de licence professionnelle en Haïti

Auteur:Docteur Harry-Hans François, Ph.D., N.D., CNC., Dip-CFC

Revenu en terre natale après une trentaine d’années d’absence et d’expériences académiques et professionnelles dans le domaine de la santé, j’éprouve un choc culturel à la simple observation de voir tant d’écoles de sciences infirmières et aussi le manque de structures professionnelles pour l’exercice de ce métier ici. Je me rappelle avoir écrit et publié dans le magazine Pluriel et l'hebdomadaire Haïti en Marche un texte traitant de cette carence d’une licence professionnelle structurée et/ou contrôlée par une commission indépendante, laquelle serait fondée sur la promulgation des lois, conçues par le Parlement haïtien en partenariat avec les ministères de la Justice, du Commerce et des Finances, entre autres; ce, pour la balance des choses et la protection des droits civils ou de consommateurs de toutes les parties engagées. J’avoue aussi que je n’avais entrepris aucune démarche officielle à cet effet. C’était durant le printemps chimérique de l’année 2004.

Aujourd’hui encore, rien de concret n’est fait pour résoudre le problème. On remarque dans le pays toutes sortes d’écoles d’infirmières qui décernent des diplômes. Quant à la pratique de ce métier, on ne fait plus de distinction entre les dimensions ou les degrés de ces diplômes. Tout compte fait, c’est du libertinage académique et professionnel. Et j’ose même déclarer que c’est plutôt toute la pratique professionnelle en Haïti qu’il faut essayer de structurer. Pouvons-nous vraiment progresser sans la conception ou la mise en place d’une Commission de licence professionnelle (Board of Professional Licensings), réglementée par l’Etat?

A cette question, je réponds catégoriquement par la négative. Il nous faut, et ceci le plus vite possible, mettre sur pied une telle commission. Et je vous en fournis les raisons suivantes : a) le but est de faire la différence entre une patente commerciale (celle de la DGI) et une patente professionnelle; b) la possibilité pour l’Etat haïtien de contrôler les métiers, y compris la spécialité des professionnels et même de sanctionner ou d'ordonner la rééducation en cas d’infractions répétées de la part d’un professionnel; c) le pouvoir de taxer par profession; d) le pouvoir de barrer la route aux charlatans et aux fossoyeurs; e) l’aptitude à préciser la formation ou spécialisation d’un professionnel donné ou même de faire la différence entre un étudiant et le clinicien formé au plus haut niveau d’une profession donnée.

Toutes ces raisons, citées plus-haut m’inspirent à plaider en faveur d’un code ou d’une licence professionnelle en Haïti. Revenons maintenant à notre thèse originale – celle de délivrer des diplômes de nursing par n’importe quelle institution. Le monde académique et professionnel aux États-Unis et au Canada fait de grandes et importantes différences entre certificat, diplôme et degré. En effet, les deux (2) derniers restent aujourd’hui notre point de souci. Dans le domaine des sciences infirmières, le cheminement académique de tout individu, selon ces experts, s’explique ainsi : a) le diplôme d’auxiliaires – une équivalence de douze (12) mois d’études au niveau technique; b) le degré de Associé en sciences infirmières (ASN) – une équivalence de deux (2) ans d’études au niveau du Junior college conduisant à la licence professionnelle de RN (registered nursing); c) le degré de Licence en sciences Infirmières – une équivalence de quatre (4) années d’études au niveau universitaire; d) le degré de Maître en sciences infirmières (MSN) – une équivalence de six (6) années d’études académiques et cliniques plaçant ce diplôme au niveau d’une patente professionnelle titrée « ARPN »(Advanced Registered Pratical Nurse); f) le degré de Docteur (PH.D.) en sciences infirmières --- une équivalence de sept à huit années d’études académiques et cliniques.

Et on comprend pourquoi le rendement de l’éducation en sciences infirmières et celui de la licence d’Etat en Haïti restent un peu flou et/ou confus à mes yeux de « dépaysé ». Ironiquement, les mêmes phénomènes sont aussi observés dans presque tous les secteurs en terre natale. C’est pratique courante ici de rencontrer des diplômés de trois (3) ans d’études en sociologie, psychologie, anthropologie qui se portraiturent comme « psychologue, sociologue, anthropologue ». Et souvent, je pouffe de rire à les entendre. Toutefois, je rêve de vivre ces jours où le Parlement haïtien, les ministères de la Justice, du Commerce et des Finances et les autres pourront bien ensemble avec l’exécutif redresser le plafond du monde professionnel ici. Toute nouvelle loi ou politique administrative en cette direction fera l’affaire de tous. Critères et limites créés, la différence entre un maître d’école, instituteur et professeur d’université ou toute autre profession se ferait sentir. Les consommateurs seraient plus avertis. Les charlatans seraient aux aguets. L’Etat peut imposer une assurance professionnelle tout en l’attachant à cette licence professionnelle d'une durée de trois (3) ans au minimum ; tout cela avec le droit de saisir, d’annuler et de prohiber toute pratique en cas d’infractions ou de négligences répétées. Messieurs les élus et les policymakers du gouvernement, can we get along on that, please ?

________________________________________________________________

Nouvelles d'Haiti et de la diaspora du 19-25 mai 2013 avec Pégie de Haiti Connexion Network

Thursday, May 23, 2013

Santé/Health: Cancer du sein génétique : les questions que pose le choix d'Angelina Jolie


L'annonce par l'actrice Angelina Jolie de son ablation préventive des seins a suscité de nombreuses réactions, et autant de questions. Réponses du docteur Christine Noguès, oncogénéticienne à l'Institut Curie, à Paris. Par Liza Fabian. Source: La Vie

1. A qui s'adressent les tests génétiques ?

Seule une minorité (5% à 10%) des cancers du sein et de l'ovaire est héréditaire, c'est-à-dire attribuable à une mutation génétique favorisant la survenue du cancer. Angelina Jolie, 37 ans, fait partie des deux femmes sur 1000 porteuses d'une mutation du gène BRCA1 ou du BRCA1, augmentant les risques de cancer du sein et des ovaires.

Lorsqu'une mutation de ce type est suspectée, ou découverte, le médecin peut proposer une recherche de mutation. Pourtant, cette recherche n'est pas systématiquement proposée. « Ce n'est pas de la médecine prédictive dans la mesure où on ne va pas rechercher cette mutation chez n'importe qui, dans la rue », fait valoir le docteur Catherine Noguès. « On le propose aux femmes qui ont des inquiétudes car elles ont une histoire familiale significative, marquée par plusieurs cas de cancer. » C'est le cas d'Angelina Jolie, dont la mère est décédée à l'âge de 56 ans, d'un cancer des ovaires.

En 2012, sur 3000 recherches individuelles de cette mutation en France, 2000 patients présentaient une mutation génétique, hommes et femmes confondus.

2. Pour une personne porteuse de la mutation, quels sont les risques de développer un cancer ?

Angelina Jolie a fait savoir qu'elle avait un risque de 87% de développer un cancer du sein, et 50% pour celui de l'ovaire. Les chiffres avancés par l'Institut National du Cancer en France sont sensiblement différents. « Avant 70 ans, le risque de cancer du sein varie de 40% à 85% pour les personnes porteuses du gène », pointe le Dr Catherine Noguès, contre 10% dans la population générale. Le risque de cancer de l'ovaire est de 10 à 63 % contre 1 % dans la population générale.

3. Dépistage ou prévention chirurgicale : comment choisir ?

Une fois la mutation génétique avérée, la femme peut choisir entre un suivi étroit ou l'ablation chirurgicale. « Nous nous devons de souligner qu'il existe plusieurs options, du dépistage à la prévention chirurgicale. Ce sont des décisions très individuelles », souligne le Dr Catherine Noguès, qui insiste sur le dialogue entre patient et soignants.

- Le contrôle peut débuter entre 20 et 30 ans, avec une surveillance clinique, tous les ans. A partir de 30 ans, s'ajoutent des contrôles par imagerie mammaire : mammographies, doublées d'IRM mammaire. (alors que dans la population générale, il est recommandé aux femmes de plus de 50 de faire une mammographie tous les deux ans. ) « Tout est fait pour diagnostiquer le plus vite possible un début de cancer et opérer rapidement », assure Catherine Noguès. « Bien entendu, dépistage et prévention n'ont pas les mêmes conséquences », pointe-elle. « Le dépistage, c'est attendre que quelques chose arrive... Après, on a toute une armada de traitements ! Mais ce sont des traitements qui peuvent être lourds. »

- La mastectomie est systématiquement évoquée auprès des femmes atteintes, mais rarement envisagée avant 30 ans. « Avant cet âge, le niveau de risque ne le justifie pas, indique le dr Noguès. Certaines femmes parlent spontanément de la mastectomie... d'autres se sentent mal rien qu'à l'évocation de cette chirurgie ». Une femme de 50 ans qui a vu plusieurs membres de sa famille emportés par le cancer ne réagira pas de la même manière qu'une jeune fille de 25 ans. « La décision dépend aussi de la manière dont la personne vit sa féminité. »

4. La mastectomie ne règle pas tout

Moins de 10% de femmes choisiraient en France la mastectomie préventive. Un pourcentage qui a tendance à augmenter avec les années. « Certaines femmes qui avaient opté pour le dépistage changent d'avis plus tard », souligne le médecin. « Elles ont fait leur vie, ont eu des enfants, et peuvent envisager à nouveau la mastectomie. Surtout si elles en ont assez des tests, ou bien quand elles ont déjà vécu de fausses alertes. »

La mastectomie n'est pourtant pas une opération à prendre à la légère. « C'est une intervention délicate », avance le Dr Noguès. « Il y a une reconstruction, la pose de prothèses... ce ne sont pas des gestes faciles, souvent il faut des retouches, il faut y revenir... et puis il y a tout de même un risque d'échec de 10% environ. On ne peut pas le présenter comme quelque chose de facile. »

De plus, cette opération ne règle pas tout. Dans sa tribune, Angelina Jolie évoque la possibilité d'une future ablation des ovaires. « Quand on est porteur d'une mutation des gènes Bcra1 et Bcra2, on est à risque de cancers du sein ET de l'ovaire, et on a toute les raisons de se méfier des deux », pointe le docteur Noguès.

D'autant plus que le dépistage du cancer des ovaires est peu efficace, avec des possibilités thérapeutiques moins développées. L'ablation des ovaires est donc la méthode de prévention la plus recommandée lorsque la femme ne souhaite plus d'enfant.

Quel que soit le choix, il doit être mûrement réfléchi par la patiente. La décision d'Angelina Jolie de subir une double mastectomie ne s'est pas faite du jour au lendemain. Et accompagné par une équipe spécialisée, dans une consultation d'oncogénétique (génétique des cancers). « Notre priorité reste d'informer les femmes sur toutes les options, du dépistage à la chirurgie préventive, de façon à ce qu'elles ne se retrouvent pas face à un résultat génétique sans savoir quoi faire ».

Friday, May 17, 2013

L'histoire du Drapeau Haitien


Histoire du drapeau Haitien

Fête du drapeau le 18 Mai

http://www.espaceloas.com/

1697 Le drapeau français flotte sur la colonie française de Saint-Domingue durant plus d’un siècle jusqu’en février 1803. Le leader Noir, précurseur de l’indépendance, Toussaint Louverture, adopte en 1798 le tricolore français. En janvier 1801 il est nommé gouverneur et dirige l’île toute entière, puis par la constitution du 8 juillet 1801, devient Gouverneur à vie. En juin 1802, Toussaint Louverture est fait prisonnier par Napoléon Bonaparte et déporté en France où il meurt.

1803 En février 1803, à Petite Rivière de l’Artibonite, Jean-Jacques Dessalines, le chef des insurgés Noirs et Alexandre Pétion, le leader des Mulâtres, décident de ne plus combattre aux côtés des Français. Lors du Congrès de l’Arcahaie, le 18 mai 1803, Dessalines ôte la bande blanche de l’emblème colonial pour donner naissance au premier étendard haïtien symbolisant l’union des Mulâtres et des Noirs dans la lutte pour leur liberté. Il y fait inscrire la devise « Liberté ou la Mort ». Dessalines est alors nommé Général en chef de l’armée de l’insurrection. Catherine Flon, belle-fille de l’épouse de Dessalines, est chargée de recoudre les deux bandes, bleu et rouge.

1804 Le 18 novembre 1803, la capitulation des troupes françaises à Vertières scelle l’indépendance d’Haïti. Le 1er janvier 1804, les chefs de la Révolution décident de changer le drapeau en disposant horizontalement les couleurs. C’est le premier drapeau officiel de la République libre et indépendante. La Constitution de 1843 confirme ce drapeau bicolore horizontal (article 192).

1805 Le 8 octobre 1804, Dessalines se proclame empereur sous le nom de Jacques 1er. Il adopte alors, le 20 mai 1805, un nouveau drapeau noir et rouge vertical. Ces couleurs symbolisent les mots : la "Liberté" (rouge) ou la "Mort" (noir).

1806 Après les événements du 17 octobre 1806 au Pont Rouge, où est assassiné Jean-Jacques Dessalines, le pays, durant 14 ans, se divise en deux parties, d’une part le Nord et d’autre part, le Sud et l’Ouest, gouvernées respectivement par Alexandre Pétion et Henri Christophe. Alexandre Pétion redessine le drapeau cette même année, reprenant le bleu et le rouge de 1804 en y ajoutant « L’Union fait la force » et un carré d’étoffe blanche au milieu duquel furent placées les armes de la République ornées du bonnet de la liberté (bonnet phrygien). Ce drapeau flotta au-dessus du Palais National durant 158 années jusqu’en 1964.

1811 Le 27 décembre 1806, le Général Henri Christophe, est nommé président et est reconnu par le Nord, le Nord-Ouest et plus tard, en 1807, par l’Arbonite. Le 28 mars 1811, il s’est proclamé roi sous le nom de Henri Ier (1811-1820). L’Empereur conserve les couleurs de l’étendard impérial du Royaume du Nord (1805) mais en glissant la bande rouge du côté du mât avec au milieu, un écusson muni d’un phénix surmonté de cinq étoiles d’or sur fond bleu. Une couronne est disposée au-dessus du phénix et dans le cercle, une inscription latine ’ex cinerebus nascitur’ "des cendres, je renaîtrai". Le royaume d’Henri Ier est supprimé en 1818 suite à la conquête du Nord par Alexandre Pétion, proclamé président le 19 mars 1807, et qui impose le drapeau bleu, rouge, horizontal. Jean-Pierre Boyer lui succède le 8 octobre 1820 mais conserve le même drapeau.

1822 Le 9 février 1822, Jean-Pierre Boyer annexe la partie espagnole de l’île (à présent République Dominicaine) laquelle, quelques mois auparavant, le 30 novembre 1821, proclame son indépendance de l’Espagne sous le nom de "Republica del Haiti espanol" "République d’Haïti Espagnol" et parallèlement, son union avec la Grande Colombie. Le drapeau de la République d’Haïti Espagnol est hissé dès les premières semaines de 1822 mais c’est le drapeau de la Grande Colombie de l’époque. Une République que Boyer ne tarde pas à dissoudre.

1849 Une tentative de réhabilitation du drapeau noir et rouge, entreprise en 1844, est un échec. En 1847, Faustin Soulouque est élu président et en 1849, se proclame empereur sous le nom de Faustin Ier (1849-1859). Dans sa Constitution de 1849, il adopte le drapeau bleu et rouge mais remplace les armoiries par un écusson. L’Empire de Faustin 1er se termine le 15 Janvier 1859 et les armes de la République retrouvent leur place initiale, au centre du drapeau.

1964 François Duvalier, Papa Doc, est élu président en 1957 et en 1960, s’empare de tous les pouvoirs. En 1963 il crée le parti unique. Une nouvelle Constitution est adoptée le 25 mai 1964, laquelle adopte le drapeau noir et rouge. Ce dernier est officiellement confirmé le 21 juin 1964. Cependant, les armoiries de la République sont conservées. Duvalier meurt le 21 avril 1971 et est remplacé par son fils, Jean Claude, proclamé président à vie. A la suite d’une révolte populaire, Jean Claude quitte le pouvoir en février 1986.

1986 Le 17 février 1986, 10 jours après le départ de Jean-Claude Duvalier, la nation adopte de nouveau le bleu et rouge qui est ratifié un an plus tard, le 29 Mars 1987, lors du plébiscite sur la Constitution de 1987.

Friday, May 10, 2013

Paris, France-10 mai 2013: Echauffourées avec les forces de l'ordre pendant la commémoration de l'abolition de l'esclavage


Paris-10 Mai 2013: Echauffourées avec les forces de l'ordre pendant la commémoration de l'abolition de l'esclavage

Un accrochage a eu lieu ce 10 mai 2013, vers 11h du matin, entre la Brigade anti-négrophobie et les forces de l'ordre.

A11h ce matin, échauffourées avec les forces de l'ordre à l'ouverture de la cérémonie sur l'anniversaire de l'abolisation de l'esclavage, le collectif anti négrophobe a été refusé à l'entrée du jardin du luxembourg et ce malgré leur invitation, quatre personnes du collectif ont été embarquées dans le car de police.

XXXXXXXXXX

Lors de la commémoration nationale des mémoires de la traite négrière, de l’esclavage et de leurs abolitions le 10 mai 2011 au Jardin du Luxembourg à Paris, plusieurs membres de l'association ANC (Alliance Noire Citoyenne) ont été expulsés par la police.

Les membres de ce collectif, qui dénoncent un racisme anti-Noir ambiant dans la société française, étaient vêtus d'un t-shirt "Brigade Anti Négrophobie". Ce n'était pas leur première action puisqu'ils ont déjà occupé la boutique Guerlain sur les Champs-Elysées ou encore manifesté devant la FFF.

Source: Citizenside France

Sujet lié: COMMEMORATION DE L'ESCLAVAGE DU 10 MAI 2013, par Claude Ribbé (http://haiticonnexion-culture.blogspot.com/2013/05/commemoration-de-lesclavage-du-10-mai.html )

?

Nouvelle Chanson de Rap par Passito: Katon Rouj


Wednesday, May 8, 2013


3 mai 2013, journée mondiale de la liberté de la presse.... Mais quelle presse ? Pour quelle information ? Déclaration de l’Union des clubs de la presse de France et francophone (UCP2F) en date du 30 avril 2013 Document repris par AlterPresse

Déréliction accélérée. Précarité mais aussi précarisation entérinée et acceptée. Contextes d’exercice de plus en plus flous qui se décalent. Accentuation de la confusion information-communication au profit d’un no man’s land qui entremêle tout, polluant les deux métiers. Projets sur base de grosses usines marketing et sous couvert de vitrine « information ». L’UCP2F lance un appel à la qualité de l’information.

L’information est-elle une marchandise à produire au moindre coût pour être rentable ? Le paquet (dire packaging) est-il plus important que ce qu’il contient ? Le tuyau prime-t-il sur ce qu’on y met ? La concentration des médias progresse adossée à une grande lessive menée conjointement par les patrons de presse et certaines instances. Probablement utile, mais l’objectif est-il l’information de qualité ? Que deviennent liberté et diversité dans un milieu où l’information est une marchandise, un produit comme un autre qui n’assure plus dans de nombreux médias que le quota de rédactionnel nécessaire à la pub. Sous couvert de crise et d’austérité, on réduit le temps, les moyens et donc la qualité de l’information. A la frange, se développe une presse sans journalistes qui avance sous alibi d’information et sur lit de communication. Le sentiment de duperie croît dans le public, comme la duperie qui y préside. Il y a place pour tout, à la condition de dire clairement les choses.

L’UCP2F, témoin de la précarisation et du trouble qui règne chez les journalistes de terrain, souhaite cartographier clairement ces "évolutions", la place de l’information, la place des journalistes…

3 mai 2013, journée mondiale de la liberté de la presse.... Mais quelle presse ? Pour quelle information ?

Quelle information voulons-nous ? Quelle information défendons-nous ?

Celle produite par des journalistes coincés entre le service marketing du média et celui des annonceurs ?

Celle des usines à données "merchandisables" qui se dotent d’une vitrine info – alibi ?

Celle de journalistes priés de courir après l’info en continu, sans recul, voire sans le temps de la vérification, et forcément à contre-emploi ?

Celle de groupes de presse aux impératifs "business" qui imposent marketing, concentration, monopolisation, rationalisation, productivisme, "commandes" au mépris des conflits d’intérêts ?

Celle des plateformes externalisées sans aucun contact avec le terrain ?

Tous les signaux indiquent que la confusion entre information et communication est en passe de devenir la règle, particulièrement dans les territoires - pressions diverses et conventions de partenariat ou "d’objectifs" n’ayant qu’une cible : assurer la communication.

Notre appel est celui de la Liberté des journalistes, de la nécessité de veiller à des contextes d’exercice sains, de l’impérative obligation d’éclairer nos publics et donc de nous donner les moyens de le faire au lieu de nous contraindre...

Notre appel est celui des moyens d’une information de qualité pour des citoyens informés. L’acceptation collective nourrit les abandons individuels.

____________________________________

Auteur:Gladimy Ibraïme (Source: Le Nouvelliste)

l'occasion de la 20e célébration de la Journée mondiale de la liberté de la presse, la Plate-forme des organisations haïtiennes des droits humains (POHDH) relève les entraves à l'évolution des acquis de 1986 et fait des recommandations.

L'absence de cadre légal qui garantisse le fonctionnement du métier de journaliste, des radios communautaires, ainsi que les mauvaises conditions de travail des journalistes, constituent les principales entraves à la jouissance des libertés d'expression, d'opinion et de la presse, selon la POHDH. Lesquelles libertés ont été acquises au prix de grandes luttes après la chute de la dictature des Duvalier en 1986.

« S'il est vrai que la Constitution de 1987 garantit la liberté de la presse, il n'existe aucun cadre légal protégeant les journalistes haïtiens dans l'exercice de leurs fonctions », écrit l'organisme de droits humains dans une note signée par son secrétaire exécutif, Antonal Mortimé. La POHDH s'appuie sur des altercations entre des journalistes et certaines autorités ou simples agents de l'ordre, dont l'arrestation, le 3 septembre 2012, de trois journalistes du quotidien Le Nouvelliste sur ordre du juge de paix de Delmas, Arnel Dimanche, et l'expulsion, le 10 février 2013, de plusieurs médias de la capitale du bal des reines au Palais Sans Souci.

« En dehors de ces traitements humiliants et dévalorisants, les journalistes font, au quotidien, face à des difficultés énormes quand ils doivent infirmer ou confirmer certaines rumeurs qui circulent autour de l'administration Martelly/Lamothe », poursuit la note. Mis à part les difficultés d'ordre conjoncturel auxquelles sont confrontés les journalistes haïtiens, la POHDH estime que le métier de journaliste n'est pas apprécié à sa juste valeur.

« La majorité des journalistes haïtiens ont un salaire de misère qui ne peut pas répondre à leurs besoins et à ceux de leurs familles. Ils n'ont pas d'avantages sociaux comme : assurance vie et maladie. » C'est ce qui explique, d'après la POHDH, le fait qu'il y ait si peu de journalistes militants et de carrière en Haïti. Ils ont toujours tendance à chercher d'autres opportunités pouvant assurer leur avenir. « La plupart de ceux qui exercent le métier, envers et contre tout, le font comme un sacerdoce. Par contre, certains sont cibles faciles pour la corruption à cause de leurs mauvaises conditions de travail », regrette-t-elle. La POHDH déplore la fermeture, par le Conseil national des Télécommunications (CONATEL), de certaines radios communautaires telles que la radio Voix Claudy Museau, aux Cayes, le 9 novembre 2012; la radio Paillant Inter, dans les Nippes, le 29 août 2012, sous prétexte qu'elles ne détiennent pas une licence. «Pourtant, le CONATEL n'a donné aucune suite aux différentes demandes de la Société d'animation et de communication sociale (SAKS) pour le permis de fonctionnement des radios communautaires en attendant le vote d'un projet de loi par la 49e législature. En outre, la note souligne que dix autres médias locaux ont connu le même sort, alors qu'aucune suite administrative n'a été donnée à leur demande de licence.

En ce sens, la POHDH appelle le gouvernement haïtien à respecter le droit à l'information et à permettre aux médias de fonctionner en toute quiétude. Elle convie le CONATEL à donner une suite favorable aux demandes de permis de fonctionnement des radios communautaires et aux demandes de licence de certains médias locaux afin qu'ils puissent fonctionner sans crainte d'être fermés arbitrairement. Elle invite également la 49e législature à voter le projet de loi visant à régulariser le fonctionnement des radios communautaires; et à créer un cadre légal garantissant le fonctionnement du métier de journaliste.

En outre, l'organisme des droits humains recommande aux patrons des médias de prendre des mesures appropriées afin d'améliorer les conditions de travail des journalistes.

Wednesday, May 1, 2013

Les événements du 26 avril 1963 et l’apogée de la barbarie duvaliériste


Les événements du 26 avril 1963 et l’apogée de la barbarie duvaliériste Nous nous excusons auprès de nos lecteurs de n’avoir pas pu publier à la date du 26 avril ce texte à cause de quelques embûches. Mais, l’histoire comme l’amour n’a pas de saison, on la fait et l’apprend chaque jour.

A l’heure où, depuis son ascension à la magistrature suprême du pays par la petite porte, le président duvaliériste Michel Joseph Martelly s’est donné pour tâche de réhabiliter les duvaliéristes et les macoutes, en les replaçant au timon des affaires de la République qu’ils ont littéralement avilie et avaient systématiquement mise à sac ;

à l’heure où, par la faute de l’élite intellectuelle haïtienne, la jeunesse du pays affiche une ignorance pointue de l’histoire des dictatures duvaliéristes père et fils;

à l’heure où un jeune effronté, répondant au nom de Nicolas Duvalier, sans crainte d’attirer la foudre des dieux, tente de blanchir publiquement son monstre de grand-père qui a causé tant de torts à la Nation et à l’humanité ;

à l’heure où, ce 26 avril, des milliers de citoyens se remémorent le souvenir combien amer des cruautés d’un monstre à visage humain appelé François Duvalier qui se croyait investi de droit de vie et de mort sur l’ensemble de la population ; à l’heure où le gouvernement Martelly/Lamothe désacralise la Justice en la mettant en coupe réglée, afin d’empêcher aux victimes de la tyrannie duvaliériste père et fils d’affronter en bonne et due forme leur bourreau Jean Claude Duvalier devant la justice, alors pour le plus grand bien de la jeunesse haïtienne, victime de l’hypocrisie d’une élite intellectuelle en mal d’identité, revisitons les événements de ce 26 avril 1963, au cours desquels le sang de la famille Benoit et de nombreux autres citoyens paisibles coula à flots et arrosa la terre malchanceuse d’Haïti, principalement la capitale haïtienne, sous les ordres d’un animal atteint de la rage nommé François Duvalier, dit Papa Doc. Lesquels événements allaient susciter la colère et la rage du président de la république voisine qui menaçait d’intervenir en Haïti afin de mettre un frein à la fureur du maudit tyran. Mais l’intervention de l’OEA allait aider celui-ci à sauver la face. Pour cette tranche d’histoire combien terrifiante du pays, nous faisons appel aux deux auteurs Bernard Diederich et Al Burt, qui nous relatent, sans passion aucune, la journée ténébreuse du 26 avril 196, dans leur fameux ouvrage Papa Doc et lesTontons Macoutes. Alors, lisez et apprenez l’histoire de votre pays, jeunesse haïtienne. Lisez et informez-vous, Nicolas Duvalier. Vous dont les parents ont nourri de mensonges et de l’horreur du bien. Ah, quel dommage ! Vos assassins de parents ont chié dans votre cerveau et en ont fait une masse de pourriture.

Morisseau Lazarre

« (…) Barbot frappe enfin, il faudra cependant plusieurs jours avant que Duvalier aprenne l’origine du coup. Le vendredi 26 avril1963, à sept heures vingt-cinq du matin, une limousine de la présidence s’arrête devant l’entrée du collège méthodiste, comme elle le fait chaque jour de classe. Les portières s’ouvrent et deux passagers descendent : Jean-Claude Duvalier, un adolescent grassouillet, et sa sœur Simone âgée de seize ans. Tous deux se préparent à pénétrer dans l’école. La limousine est en train de faire demi-tour. Elle a franchi le portail et se dirige déjà dans l’avenue bordée d’arbres, à trois pâtés de maisons du palais. Soudain, une série de détonations. Le chauffeur ainsi que deux gardes s’effondrent, morts. Plus tard, des témoins déclareront qu’ils ont vu une voiture qui semblait attendre l’arrivée de la limousine et une autre qui la suivait. On n’a pas tenté de kidnapper les enfants du président ni même de leur faire du mal. Cela n’apparait pas immédiatement toutefois à cause de la panique qui règne tout d’abord. La plupart des Haïtiens pensent qu’il s’est agi d’une tentative d’enlèvement des enfants et que ceux-ci devaient être rendus en échange d’une rançon de taille, à savoir la démission de leur père « Comme tous ceux qui l’ont précédé, le coup est considéré comme raté. La radio officielle annonce qu’on a attenté à la vie « de deux tout petits ». Comme il fallait s’y attendre, la réaction va être effrayante.

« L’école est cernée par un cordon de troupes. Dans les rues, l’armée patrouille. Autour du palais, derrière chaque arbre et chaque buisson se tient accroupi un soldat à la mine sombre, prêt à tirer. On dresse des barrages routiers et chaque véhicule est fouillé. Les duvaliéristes ont revêtu leur uniforme, qui de la milice, qui des Tontons Macoutes. L’arme à la main, ils déambulent par la ville, appréhendant quiconque est considéré par eux comme un adversaire du régime. La présidence a donné ordre d’arrêter les ex-officiers de l’armée. Comme la radio retentit d’appels aux armes, les parents effrayés se précipitent jusqu’aux écoles et en ramènent leur progéniture, par la crainte du pire.

« Selon ceux qui le rencontrent ce jour-là, la colère de Duvalier est épouvantable. Il est persuadé que seul un tireur d’élite a pu abattre avec une telle vitesse et une telle précision l’escorte qui accompagnait ses enfants. A son avis, il ne peut s’agir que du lieutenant François Benoit. Ce dernier, un Noir de belle prestance, figure parmi ceux qui ont été victimes des purges ayant suivi le complot d’Honorat. Il s’est distingué lorsqu’il suivait les cours de l’école de guerre organisés par les Américains dans la zone du canal de Panama. Spécialité : lutte antiguérilla. Plusieurs années durant, le même Benoit a conduit l’équipe haïtienne à la victoire lors des championnats de tir qui l’opposaient à d’autres formations latino-américaines à Panama. Deux jours auparavant, la police s’est rendue chez le suspect pour lui demander de rendre son fusil. Lorsqu’il a entendu les argousins frapper à l’entrée de la vieille maison de bois qu’occupent ses parents au Bois Verna, Benoit, qui se tenait au deuxième étage, a décidé de résister. Une granade dans chaque main, il s’apprêtait à passer à l’action lorsqu’il a vu la domestique, en bas de l’escalier, qui parlementait avec les policiers, tenant dans ses bras son enfant à lui, un nourrisson. Alors, il a décidé de s’enfuir. S’échappant par une fenêtre sur cour, il s’est faufilé rapidement par les jardins des voisins et après de multiples détours a trouvé refuge à la résidence de l’ambassade dominicaine.

« Persuadé que Benoit est mêlé à l’attentat, Duvalier donne l’ordre à sa garde de commencer les représailles. Aussitôt les hommes s’entassent dans deux camions et débouchent en trombe du palais. Les camions foncent en direction de Bois Verna. Au même moment les parents de Benoit reviennent de la messe à l’église Sacré-Cœur, près de chez eux. La mère de François se fait du souci. Voici deux jours que celui-ci a disparu sans donner de ses nouvelles. D’autre part il n’a pas de linge de rechange. Son mari, l’ancien juge, essaye de la réconforter. Arrive Jean, l’avocat, un autre de ses fils. Ce dernier vient prendre une douche chez ses parents. La distribution d’eau est en effet si fantaisiste à Port-au-Prince qu’il ne peut le faire chez lui. Ayant promis à sa mère qu’il porterait du linge propre à son frère, Jean embrasse ses parents et se rend à l’ambassade américaine où il est employé. Bientôt après, les grades du palais et les Tontons Macoutes vont commencer à répandre la terreur. En cours de route, les camions des tueurs s’engouffrent dans une voie à sens unique, la ruelle Saint-Cyr. Ils vont en sens interdit. Alors qu’ils passent devant la villa où habite la maîtresse de Gracia Jacques, le commandant de la Garde, ils secouent le factionnaire qui se trouve à l’entrée. Ce dernier donne l’ordre de dégager aux automobilistes qui sont garé près de là. Lionel Fouchard, le fils du doyen du tribunal civil, ne réagit pas assez vite. Il est abattu à bout portant. Une collègue de bureau qui l’accompagne va rester des jours durant sans pouvoir parler et perdra l’enfant qu’elle attend une semaine plus tard.

« Armés jusqu’aux dents, les attaquants se lancent à l’assaut de la villa des Benoit comme s’il s’agissait d’une casemate. Au moment où ils débouchent, le vieux couple se tient debout à l’entrée et parle à un visiteur. Une servante s’affaire tout autour. C’est au fusil que les hommes de Duvalier ouvrent le feu. Les vieilles gens et leur interlocuteur sont quasiment coupés en deux. Le tir se poursuit jusqu’au moment où la maison finit par ressembler à un tamis. L’une des servantes arrive à s’échapper. Au coin de la rue, une rafale de mitraillette la cloue au sol. Ensuite les officiers donnent l’ordre de mettre le feu à ce qui reste de l’habitation. « Dans son bureau, au premier étage, repose d’habitude Gérald, l’unique enfant du fils Benoit. Un rapport daté de l’époque signale qu’on l’a évacué avant l’incendie, mais un diplomate sud-américain qui a recherché trace du petit pendant presque deux ans arrivera finalement à la conclusion qu’il est mort dans les flammes qui ont rapidement consumé la construction de bois ainsi que l’habitation voisine. Les pompiers sont sur les lieux mais n’interviennent pas. Tout ce qui les intéresse, c’est d’éviter que le feu ne s’étende à une propriété voisine qui appartient à un ministre de Duvalier.

« La chasse à l’homme commence. Quinze Tontons Macoutes qui sont à la recherche de François surgissent chez son frère Jean. Lorsqu’ils repassent la porte, son épouse terrorisée emballe quelques objets de valeur et s’enfuit. Des amis cacheront le couple jusqu’à ce qu’il puisse trouver refuge à l’ambassade d’Argentine. Mme Jacqueline Benoit est enceinte de huit mois. On vient de l’avertir que les tontons Macoutes sont à sa recherche. Elle n’aura que le temps de s’échapper de justesse avant que les autres n’arrivent à la petite école primaire où elle est institutrice et ne la saccagent. Aux autres enseignants qui viennent d’assister à la scène, les Tontons Macoutes tiennent les propos suivants : « Remerciez le ciel qu’elle ne soit pas là, sinon, ce que vous auriez vu aurait dépassé en horreur tout ce que vous pouvez imaginer. » Mme Benoit trouve asile à l’ambassade de l’Équateur. Toute sa famille est jetée en prison.

« Benoit Armand, un avocat d’âge mûr, est abattu chez lui par les Tontons Macoutes pour la seule raison qu’il se prénomme Benoit.

« La Garde se dirige mainte nant vers la chancellerie de l’ambassade dominicaine, laquelle s’est transportée l’année précédente dans des bâtiments modernes situés route Delmas, entre Port-au-Prince et Pétionville. Les soldats barrent la route et investissent ensuite l’ambassade, la fouillant de fond en comble. C’est alors qu’ils traitent sans aménité une secrétaire dominicaine qu’ils se rendent compte de leur erreur. La règle veut que l’asile politique ne s’étende pas aux bureaux d’une ambassade, mais à la résidence privée de son chef.

« Alors la Garde rejoint les tontons Macoutes à Pétionville et on encercle la résidence de l’ambassadeur. Les assaillants prennent position dans la cours avant de donner l’assaut aux bâtiments où sont entassés vingt-deux réfugiés, dont Benoit. Le chargé d’affaires dominicain s’interpose. Il exige que les autres se retirent, faisant remarquer que l’endroit où ils s’apprêtent à pénétrer jouit du privilège d’exterritorialité. Il est juridiquement considéré comme partie intégrante du territoire dominicain. Les Haïtiens réagissent en grimpant dans les flamboyants qui bordent l’allée d’accès et en établissant des nids de mitrailleuse dans les parages de l’hôtel El Rancho.

« Pendant que ces événements prennent place, la terreur se propage en ville. André Poitevien, un ancien commandant des garde-côtes, est surpris devant sa maison par un détachement de miliciens. Obéissant à l’ordre permanent d’arrêter ou de tirer à vue sur tous les ex-officiers, elles l’abattent.

« La maison des Benoit continue de brûler. A quelques mètres de là, sur le trottoir, gisent deux cadavres. Les mouches s’agglutinent sur leurs blessures. Ils resteront sans être enlevés tout le jour. A côté, un soldat monte la garde. L’un des « cadavres » est un voisin des Benoit. C’est en hâtant chez lui pur y retrouver sa femme et ses cinqu enfants qu’il s’est vu tirer dessus pour s’être approché trop près de la scène du massacre. En dépit de la chaleur des mouches, il fait le mort jusqu’au soir. Ce n’est qu’à la nuit tombée, lorsque le soldat de garde sera parti, qu’il se relèvera, à la stupéfaction des voisins qui l’observaient.

« Le major Monod Philippe est également un tireur d’élite. Ce duvaliériste que l’on s’accorde à considérer comme ancré dans ses convictions se tirera d’affaire mieux que Benoit. Il est commandant de la prison nationale et c’est là qu’on l’appréhende pour l’amener devant Duvalier. Celui-ci l’accueille à coups de gifles sur la bouche. Il ne se passe pas de le frapper ainsi. L’autre aura cependant la chance d’être relâché et reprendra plus tard son poste. La prison dont il a la charge n’est pas très peuplée en vérité. C’est à Fort-Dimanche qu’on emmène directement les centaines de gens arrêtés ce jour-là, ou bien au palais. Le sort de ces prisonniers demeure mystérieux. Tout ce que l’on sait, c’est qu’ils ont disparu. Jamais on n’a confirmé s’ils ont été exécutés sur-le-champ pour être ensuite jetés à la fosse commune de Fort-Dimanche ou bien si on les a maintenus en prison pour servir à Duvalier chaque fois qu’il éprouve le besoin de tuer un être humain. Pendant des années, les failles des disparus conserveront l’espoir que ces derniers sont encore en vie, enfermés dans quelque lointaine. Un jour Duvalier mettra fin à cet espoir en déclarant de nouveau : « Je n’ai pas de prisonniers politiques. »

A bord de leurs voitures, les Tontons Macoutes patrouillent les rues à grand renfort de sirènes. Partout des barrages. Pour traverser la ville ou se rendre sur les hauteurs de Pétionville, il faut des heures tellement les formalités auxquelles on doit se soumettre aux points de contrôle sont fastidieuses, voire brutales. Inconscients du danger qui les menace, plusieurs ex-officiers prennent leur voiture pour aller attendre leurs enfants à la sortie de l’école. Au retour ils sont interpellés aux barrages et disparaissent à jamais. Leurs autos sont poussées sur le bas-côté de la route ou bien dans certains cas ce sont les Tontons Macoutes qui les confisquent. Toute la nuit les arrestations se poursuivent. Au matin, un nouveau problème se pose. Comment obéir sans risque au décret qui ordonne à tous les civils – sauf ceux rattachés aux Tontons Macoutes – de déposer leurs armes dans les commissariats de police ? il ne s’agit pas d’être fouillé à un barrage et qu’on découvre une arme dans la voiture, même si on se rend au commissariat le plus proche à son bord.

« Après l’assassinat des gardes du corps des enfants Duvalier, l’un des premiers hommes que recherche Eloïs Maître, chef d’une bande de Tontons Macoutes, est Eric Tippenhauer. Homme d’affaires bien connu, celui-ci a été en relations professionnelles à la fois avec Estimé et Magloire. Il a la réputation d’être l’un des businessmen les plus rusés d’Haïti. Prévenu par un haut fonctionnaire de la polie que les Tontons Macoutes sont après lui, il quitte aussitôt son bureau en ville et se dirige vers la résidence qu’il possède à la Boule, dans la montagne. Ses jeunes fils, l’un d’eux marié à une américaine, n’ont aucune espèce d’activité politique. La police en arrête trois et on ne les reverra pas. Tippenhauer père est débusqué à son tour dans sa retraite montagnarde. Pour que son trajet jusqu’à la prison lui soit plus douloureux encore, on lui tire dans la jambe.

« Jean Chenet et son épouse américaine dirigent une bijouterie très courue. Ils résident au bord de la mer, à Arcachon, à plusieurs kilomètres au sud de la capitale. Il revient à l’esprit de quelques Tontons Macoutes que Chenet, un artiste a manifesté de l’amitié à Turnier, du vivant de celui-ci. Ils se transportent chez le bijoutier, l’abattent et partent après avoir jeté le cadavre de leur victime dans le jardin de sa villa, côté rue.

« Parmi les centaines de gens que l’on arrête figure André Riobé, un Mulâtre qui possède une plantation de canne à sucre près de Léogane et également une distillerie de « clairin ». Il est sorti de prison voici peu de temps. Il qu’il rentre au de sa voiture à son domicile de Martissant, dans la banlieue, deux Tontons Macoutes l’interceptent. Tandis que son fils Hector réussit à s’échapper, lui disparaît et son automobile est confisquée. Sous le prétexte de garantir la sécurité de leur captif, des Tontons Macoutes se présentent de nombreuses semaines plus tard. Ils dépouillent la faille de tout ce qu’elle possède, y compris les économies placées à la caisse d’épargne. Tandis que sa mère paye la rançon, Hector découvre que son père n’est jamais parvenu jusqu’à la prison. On l’a assassiné en pleine rue. La rancune qui s’empare de lui va le conduire à rejoindre les rangs des activistes et, deux mois plus tard, au cours de son combat contre Duvalier, à devenir l’un des martyrs de la résistance. »

Featured Post

Pages retrouvées:L’Armée d’Haïti : autopsie d’une institution

Par Dr Eddy Arnold Jean 13/10/2011 Comme la race des humains, les institutions ont la vie dure. Celles qui disparaissent au fil de l’hi...