Friday, March 18, 2016

Haiti: trois tragédies en moins de deux jours

Alors que les politiciens cherchent ,en se querellant, à se partager le pouvoir en Haiti, de simples compatriotes sont encore une fois tombés victimes de la négligence et incompétence chroniques qui existent dans le pays.


Le 17 mars 2016, à Hinche  dans le département du Centre, un incendie fait 7 morts et une trentaine de blessés.

Selon les dépêches de Yahoo News, un camion-citerne chargé de produits pétroliers (tanker truck) serait la cause initiale d'une déflagration ayant alors propagé l'incendie.

Mais selon le quotidien haitien le Nouvelliste, "plusieurs versions circulent sur l’origine de l’incendie. Les autorités publiques n’étaient pas en mesure d’apporter plus de précision sur ce qui a provoqué le drame. Néanmoins, la présence sur place d’un camion livrant une cargaison d’essence avait augmenté les risques. Selon notre correspondant sur place, la station appartenant à la compagnie Total est également environnée de restaurateurs mobiles utilisant le feu pour garder au chaud la nourriture. Toutes les conditions étaient réunies pour cette tragédie qui a mis les larmes aux yeux de nombreuses familles du haut Plateau central.
eudi, 5 heures de l’après-midi, les corps sans vie de sept personnes complètement calcinées étaient encore empilés sur les vestiges de la station. Personne ne savait qui c’était, ils étaient totalement brûlés, on ne pouvait même pas les identifier, rapporte notre correspondant dans le Plateau central. Le principal centre hospitalier de la ville, l’Hôpital Sainte-Thérèse, était dépassé par la situation. Les brûlés arrivent en grand nombre dans la salle des urgences. 5 blessés, dont certains dans un état très critique, ont été évacués à Mirebalais et dans la capitale.

Il n’y a pas de service d'incendie dans la ville de Hinche. Pas un seul camion de pompier qui pouvait intervenir au moment où le feu débordait. Le bilan aurait été plus lourd n'était l’intervention d’un contingent de soldats de la MINUSTAH qui a aidé à circonscrire les flammes dans le périmètre de la station. Le feu a totalement été maîtrisé en fin d’après-midi, selon ce qu’a fait savoir la Direction de la protection civile sur son compte twitter. Les parents des victimes affluaient toute la soirée à l’hôpital pour tenter d’identifier leurs proches défigurés"

L'incendie de Hinche, Haiti 



Au lendemain de cette tragédie, au  matin du 18 mars,  c'est une partie du pont de la route neuf (9) communément appelée “Boulevard des Américains” qui s’est écroulée avec plusieurs véhicules dont un bus de transport. La chute du pont  s’est produite  au moment du passage d’un camion berne. On ne savait pas, au moment où la presse annoncait la nouvelle s'il y avait des victimes.
Une partie du pont de la route neuf (9) communément appelée “Boulevard des Américains”  s’est écroulée


Ceci, après qu' à  Léogâne plusieurs personnes aient été victimes dans la veille d'un terrible accident aux environs de 10H:30 PM, quand un camion a foncé sur un groupe dansant le rara.

Suite à ces tragédies survenues en série, l'éditorialiste du Nouvelliste Frantz Duval  à titré son article les "Maux du jour". Un titre expressif quand on pense que le pays est confronté à une séries de catastrophes  de façon régulière, catastrophes qui,  dans la majorité des cas,  pourraient être prévenues.

Qui pis est, quand ces tragédies arrivent, la population est livrée à elle-même comme le montre la vidéo de l'incendie de Hinche ci-dessus où l'on voit les gens se démêner comme des fous dans le tourbillon de fumée, tentant de sauver ce qui pouvait être sauvé. 

Pas d'unités de pompiers dans les environs, pas de cordons policiers pour empêcher la foule de rester près du foyer de la déflagration. C'est comme si l'Etat n'existait pas!


Un constat qui semble se retrouver à tous les niveaux  et qui restera l'empreinte d'Haiti tant que ses politiciens et dirigeants ne font que se battre entr'eux pour le pouvoir, au mépris des besoins du peuple,  et répétant à qui veut l'entendre et à qui mieux mieux: "Ote-toi que je m'y mette"

HCN

No comments:

Featured Post

Pages retrouvées:L’Armée d’Haïti : autopsie d’une institution

Par Dr Eddy Arnold Jean 13/10/2011 Comme la race des humains, les institutions ont la vie dure. Celles qui disparaissent au fil de l’hi...