Saturday, May 2, 2009

Thèmes de l’Emission de la semaine

Thèmes de l’Emission de la semaine
Orlando le 1er mai, 2009

Actualités Politiques : Grandes Lignes
Malgré le financement extravagant des candidats de LESPWA, les sénatoriales partiel du 19 avril, n’ont pas pu avoir de gagnant au premier tour. Peut-on conclure que la raison soit, la dilution à cause du nombre élevé des candidats coïncidant avec la faiblesse de la participation ? Loin de là. Ce long délai avant d’afficher les résultats, en n’est pas la cause réelle, mais le symptôme. Publier les résultats avec ces fraudes massives, aurait été trop scandaleux. Il y a eu des exagérations exorbitantes. On a dû temporiser l’affichage des résultats pour négocier des chiffres plus vraisemblables. Cependant, il est à remarquer, que malgré tout, les candidats de LESPWA seront présents, en tête de liste au second tour, dans tous les 9 Départements indistinctement. On a voulu tout simplement ménager les apparences en évitant des victoires en trombe du parti présidentiel, dès le premier tour. L’indécence dans la fraude a été poussée à un tel niveau qu’à certains endroits, telle que la commune de Milot par exemple, le décompte des voix dépassait le nombre d’habitants de la zone.

Paradoxalement, il faut le reconnaître, que le candidat de LESPWA le plus controversé et le plus décrié à cause de son dossier criminel notoire, a reçu 49.49% des voix dans le Département du Nord. Le plus haut pourcentage de tous les candidats sur tout le territoire. Un fait remarquable qui met en exergue la détermination de Préval de faire triompher son candidat avec une légitimité écrasante. Celui qui le suit de près, c’est le candidat du Sud-est Lambert, le frère de l’ex-président du Sénat, à 49.06%. Peut-on conclure logiquement dans ce cas, que les gens du Nord, ont soudainement développé une certaine tolérance envers les actes délictueux de ce candidat ? Est-ce que les gens du Nord sont devenus soudainement amnésiques ? Est-ce que le respect de l’éminente dignité de la personne humaine soit absolument banni de l’éventail des traditions et des valeurs que vénèrent les gens du Nord ? Comment expliquer que les gens du Nord aient pu voter avec un tel engouement pour quelqu’un qui a violé manifestement en plusieurs fois, le doit humain le plus sacré et le plus précieux, le droit à la vie ?



C’est un fait irréfutable que le conseiller électoral François Jasmin a confirmé ce mercredi 29 avril que des modifications ont été apportées à la liste des candidats admis pour le second tour des sénatoriales partielle juste avant la publication des résultats le lundi 27 avril. Le remplacement des noms de candidats au profit d'autres, intervenu à la dernière minute, a provoqué des réactions négatives parmi les conseillers, ainsi que les employés étrangers du CEP qui n'ont pas caché leur mécontentement. La question maintenant est de savoir qui d’autre que Préval lui-même a le fiat d’autorité sur les décisions électorales ? Prévale de fait a personnellement fait le tri des gagnants! Une violation flagrante du résultat des élections, l’expression de la volonté générale !

Dans le domaine du financement, le ministre de l’intérieur et des collectivités territoriales, Paul Antoine Bien Aimé suspect d’avoir utilisé subrepticement les fonds affectés aux collectivités territoriales pour financer les candidats du gouvernement, a été convoqué mercredi, dans une rencontre à huis clos, par la commission sénatoriale Justice et Sécurité publique. Son ministère gère de fait des fonds évalués à plus de 1 milliards de gourdes, pour les collectivités territoriales. C’est de ces fonds qu’un tirage important a été fait le 17 avril, soit 2 jours avant la date des élections. Il a rejeté mercredi les allégations selon lesquelles des fonds affectés aux collectivités territoriales auraient été décaissés pour financer la campagne des candidats du parti présidentiel LESPWA. Mais en outre, il a admis, qu’il y a eu un tirage de 7 millions de gourdes qu’il a distribué à part égale à tous les partis.

C’est l’évidence même que les candidats supportés par le gouvernement aient été copieusement financés du commencement à la fin de la campagne. Cependant, à la fin de la campagne, on a remarqué ostensiblement et sans équivoque une relance substantielle du financement des candidats supportés par le gouvernement, qui dépasse de mille coudées l’effet qu’auraient pu avoir 7 millions de gourdes distribué à part égale à tous les partis. Maintenant, la question est de savoir d’où vient ce financement copieux dont ont bénéficié les candidats du gouvernement ? De la caisse publique ? Des fonds personnels de qui ? Ou des narcotrafiquants ?


Il est à remarquer que le financement du candidat de LESPWA pour le Département du Nord a été plus substantiel que ceux des autres candidats de LESPWA. Face à ce fait exceptionnel, on est bien obligé d’essayer de comprendre les raisons de cette exception. Pourquoi Préval insiste-il avec autant de détermination pour que ce candidat devienne un sénateur ? A-t-il aucun talent dans le domaine de la législation ? A-t-il eu une formation dans un domaine quelconque qui serait utile au corps législatif ? A-t-il le don oratoire ? Est-il un penseur d’avant garde, ou un visionnaire émérite ? Jouit-il d’une intelligence éblouissante, d’une érudition hors pair ? Dans la réalité c’est quelqu’un dont la notoriété découle uniquement de sa propension morbide pour la violence orale et physique. Il a un dossier criminel, avec des cas de meurtre sur lesquels la justice ne s’est pas encore prononcée. Il est un illettré fonctionnel avec très peu de talents qui puissent justifier d’aucune façon sa candidature à quoique ce soit et encore moins à un siège au Grand corps. Certes, il en a le droit en tant que citoyen, mais a-t-il la qualification et la capacité ?

Ce n’est pas par népotisme que Préval ait fait ce choix. Ce n’est pas dans l’intention de lui faire bénéficier d’une promotion sociale. Ce n’est pas non plus pour se procurer d’un exécuteur de basses œuvres au sein du Sénat. Il aurait pu trouver mieux qui accepterait volontiers à remplir ce rôle, avec plus d’intelligence. D’ailleurs en plaçant en tête de liste, dans tous les Département indistinctement, des candidats de LESPWA, montre clairement l’ambition politique de Préval de se garantir le droit de veto sur le parlement. Le choix de ce candidat tend plutôt vers une action revancharde.


Cette décision de Préval est beaucoup plus cynique et beaucoup plus terre-à-terre que cela. N’ayant jamais pu souscrire à la notion du régime semi-parlementaire, à cause de sa foi inébranlable dans l’omnipotence du pouvoir présidentiel traditionnel, Préval, dès son premier mandat, a eu des mailles à partir avec le pouvoir législatif. Il refuse jusqu'à présent d’accepter la notion démocratique et constitutionnelle de l’indépendance des pouvoirs. Que le l’Exécutif propose et que le Législatif dispose. C’est pour manifester son mépris et son aversion pour le pouvoir législatif et pour le parlement lui-même en tant qu’institution, que Préval tient à imposer au Grand corps spécifiquement quelqu’un de cet acabit. Sans se soucier ni du précédant qu’il crée, ni de ses conséquences néfastes pour la nation, il veut aveuglément satisfaire ses bas instincts pour porter atteinte au prestige du Sénat qu’il veut fouler aux pieds. Il veut surtout provoquer, dans un scandale, les sénateurs qui menacent de ne pas valider le pouvoir son candidat.

On n’a pas besoin d’être grand clerc pour comprendre pourquoi l’internationale manifeste avec autant d’insistance et d’enthousiasme sa satisfaction des résultats des sénatoriales partielle, malgré les manipulations criardes du processus électoral. Si elle perçoit, d’une part, ces élections comme la première étape vers la préservation de la Constitution par le biais de l’amendement pour améliorer son interprétation, sa fonctionnalité et faciliter sa mise en application. De l’autre, l’internationale ne devrait-elle se poser la question qu’adviendra-t-il à la liste d’amendements si critique pour la préservation de la Constitution, si Préval réussit, par la fraude électorale, comme il vient de le faire, à se doter du droit de veto sur le parlement par le biais d’une majorité de 2/3 qu’il convoite au Sénat ? C’est un fait irréfutable que la tolérance des fraudes électorales a des conséquences extrêmement graves et extrêmement profondes sur la façon de gouverner, sur les leviers politiques qu’elle pourvoit aux gouvernants contre les intérêts de la nation et de son avenir. La confiscation des élections par le biais de la fraude, est une arme dangereuse que les despotes ont utilisée constamment pendant trop longtemps contre les intérêts du peuple haïtien. Elle est de faite la cause principale de l’instabilité politique en Haïti. Posez-vous bien la question : Pourquoi est-il devenu une tradition pour le peuple haïtien, quand il veut changer de régime politique, il a automatiquement recours aux mouvements insurrectionnels qui lui sont très coûteux en vies et en biens, mais pas aux élections pour tenter la possibilité d’alternance démocratique ? La réponse est exactement ce spectacle scandaleux dont nous venons d’être témoin le 19 avril dernier ! Consacrer la fraude électorale en acceptant ses résultats avec enthousiasme, renforce la détermination de Préval de récidiver, et contribue inéluctablement à la déstabilisation du pays !

Nous allons au second tour le 7 juin. L’internationale tient-elle compte de l’aveu fait par le conseiller électoral François Jasmin ce mercredi 29 avril au sujet des modifications apportées à la liste des candidats admis au second tour ? L’internationale va-t-elle traiter la fraude électorale avec autant de complaisance, qu’au premier tour ? La Minustah va-t-elle continuer à jouer volontiers le rôle de garde prétorienne pour Préval ? Responsable de la stabilité d’Haïti, ne comprend-elle pas que l’une des causes fondamentales de l’instabilité politique d’Haïti, est qu’on persiste à avoir continuellement des élections contestées ?

Est-ce que nos braves stratèges lavalassiens continuent à se confiner dans leurs réunions pour faire de l’asinus asinum fricat au lieu de se rendre à l’évidence que leur abstention n’a été d’aucun effet ? Que le taux de participation n’a jamais été un critère de validation des résultats d’élections. Que l’opération « la ri blanche port fèmen » a été futile et inutile. En d’autre terme l’abstention exclut de l’expression collective de la volonté générale, celle de ceux qui s’abstiennent. Certes, il est plus facile de se complaire dans l’erreur que de le reconnaître et de le corriger. Pour un parti à option de pouvoir, et qui de fait l’exerce de 1991 à nos jours, près de deux décades, il est absolument incompréhensible et ahurissant que ces leaders, inclus Aristide, ont pu commettre l’erreur classique de néophytes dans le domaine électoral. La base lavalassienne, du moins ceux qui dans cette base sont capables d’apprécier la gravité de l’erreur, devrait questionner cette décision pour en déterminer les raisons et les conséquences. Espérons que les lavalassiens, s’ils arrivent à faire un exercice honnête d’introspection et de mûres réflexions, verront le bien fondé de la participation pour exprimer leur volonté politique au second tour, empêcher à Préval de confisquer les prochaines élections, protéger la Constitution et l’avenir du pays. Ces sénateurs qui vont être élus au second tour le seront pour 6 ans, jusqu’en 2015 !

Thursday, April 30, 2009

Pictures of the Obamas' 100 Days

Click to play this Smilebox slideshow: Pics:The Obamas'100 Days
Create your own slideshow - Powered by Smilebox
Make a Smilebox slideshow

This Week in Haiti" is the English section of HAITI LIBERTE newsweekly

This Week in Haiti" is the English section of HAITI LIBERTE newsweekly. For
the complete edition with other news in French and Creole, please contact
the paper at (tel) 718-421-0162, (fax) 718-421-3471 or e-mail at
editor@haitiliberte.com. Al3o visit our website at
.

HAITI LIBERTE
"Justice. Verite. Independance."

* THIS WEEK IN HAITI *

April 29 - May 5, 2009
Vol. 2, No. 41


APRIL 19 ELECTION YIELDS NO WINNERS
by Kim Ives

None of the 78 candidates who ran for 12 of the Haitian Senate's 30 seats on
April 19 won in the first round, the Provisional Electoral Council (CEP)
announced on Apr. 27. The CEP also said that the elections, which were
boycotted by Haiti's largest party, the Lavalas Family (FL), had a voter
participation of 11.3 %, an assertion many voters and observers question.

"The figures the CEP give are a joke," said former FL deputy James Derosin,
who helped to organize the party's "Operation Closed Doors, Empty Streets"
on election day. "It's a fabrication because everybody observed that less
than 1% of voters participated."

The nine-member CEP disqualified the Lavalas Family from participating in
the Apr. 19 elections on the grounds that the party's leader, exiled former
president Jean-Bertrand Aristide, did not sign FL candidates' registration
papers (see Haiti Liberté, Vol. 2, No. 31, 2/18/2009).

According to the CEP, 438,624 voters went to the polls from about 3.7
million enrolled nationwide.

In Port-au-Prince, the CEP claims that 49,522 people voted, with 41,688
valid votes, 3,243 blank ballots, and 4,591 flawed ballots. Even those
widely disbelieved figures would indicate that less that 2% of the capital's
3 million people turned out.

Some politicians, such as the FL's Annette "So An" Auguste and Mirlande
Manigat of the Assembly of Progressive National Democrats (RDNP), called on
Haitians to vote but to cast blank ballots. (Other FL leaders and base
organizations disavowed Auguste's call, insisting on a complete boycott.)

The Lavalas Family Committee of the Haitian Diaspora wrote in a letter to
Haiti's Senate that "the majority had to impose its right of veto on these
anti-democratic elections."

Charging that less than 1.5% of the population voted, the Committee said
that "only the mercenaries in the polling places voted on Apr. 19 by
stuffing the ballot boxes with false ballots." It called on the senators to
"forbid the integration of the pseudo-senators in the Republic's Senate so
as to safeguard the constitutional victories of the Haitian people, and this
will be justice."

The CEP said that 11 run-offs will be held on Jun. 7. The Center Department,
whose voting was cancelled on Apr. 19 after violence flared there, would
rerun its first round on that date.

"As far as the people are concerned, there was no election, no first round,"
Derosin said. "If there was no first round, there can be no second round.
But if they persist, we will have to launch Operation Closed Doors Number
Two."

President René Préval's party Lespwa (Hope) is in all 11 of the run-offs. A
candidate needs 50% of the vote plus one vote minimum to win the seat.

The second rounds scheduled for Jun. 7 will pit the following candidates and
parties against each other in 9 departments:

West: John Joel Joseph (LESPWA/29.31%) vs. Mario Viau (UNION/12.56%).

South East: Wencesclass Lambert (LESPWA/49.06%) vs. Pierre Ricard
(OPL/43.19%).

South: Laguerre Joseph Benoit (UCADDE/27.97%) vs. Exilus Pierre Francky
(LESWPA/22.70%).

North: Moise Jean Charles (LESPWA/49.49%) vs. Laguerre Jean Jacques René
(MODELH-PRDH/21.86%)

Northwest: Hyppolite Melius (OPL/34.93 %) vs. Sainvil Francois Lucas
(LESPWA/29.29 %).

Grande-Anse: Jean Maxime Roumer (LESPWA/38.67%) vs. Bellefleur Marie-Aurore
Lainé (FUSION/22.06%).

Nippes: Jean William Jeanty (KONBA/23.95%) vs. Vilson Louberson
(LESPWA/16.50%).

In two departments, two senators will be elected, resulting in run-offs of
four candidates.

Artibonite: Anick Joseph Francois (OPL/26.22%), Jean Baptiste Jean Willy
(AAA/22.29%), Paul André Garconnet (LESPWA/14.54%) and Michelet Louis
(Indépendant/13.74%)

Northeast: Pierre Louis Lucien Derex (LESPWA/24.48%), Jean Rodolphe Joazile
(Fusion/18.54%), Charles Pierre Jacques André Karl (OPL/13.20%) and Joachim
Armand (OPL/11.90 %).

Meanwhile, even senators from parties that participated in the Apr. 19
polling are taking a distance from the vote in the face of widespread
popular outrage. A group of prominent senators have called the election a
"farce" and vowed to block the seating of any candidates emanating from this
set of partial Senate elections. Sen. Evaliere Beauplan (Pont
Nord/Northwest), the spokesman for the group, said that the senators would
make sure that the "impostors" could "not validate their power." The group
also includes Fritz Carlos Lebon (Union/Sud), Edmonde Supplice Beauzile
(Fusion/Center), Eddy Bastien (Alliance/Northwest), Rudy Hériveaux
(Lavalas/West) and Jean Hector Anacacis (Lespwa/West).

Beauplan said that the senators "refuse to accept what happened on April 19"
and proposed that well-organized inclusive elections be held in November
when other parliamentary contests are due. He also called on Préval to
apologize to the Haitian people for the fiasco.

According to Andris Riché (OPL/Grande Anse), the Senate's vice-President,
"the Apr. 19 elections were a complete waste." The elections cost some $16
million to hold.

Even senators who accepted the principle of the exclusionary elections are
complaining. "People voted in exchange for money and food," griped Senator
Nenel Cassy (Lespwa/Nippes). "This is bribery that reversed the voting trend
in the Nippes department."

The Organization of American States (OAS), representing, as usual,
Washington's position, worked hard at damage-control after the election. In
an Apr. 21 press release, OAS Secretary General José Miguel Insulza called
the elections "part of an invigorated and persistent democratic exercise of
the government of President René Préval, contributing to the institutional
consolidation of that country."

The OAS asserted that the elections "were well-organized during the opening
and closing of the voting centers, and in the distribution of
government-issued registration cards, as well as in the presence of security
forces that helped maintain order." Security maintenance was helped by the
fact that most voting stations were all but empty of voters.

Insulza feigned ignorance of the massive boycott, attempting to attribute
low voter turnout to apathy. "Indifference is harmful for a democratic
process that requires a strong interaction between political actors and
governments," he said. He also pointed to the "the normality that
characterized the voting process and the propriety at the polling centers,"
as if a 1% turnout was normal or would sully a voting station.

To further underscore the foreign hand guiding Haiti's supposedly sovereign
elections, Hédi Annabi, the head of the occupation force known as the United
Nations Mission to Stabilize Haiti (MINUSTAH), inspected the OAS-provided
Tabulation Center where votes were counted.

MARIO JOSEPH AND BRIAN CONCANNON TO SPEAK IN NY METRO AREA

Mario Joseph, Haiti's most prominent human rights lawyer, and Brian
Concannon, a U.S. lawyer who spent nine years in Haiti, will discuss the
fight for justice for poor Haitians in three different events around the New
York metropolitan area next week. Joseph, who heads the Office of
International Lawyers (BAI) in Port-au-Prince, and Concannon, who heads the
Institute for Justice and Democracy in Haiti (IJDH), will explain how this
fight is waged in Haiti, one of the poorest and most inequitable countries
in the world. They will also lay out how powerful countries like the U.S.
have undermined justice and democracy in Haiti by imposing economic policies
and deposing uncooperative Haitian governments.

All events are free and open to the public.

MONDAY, MAY 4, 2009
"Two Lawyers Working on the Front Lines for the Rule of Law in Haiti"
6:00 - 7:30 p.m.
Alan V. Lowenstein Conference Center
65 Livingston Avenue
Roseland, New Jersey 07068
Sponsored by Seton Hall Law School.
973.597.2500
www.lowenstein.com
Please RSVP by April 29, 2009
to development@ijdh.org or 530.219.0971

WEDNESDAY, MAY 6, 2009
Meeting with the New York Haitian Community
7:00 - 9:00 p.m.
Haiti Liberté Newspaper
1583 Albany Avenue
Brooklyn, NY 11210
Sponsored by Haiti Liberté
718.421.0162
www.haitiliberte.com

THURSDAY, MAY 7, 2009
"Fighting for Justice in Haiti"
6:30 - 8:30 p.m.
New York University School of Law, Furman Hall, Room 212
245 Sullivan Street, between West 4th and West 3rd Streets
New York, NY
Sponsored by the National Conference of Black Lawyers & the National Lawyers
Guild
(A photo ID is required to enter the building.)
Contact: 541.263.0029

All articles copyrighted Haiti Liberte. REPRINTS ENCOURAGED.
Please credit Haiti Liberte.

Wednesday, April 29, 2009

No winners emerge from Senate elections in Haiti; June runoff set


Port-au-Prince, Haiti - None of the candidates running for 12 Senate seats in Haiti achieved a majority of votes in the April 19 elections, paving the way for a June runoff, the election commission said. Turnout for the voting, in which 78 candidates were running, was 12 per cent, the commission said Tuesday in Port-au-Prince.

Voting was marred by a boycott by supporters of former president Jean-Bertrand Aristide, who was deposed in 1991 and again in 2004, as well as a halt to public transportation in Port-au-Prince by authorities and a raid and shooting of an election official at one polling station by protestors.

The inconclusive results meant that 40 per cent of the 30-member upper house of the National Assembly remained unoccupied in the Western Hemisphere's poorest nation, which has been beset by years of political and societal unrest.

A third of the Senate's seats come up for election every two years. This year, two other seats were also empty after one senator died and another was removed from office.

Le journaliste Lionel LeGrand est mort.

Le journaliste Lionel LeGrand est mort.
To: haiti-nation@googlegroups.com, grandsdebats@yahoogroups.com, debanasyonal@yahoogroups.com, haiticonnextion@yahoogroups.com, "Radio Soleil"
Date: Tuesday, April 28, 2009, 8:09 AM

Marcel Lecorps,

Merci de nous informer du deces du Journaliste bien connu et tres apprecie Lionel Legrand. La premiere question qui m'est venue a la tete a ete de demander, pourquoi?
Puis je me suis mis a douter. Mais, malheureusement, cette triste nouvelle m'a ete confirmee ce lundi soir en ecoutant le directeur de Radio Soleil, Mr. Ricot Dupuy l'annoncer. N'empeche que je continuerai a demander, pourquoi?
Pouquoi partir aussi vite et sans avertir? Sans dire au revoir?

Comme le directeur de Radio Soleil l'a fait remarquer, le depart de Lionel Legrand est une perte enorme, non seulement pour la station mais aussi pour la communaute haitienne toute entiere, plus precisement celle de New York et de ses environs. Lionel etait devoue, simple et surtout pas controverse, tout en ayant droit a ses propres opinions, qu'il n'essayait jamais d'imposer a qui que ce soit. Il ne pensait pas avoir la science infuse, ce qui le rendait sympatique a un tres large auditoire. Je l'ecoutais assez souvent depuis Taiwan dans ses nouvelles de 8h pm. Il va me manquer, il va nous manquer a tous et a toutes. Paix a son ame !

Je presentre mes plus sinceres condoleances a la famille de Lionel et ses proches. Je presente egalement mes condoleances emues au directeur et au staff de Radio Soleil, a son auditoire, a la communaute haitienne de New York endeuillee, et a tous ses confreres quel que soit l'endroit ou ils se trouvent. Je partage votre douleur a tous et a toutes.

Que la terre te soit legere Lionel Legrand !

Sonny Seraphin
(Taiwan)
sonny_seraphin@yahoo.com

Les 100 premiers jours du président Haïtien au Palais National

Les 100 premiers jours du président Haïtien au Palais National

A : Dr. Carl GILBERT, Renald LUBERICE, Jacques MALI, l’Humble-Viveur-Expert VAVA

La semaine dernière, j’ai évoqué brièvement selon mes observations une théorie fondée sur l’Histoire récente de 1941 à 2006, la Croisée des Adversaires Politiques au Palais National. En résumé, ce sont les successions de pouvoirs qui enfantent la discontinuité de l’Etat. On recommence toujours à zéro. Exception faite entre 1994 et 2004 avec Jean-Bertrand Aristide (1994-1996), passant par René Préval (1996-2001) puis Jean-Bertrand Aristide (2001 – 2004).

Le pouvoir politique est une affaire d’équipe. Ce n’est pas le scenario où quelqu’un se voit surpris au Salon Jaune du Palais, regardant au Nord comme au Sud, à l’Est et à l’Ouest pour se demander : « Mais… dis donc, je suis seul… appelle-moi Pierre, Jacques et Jean. ». Le Pouvoir se prépare. Il ne doit pas être le produit du hasard. Avant de fouler le sol du Palais National, on devrait avoir dans sa bourse au minimum 25 hommes ou femmes qui sont des experts dans diverses catégories. Un ami à P-au-P appelle ça a « shadow cabinet ». Attention ! Quelqu’un peut être un expert et n’a jamais obtenu un diplôme mais il maîtrise un domaine particulier où il peut fournir de bon « output » pour les besoins de la cause. Un expert peut être aussi un homme/femme de terrain qui sait exactement quoi proposer ou ne pas proposer au Chef de l’Etat dans telle ou telle situation donnée et bingo ! Danm, yes indeed ! Sa se yon bon boul ! Cette équipe de 25 qui est dans sa bourse, on l’identifie et à partir de ce moment, on les réunit pour leur dire «Vous, dans tel rôle... toi, dans telles tâches, apportez-moi rapido presto des propositions sur x,y,z .» Détrompons-nous, le Chef d’Etat sait toujours ce qu’il veut dans certains cas mais puisque l’équipe n’est pas une bande de naïfs sans expérience politique, il sait qui va faire quoi et sur qui il peut compter au moment inattendu.

Le Pouvoir est aussi une affaire de conjoncture et dont on doit se servir comme un art. La conjoncture de 2004 n’est pas celle de 2006, celle de 2009 ne sera pas celle de 2011. Un président issu des élections de novembre 2010 (prochaines présidentielles d’Haïti) aura assez de temps pour préparer son « shadow » Cabinet et mettre sur la table les grands dossiers de la Nation. Des élections de novembre 2010 au 7 février 2011, il a théoriquement assez de temps pour réunir son « shadow cabinet » sur les grands dossiers, donc les grandes priorités.

En Haïti, une fois que le Président est élu, il est submergé de flagorneurs qui lui disent du matin comme au soir qu’il est le plus beau du monde, le plus intelligent et le plus populaire au lieu de construire un « tableau de bord », un « roadmap » et qu’on lui dise : « Excellence, voici la réalité… » Pour cela, je vous propose trois options sur la Sécurité : 1) Donner un ultimatum aux gangs, voici… voilà, comment etc. ; 2) Annoncer les grandes mesures de sécurité, voici… voilà, comment; 3) Négocier avec les « têtes de pont /chefs de gangs », voici… voilà… comment, ainsi que les conséquences. Des trois options, le Chef de l’Etat, selon sa sagesse, son expérience du terrain peut choisir une option ou tout laisser tomber faisant le contraire des propositions qui sont en face de lui.

Ensuite, ce président doit se mettre en tête que l’Etat est extrêmement faible avec 65% du budget National qui dépendent de la Communauté Internationale. Il devra être réaliste et se mettre en tête « Je vais faire ce que je peux, non pas ce que je veux. » par rapport au budget, au manque de ressources, la pression des gens qui ont faim et qui ont besoin du travail « sak vid pa kanpe… e chyen grango pa jwé, leu’l move, se modé’l modé. » La rue a ka cho dans moins de 24 heures. (La chute de Jacques-Edouard Alexis les 7, 8,9 avril 2008)

Il doit être (je répète) réaliste des enjeux majeurs et doit se mettre en tête que tout est URGENT/PRIORITAIRE en Haïti. Il n’a pas en caisses de ressources financières pour démarrer magistralement. Les urgences sont les suivantes et cette liste n’est pas exhaustive :

1) Sécurité: (La sécurité/stabilité est la mère de gros investissements nationaux et internationaux… quels sont les enjeux? PNH, MINUSTAH, Forces Spéciales ?)

2) Environnement : (Que faut-il faire rapidement face à ce mal qui est calamiteux ?)

3) Social : (Quel est l’agenda pour résorber le chômage, la misère à court, moyen, et long terme ?)

4) Politique : (Quid de l’intégration des acteurs politiques dans les grandes décisions nationales ?)

5) Economie : (Macro - bonne gouvernance et Micro - apaisement social etc.)

6) Energétique : (Quelles sont grandes décisions pour la question énergétique ?)

7) La question agricole : (Production nationale car les gens ont faim…Comment les nourrir et dans combien de mois ?)

Bref… la vraie politique ne fait pas sur la place publique. Je ne suis pas candidat à la Présidence… mais le minimum d’expérience que j’ai autour d’un pouvoir, je comprends qu’en Haïti, nous avons fait l’expérience de certains hommes qui arrivent au Palais et qui ne s’étaient jamais préparés pour gérer le pouvoir en équipe –as a dream team - avec une vision claire (court, moyen et long terme), convaincus de la culture et l’exigence des résultats.

La preuve : le bilan des deux régimes successifs n’est pas du tout brillant. Change must come to HAITI.

Cordialement,

Jean-Junior JOSEPH

Delight for Thirsty souls

Revelation 18:1-5

And after these things, I saw another angel come down from heaven, having great power; and the earth was lightened with his glory.
And he cried mightily with a strong voice, saying Babylon the great is fallen, is fallen, and is become the habitation of devils, and the hold odf every foul spirit, and a cage of every unclean and hateful bird.
For all nations have drunk of the wine of the wrath of her fornication, and the kings of the kings of the earth have committed fornication with her, and the merchants of the earth are waxed rich through the abundance of her delicacies.

And I heard another voice from heaven, saying, Come out of her my people, that ye be not partakers of her sins, and thgat ye received not of her plagues. For her sins have reaches unto heaven, and God has remembered her iniquities.


Questions

Do you know where the modern Babylon can be found?
Why is Babylon the richest ans smallest nation in the world?
Why all head of States have to pay a trip to Babylon?
Why is Babylon fallen?
Could Babylon be the system that proclaimed the decree in 1492, to enslave the black race because of the celebration of the black race in the Songs of Songs of Solomon?

Dr Keny Bastien

Obama humilie René Préval, les Haïtiens vexés

Obama humilie René Préval, les Haïtiens vexés Lundi, 27 Avril 2009 18:31 MÉDIA MOSAÏQUE

L'image du chef de l'État haïtien a encaissé un dur coup lors du Ve Sommet des Amériques. Le réseau américain MSNBC a diffusé un extrait absolument dévastateur pour René Préval. Le débat fait rage au pays et notamment dans les forums de discussions sur le Web.


Le clip vidéo monté par l'envoyé spécial de la chaîne à Trinidad, qui présentait la rockstar du sommet, en l'occurrence Barack Obama, en train de saluer ses pairs, a aussi montré comment ce dernier a ridiculisé le président haïtien.(Recopiez le lien en-dessous)

http://www.msnbc. msn.com/id/ 21134540/ vp/30293066# 30293066

Comme on peut le voir, René Préval, qui voulait saluer Barack Obama, a piteusement échoué en tentant de s'attirer les regards du président américain. Le chef de la Maison Blanche qui, apparemment, l'a vu (parce que Préval l'a interpellé en lui tendant la main de dos), a préféré parler à la présidente du Chili, Michelle Bachelet.

C'était déjà assez pour provoquer un flux exponentiel de messages dans les forums de discussion sur le Web. Détracteurs et sympathisants de l'actuel locataire du Palais national s'en donnaient également à cœur joie dans les émissions de «libre tribune».

Les interprétations ne vont pas toutes dans le même sens


Pour l'internaute haïtien Stanley Lucas, adversaire connu du président haïtien, ce comportement illustre le style « informel » privilégié ordinairement par le premier mandataire haïtien. Il énumère «trois faux pas récents de René Préval qui ont un impact (négatif) sur l'image d'Haiti ».

À part la tentative ratée de salutations à Obama, M.Lucas rappelle « les mensonges à Rama Yade, la Secrétaire d'État français des Affaires Étrangères et des Droits de l'homme » et sa présence (il est le seul à être sans veston) lors de la photo officielle du Sommet de la CARICOM.

«Au milieu d'une foule, on doit attendre son tour ou bien l'on se fait présenter par l'hôte. On ne doit pas chercher à prendre d'assaut le bras de quelqu'un pour se faire reconnaitre», a par pour sa part , écrit Carl J. Gilbert, moins acide envers M.Préval.

« Je ne pense pas que Président Obama en toute honnêteté ait voulu "shun" Président Préval. Je pense qu'au prime abord Obama ne l'a pas reconnu. D'ailleurs Obama avait voulu que Préval (soit) à ses côtés au moment du dîner », a relativisé M. Gilbert.

La responsabilité de MSNBC questionnée


De son côté, Jean-Junior Joseph a plutôt culpabilisé les journalistes « de MSNBC sur les lieux à Trinidad et Tobago. Ils savai(ent) que c'était le président haïtien René Préval à moins qu'ils soient en panne de culture. Cette équipe a d'abord visionné le clip, puis l'a traité en studio avant de faire le uploading (téléchargement) via Internet ou FTP de leur chambre d'hôtel. »

« Alors, veut-on me faire croire que MSBC ignorait que c'était Préval? La chaîne MSNBC, prend-t-elle les Haïtiens pour des imbéciles? En regardant le clip, quel est le message central? Ne pouvait-elle pas traiter le clip et enlever les mini-secondes de l'image du président haïtien ?», s'est demandé M.Joseph.

BGZ Filmz presents "Lost In Haiti" Life as a Deportee In Haiti

3 of 3 Photo(s)

108_1064.jpgJesus on the train.jpg108_1306.jpg Wed Apr 29, 2009 12:11 am


Show Message Option
--------------------------------------------------------------------------------

View Source
Use Fixed Width Font
Unwrap Lines

--------------------------------------------------------------------------------

Bgz Film haiticonnexion
Offline
Send Email


Remove Author | Ban Author

Greetings ECHO D'HAITI

We would like to take the time out to introduce to you, "LOST IN HAITI" Documentary DVD, currently in production, developed by Bourgeoizie Filmz LLC. LOST IN HAITI- will be a documentary exploring the social, cultural, political, and personal ramifications endeavored by many current and future deportees returned their birth land, Haiti under the new U.S. Immigration Laws.

We have been working with several organizations in the U.S and in Haiti advocating for Human Rights and the rights of immigrant detainees facing deportation to Haiti. Our Haitian-American perspective will explore the root cause of acculturation, assimilation, and objectification of the Haitian culture and history pertaining to the deportees. Showing first hand accounts of these former U.S. residents and their families, the documentary explores how the U.S. immigration and deportation process effects their lives. We have highly controversial footages concerning this sensitive issue -all information and visuals that you, too, might be interested in pursuing.

Bourgeoizie Filmz LLC, based in New York City was established in early 2004 by it's founders Gregory Jesus Luc and Berhane Gelin. Since the company's release of the controversial independent film documentary, "From Harlem To Haiti" (about immigration and deportation) in early 2005, the company has been consistently busy working on a wide range of commercials, music videos, documentaries, corporate and internet material. Bourgeoizie Filmz is committed to developing and producing films of current and historical apropos, social purpose commercial value, and artistic integrity.

Fundamentally, this project seeks to foster social discourse through various avenues of storytelling, leading to community and self-empowerment. This program is designed for national broadcast, as well as ancillary interactive websites and print material. It will serve as a vehicle for information, enlighten and inspire change through honest interpretation from a historically underrepresented segment of society, Haitian deportees and immigrant deportees in general.

Again, continue to fight for freedom and justice.

Thank You,
Gregory Jesus Luc
Bourgeoizie Filmz LLC
P.O.BOX 1002
New York, N.Y. 10025
646.404.7707

some links:
http://www.youtube.com/watch?v=2zNz1bILV6c
www.lostinhaiti.com
www.bgzfilmz.com

BIO
Gregory Jesus-Luc
Director, Producer

Mr. Luc is a prominent figure in his community. In 2000 Mr. Luc graduated with a B.A. in Criminal Justice from John Jay College of Criminal Justice in New York City, and went on to study and receive a certificate in 16mm Film Production and Editing at The New School University. In 2007, Luc co-founded the 501(c3) not-for-profit annual educational organization, Spring Break In Haiti. He is an active member of the annual African Day Parade community board in Harlem. He is also actively working with the National Haitian Student Alliance, United Haitian Students of Florida, and The Florida Haitian Student Association. He travels to Haiti frequently and is currently working with the Deportees Improvement Progress Services (D.I.P.S Org.), an organization dedicated to helping deported individuals adjust to their new environment.

Pierre Léger réclame la définition d'un plan de relance agricole

Lundi, 27 avril 2009 10:10

Pierre Léger réclame la définition d'un plan de relance agricole


Le président de la chambre de commerce du sud, Pierre Léger, fait état d'une accentuation de la paupérisation des classes moyennes et paysannes d'Haïti.

Cet agronome et industriel déplore l'absence d'un plan pour la relance de la production nationale pourtant annoncée à grand renfort de publicité par le gouvernement. Même s'il est membre de la commission présidentielle sur la compétitivité économique, M. Léger est très critique vis-à-vis des autorités haïtiennes.

Faisant valoir que sa participation au sein de la commission vise à contribuer à la préparation d'un avenir meilleur pour les jeunes, Pierre Léger, dénonce le refus des autorités d'autoriser le fonctionnement du Port-du-Sud.

Interrogé sur les dispositions à adopter pour favoriser la reprise des exportations, l'homme d'affaires préconise la construction des infrastructures essentielles dans les villes de province. Il faut des ports, des aéroports, des routes, des canaux d'irrigation lance M. Léger qui critique l'obstination des autorités à solliciter une assistance de la communauté internationale.

Estimant qu'un pays doit être géré comme une entreprise, l'industriel croit qu'Haïti est en faillite parce que les dirigeants son médiocres. " Haïti n'est pas pauvre ce sont les cerveaux qui sont pauvres", martèle Pierre Léger.

Par ailleurs, il salue l'action de l"unité de Lutte contre la Corruption (ULCC), faisant remarquer que ce fléau au sein de l'administration publique est une cause de la détérioration des conditions de vies de la population.

Plaidant en faveur de la décentralisation, M. Léger assure que de nombreux emplois pourront être créés avec l'arrivée des investisseurs étranger dans le sud, le Nord et l'Artibonite.

LLM

Tuesday, April 28, 2009

Bon Appetit Jacques Mali

Bon appétit Jacques Maly
Jean Erich René
Ottawa le 28 avril 2009


J’apprécie la justesse de ton intervention et ton style courtois, deux
qualités rares sur nos forums. Mais je n’arrive pas à identifier les points
de désaccord mentionnés. Au contraire tu n’as apporté que plus de
précisions que je ne jugeais même pas nécessaires puisque les faits sautent
tellement aux yeux de tous. Pour mettre en évidence la corrélation entre la
privatisation et la déchéance de l’économie haïtienne consultons l’histoire
récente :

Jacques Maly,

1.- Je conviens avec toi qu’en évoquant la privatisation de la douane que
je voudrais parler du port et de l’aéroport de Port de Port-au-Prince qui à
mon avis représentent les deux plus gros morceaux des recettes douanières
d'Haïti. Combien de compatriotes ont expédié une voiture en Haïti et qui se
trouvent dans l’obligation de l’abandonner à la Douane parce qu’on réclame
des frais supérieurs au prix d’achat de ces voitures de seconde main. Je
peux encore te citer le cas d’un Groupe d’amis de la diaspora qui voulaient
porter secours aux sinistrés du cyclone Jeanne en 2004 en expédiant des
réchauds à gaz. 80.000 dollars ont été réclamés pour leur dédouanement.
Ils ont tout abandonné! Ce n’est qu’en 2007 qu’ils ont été livrés après le
ravage des cyclones aux Gonaïves. Ces deux exemples suffisent pour
illustrer les cas d’extorsion qu’exerce le Club de Bourdon au niveau du
port de Port-au-Prince. Savez pourquoi la route Cayes –Jérémie financée par
la BID depuis l’année dernière n’a jamais été exécutée? Ces mêmes
publicains ayant pris connaissance de ce projet ont récupéré le plan de
construction en déclarant que l’aire du tracé passe sur leurs propriétés
privées et réclament des dédommagements. Le coût de la route monte
automatiquement à 200 millions. La BID a laissé tomber Ce n’est que cette
semaine après le cri des Jérémiens : « Pas de route pas de vote » que le
Ministre des travaux Publics annonce que le projet commencera en juillet et
durera 30 mois. Prions le Seigneur!




2.-Le congé fiscal dont je parle ne s’inscrit pas du tout dans le cadre des
attributions de l’État pour couvrir les pertes enregistrés par suite du
déchouquage au départ d’Aristide en 2004. Les entreprises industrielles et
commerciales sont déjà couvertes par des polices d’assurance. L’allègement
fiscal est une incitation à l’investissement, mais le congé fiscal est une
gabegie administrative. Avec quoi l’État va-t-il s’acquitter de ses devoirs
: refaire les routes, ramasser les piles de fatras? C’est pas sérieux. Je
blâme Gérard Latortue à ce point de vue. Il a accordé ce congé fiscal parce
que ce sont les membres du Groupe des 184 qui l’ont choisi comme Premier
Ministre après avoir machiné la chute d’Aristide. C’était le prix payé en
retour pour son portefeuille de Premier ministre. Point barre.-



3.- Le dossier de la privatisation a été lancé depuis 1985. Mais aucun
gouvernement avant Préval ne voulait l’exécuter. Tout a commencé par un
document confidentiel de la Banque Mondiale daté du 11 avril 1996
recommandant une cure de minceur de l'État haïtien selon le régime de la
privatisation des entreprises publiques,condition sine qua non de la
reprise de l'aide internationale bloquée depuis 1995. La balle a été
encaissée à bout portant par René Préval qui, immédiatement après avoir été
reçu par Bill Clinton, a lancé les débats selon les voeux des Institutions
de Brettons Wood.



Le 2 Octobre 1996, An 193è de l'Indépendance, le Gouvernement de René
Préval, première version, a créé le Conseil de Modernisation des
Entreprises Publiques (CMEP). Dans un premier temps les entreprises visées
sont: la Minoterie d'Haïti, Le Ciment d'Haïti, les Télécommunications
d'Haïti (Téléco); l'Electricité d'Haïti (Ed'H), la Banque Populaire d'Haïti
(BPH), la Banque Nationale de Crédit (BNC); l'Autorité Portuaire Nationale
(APN), l'Autorité Aéroportuaire Nationale (AAN) et les agro-industries
telles que les Sucreries de Welch et de Darbonne, l'huilerie ENAOL, la
Beurrerie du Sud et la Filature des Gonaïves. Au total il y a 55
entreprises publiques qui figurent sur la liste de la privatisation. René
Préval ne retourne pas au pouvoir pour abolir mais pour accomplir une
mission secrète. Il dispose déjà de toutes les provisions légales pour
mettre à exécution son projet. En effet dans son Numéro 75-A, 151ème Année,
le Moniteur, Journal Officiel de la République d'Haïti a publié le 10
octobre 1996 la loi portant sur la Modernisation des Entreprises Publiques
votée par le Corps Législatif. Le Premier Ministre demeure le Personnage
clé du Conseil de Modernisation des Entreprises Publiques. Ainsi se
justifie le choix de Jacques Edouard Alexis par les hommes d'affaires
intéressés comme maître-d'oeuvre , sous le couvert d'une hypothétique
modernisation. Les études d'évaluation ont déjà arrêté le choix optionnel
pour les entreprises suivantes :
- La Téléco, Le Ciment d'Haïti et La Minoterie d'Haïti seront capitalisés
c'est à dire rentabilisés suivant les principes de management propres à
l'économie capitaliste et appliqués dans le secteur privé.
- L'Autorité Aéroportuaire Nationale (AAN), l'Autorité Portuaire Nationale
(APN au Club de Bourdon) et l'Electricité d'Haïti (Ed'H à Vorbe et Fils ),
sont remises à des concessionnaires liés par un contrat de gestion avec
l'Etat.
- Les Banques commerciales, Banque Populaire Haïtienne (BPH) et la Banque
Nationale de Crédit sont aussi dans le collimateur des Grands Gosiers. Sous
peu le Gouvernement va prendre la décision finale pour livrer la BNC à un
Groupe de Banquiers faucons du Secteur Privé.



Soulignons toutefois que pour la Minoterie D'Haïti et le Ciment d'Haïti les
transactions ont déjà eu lieu. Les adjudications ont été favorables aux
acteurs qui se sont défoncés pour activer in extremis, lors des élections
présidentielles bidons de février 2006, le retour de René Préval au Palais
national et la reconduction de Jacques Edouard Alexis à la Villa d'Accueil.
Prochainement ils vont financer son élection à la présidence pour les
services rendus au Secteur privé. Cet enchaînement insidieux a donné lieu
à des manipulations financières défavorables aux caisses publiques
contrairement aux objectifs du Conseil de Modernisation des Entreprises
Publiques (CMEP). Nous assistons de préférence à la naissance des
compagnies privées : Digiciel, Haitel, Voila , sous forme de nouveaux
services et de nouveaux produits visant la maximisation des gains de
l'oligarchie haïtiano-américaine avec des incidences certaines sur
l'augmentation du coût des abonnés. Les petites bourses se défoncent pour
rester branchées à cause de la valeur ajoutée. Il n'est pas prudent
d'accorder aux dirigeants politiques le droit exclusif d'arbitrer la
privatisation des biens publics, à cause des impacts économiques énormes
qui en résultent pour le reste du Corps Social. Les cadres politiques ont
des intérêts puissants à protéger et usent des prérogatives attachées à
leurs fonctions pour signer des contrats trompe-l'oeil avec leurs
commanditaires.



Jacques Maly,

Tu m’as demandé de citer une seule entreprise étatique rentable. Sache bien
que toute la logique de la privatisation repose sur le déficit d'une
entreprise publique. Tel n'est pas du tout le cas pour la TELECO fondée en
1968 par François Duvalier et modernisée par son Fils Jean Claude Duvalier.
La TELECO disposait d'un réseau de 55.000 lignes et d'une vingtaine de
centrales pour un personnel de 2800 employés. Près de 250.000 lignes
étaient en attente. Donc la TELECO avait un potentiel d'exploitation qui
faisait baver les hommes d'affaires tant haïtiens qu'étrangers. Ce ne sont
pas les cadres techniques qui y font défaut. Il suffit d'une simple
amélioration technologique permettant de répondre à la demande et finaliser
les appels internationaux financiers pour que la TELECO dégage des revenus
annuels de l'ordre de 221 millions. Devrait-on se laisser prendre dans les
filets de la théorie néo-libérale et procéder à la capitalisation de la
TELECO. Elle représente l'entreprise publique haïtienne la plus lucrative
et la principale source de devises internationales du Pays.



Pourquoi a-t-on privatisé partiellement la TELECO ?Certainement pas au
bénéfice des petites bourses. Au retour d'Aristide on a assisté au
boycottage des lignes publiques suite à l'inauguration d'une compagnie
privée de téléphone cellulaire, propriété personnelle de l'épouse du
Président des USA qui avait préalablement recommandé la privatisation des
entreprises publiques. Aujourd’hui elle prend une allure de Sonthonax pour
empêcher Haïti de glisser dans la misère tandis que toute sa fortune
estimée à 100 millions a été amassée en Haïti. A qui profite la
privatisation? C'est une logique économique favorable aux étrangers.



A cette situation dramatique s'ajoute un autre ingrédient: la médiocrité du
Parlement. Nos Sénateurs et nos Députés ne font preuve d'aucune éthique.
Autrefois dans l'imaginaire haïtien on se représentait un Parlementaire
comme un homme droit, honnête, intègre et fier de sa cocarde. Aujourd'hui
ils sont trempés dans toutes sortes d'activités peu reluisantes. Ce n'est
pas tellement le comportement du Parlementaire, pris isolément, ni les
méfaits d'un groupe d'hommes maffieux et cupides qui nous chiffonnent, mais
la décadence de l'Institution législative appelée à exercer un contrôle sur
les activités de l'Exécutif. L'Assemblée Nationale selon les voeux de la
Constitution de 1987 peut juger le Président de la République, le Premier
Ministre et ses Ministres pour malversations et crimes de haute trahison.
La vente même partielle d'une entreprise aussi lucrative que la TELECO à
des firmes privées proches du Gouvernement a un impact sur la fonction
globale de l'économie nationale. Il est périlleux de laisser une décision
aussi cruciale à la discrétion des membres de l'exécutif. Elle devrait être
entérinée par les Pères conscrits de la Nation après une analyse
scrupuleuse du dossier. Mais qui est au Parlement Haïtien pour inspirer une
telle marge de confiance sans les connaissances aussi pointues pour
éplucher un tel dossier afin de l'accepter ou le rejeter, le cas échéant.
Nos Parlementaires ne jouissent d'aucune indépendance de pensée et ne font
pas montre d'un zeste de nationalisme. Au lieu de siéger dans les intérêts
de leurs mandants, ils profitent de l'asymétrie des informations afin de
tirer des dividendes dans leurs rapports avec l'Exécutif. Les compagnies de
téléphone cellulaire, satellites de la TELECO, représentent de véritables
sangsues qui ont pris naissance avec la privatisation et la
déréglementation, pronées par la doctrine néo-libérale.



Il devient aussi plus lucratif pour les Partis Politiques dits d'opposition
d'abonder dans le sens des décisions gouvernementales par leur mutisme et
leur absentéisme, exception faite du RNDP de Leslie Manigat. La conversion
du Ciment d'Haïti et de la Minoterie d'Haïti en entreprises privées n'a pas
accéléré le développement économique et social d'Haïti comme prévu par les
architectes du Programme de Modernisation des Entreprises Publiques. Au
contraire c'est la chute de notre PNB due à l'arrêt complet des moulins de
la Minoterie et à la cessation de l'exploitation de l'usine de Fond Mombin.
Au lieu de produire du ciment et de la farine on les importe. Il résulte de
ces manoeuvres purement spéculatives une baisse de la production nationale,
une augmentation du chômage et un déséquilibre profond de la balance
commerciale avec des incidences malheureuses sur les marchés de l'emploi et
de la monnaie. Pour comble de malheurs ces entreprises truquent leurs
revenus imposables et le fisc haïtien n'en tire aucune recette. Leurs
profits transférés à l'étranger ne rejaillissent pas, faute de leur
réinvestissement, sur l'économie nationale saignée à blanc. Une complicité
aussi flagrante entraîne des conséquences systémiques très étendues et
dégénératives de l'économie nationale.



La malfaisance devient une formule d'enrichissement rapide. Seuls les
imbéciles sont honnêtes. Il se développe maintenant en Haïti une relation
symbiotique entre les gardiens de la loi et les contrevenants à la loi. La
plus brillante illustration nous est donnée cette semaine par le Président
René Préval qui éprouve une légitime fierté à annoncer que" Le retour des
forces de l’ordre à Cité Soleil a été négocié avec les chefs de gangs, ce
qui a permis une pénétration sans heurt, sans confrontation en accord avec
les chefs de gang et la population et dans le dialogue. "Pour renchérir la
bandits ont vite annoncé l'Opération Bagdad II. Sous le camouflage de la
Gauche, René Préval au cours de son Premier mandat avait clairement signé
l'arrêt de mort de l'Economie Nationale par la formation du Conseil de
Modernisation des Entreprises Publiques (CMEP), un euphémisme utilisé pour
vendre les entreprises publiques à un Groupe Unique de la Banque qui a
financé sa campagne électorale. Aujourd'hui la mission secrète de René
Préval c'est de chanter les funérailles de l'économie nationale avec l'aide
empressée d'une pléiade de croque-morts travestis en banquiers.


Jacques Maly,


En économie on ne peut pas se contenter de vœux pieux. Le verbe fumeux
s’efface devant la réalité. Le taux de croissance du PIB est le seul
indicateur fiable de l’évolution économique dont la privatisation serait
porteuse, selon vous. Pour satisfaire votre faim d’informations je vous
offre ce plat complet. Il renferme toutes les preuves de notre déchéance
économique. Je soumets à ton appréciation les taux de croissance de
l’économie haïtienne de 1996, point de départ de la privatisation jusqu’à
2008. Bon appétit Jacques Mali.
1996: 2,7
1997: 2,2
1998: 2,7
1999:-12
2000: 0,39
2001: -1,04;
2002: -0,26
2003 : 0,36
2004: -3,52
2005: 1,8;
2005: 1,8;
2006: 2,3
2007: 3,4
2008: 1,3

Jacques Maly,

Où est le progrès économique engendré par la privatisation depuis 1996?
Cordialement
Jean Erich René

Haiti Connexion is doing well on Twitter

Chers amis et affiliés de HCN (Haiticonnexion Network): Voici en bas quelqu'uns des en-têtes de Haiti Connexion sur Twitter. Ceux (followers) qui suivent HC sur Twitter augmentent de jour en jour et nous en sommes ravis. Le lien de HC sur Twitter est: http://twitter.com/haiticonnexion
Sur la demande de quelques fans de HCN dont Alice Backer with Global Voices, nous allons reactiver le Blog de HC afin de faciliter la propagation des messages que vous avez publiés sur le forum Haiti Connexion. HCN et son site Twitter sont en passe de devenir des médias très reconnus à travers le monde, à voir les organisations importantes qui sont avec nous et qui nous suivent.
Le lien du blog HCN est le suivant: http://haiticonnexion.blogspot.com/
Carl Gilbert pour HCN

RFI_English#rfi #radio #france Sri Lanka - Army offensive continues, Swedish FM denied visa: The Sri Lan.. http://tinyurl.com/dbbv4labout 2 hours ago from twitterfeed

RFI_English#rfi #radio #france Focus on France 28 April 2009 - Protest at government reform of health sy.. http://tinyurl.com/d66eaaabout 2 hours ago from twitterfeed

TIMEHow the banks plan to limit credit-card protections | http://ow.ly/4fsJabout 2 hours ago from HootSuite

haiticonnexion@SkyRiver thanks. we will visit.about 2 hours ago from TweetDeck in reply to SkyRiver

nytimesCreditors’ Deal Could Stave Off Bankruptcy at Chrysler http://bit.ly/Bj3vDabout 2 hours ago from web

haiticonnexion@kiskeacity which file would u like 2 have? the audio file of emile roumer or the audio+the pics of Haiti la Splendide?about 2 hours ago from TweetDeck in reply to kiskeacity

WoodringStPreuxWelcome To Bellywood Boulevard http://aweber.com/b/1IWAd about 2 hours ago from web

MissionMANNART @FriendsofHAS: The new Children's Hosp. of Pgh will feature a lot of our Haitian art!!!http://tinyurl.com/d3hyb6 about 2 hours ago from TweetDeck

nytimesGroup Advises Stopping Flow of Gifts to Doctors http://bit.ly/1aCx1b about 2 hours ago from web

CIMTHaitiQuips & Quotes: "Personally I have struggled massively with the dilemma of talent vs desire. Choosing desire may.. http://tinyurl.com/cjzudv about 1 hour ago from twitterfeed

CIMTHaitiQuips & Quotes: "Whoever ceases to be a student has never been a student." George Iles http://tinyurl.com/ckpn38 about 1 hour ago from twitterfeed
ConfessionsMomRT @simplyamusing These email autoresponders made me laugh http://snurl.com/gxd97 #FB about 2 hours ago from web



Night_NurseSwine flu = grippe mexicaine. Really frch pple? Way to be subtle. Besides it came a pig. Why not grippe cochonnais?! #fail #swineflu about 3 hours ago from txt

ambafrancehtRT @francediplo : Il est fortement déconseillé aux voyageurs de se rendre au Mexique (28.04.09) http://tinyurl.com/c48bh7.about 3 hours ago from web

FriendsofHASThe new Children's Hosp. of Pgh will feature a lot of our Haitian art!!! http://tinyurl.com/d3hyb6 about 3 hours ago from web

haitisigloxxiMusic For Relief reached $25,000 for Haiti [http://www.musicforrelief.org/] about 7 hours ago from web

haiticonnexionListen to this music just played by Radio Haiti Connexion: Phill collins "I don't care anymore" ♫ http://twt.fm/80533 #musicmonday about 13 hours ago from web

for more


BCC: Copy to friends and affiliates of HCN and forum of HC

Featured Post

La diaspora haïtienne aux Etats-Unis d’Amérique régresse et le constat est alarmant

 Par Kerlens Titus Il y a des réflexions qui ne sont pas à la portée de tous, mais qui doivent être faites. La diaspora haïtienne aux Et...