Tuesday, January 26, 2016

L’international a créé un monstre en Haiti

Edito:
Plusieurs experts sont d'accord pour dire que la Communauté Internationale est en grande partie responsable de ce qui se passe maintenant  en Haiti, quoique les haitiens eux-mêmes portent  aussi une certaine responsabilté.


Cette Crise a commencé quand la Ministre des Affaires étrangèes des Etats-Unis d’alors, Hillary Clinton, a demandé et même ordonné le CEP ou conseil électoral provisoire de changer les résultats des élections de 2010. Ce changement, “aidé par la préssion des rues”  a catapulté Michel Martelly au pouvoir. Le candidat Jude Célestin a ravalé sa colère pendant 5 ans et s’est ténu coi pendant que son adversaire politique d’alors Michel Martelly a gouverné le pays sous les yeux vigilants de la communaté internationale.

La petite histoire laisse entendre que Madame Clinton, (Photo: Photo Clinton ci-contre-G) au moment où elle passait des ordres au CEP, avait menacé du même coup l’ancien président Préval d’exil s’il ne prenait pas des dispositions  lui aussi pour changer les résultats jugés selon elle frauduleux. Or nous savions tous que Préval n’a jamais pensé à l’exil et il ne l’aime pas. Qui aime l’exil? Elle savait donc à quoi s’en tenir; elle savait donc comment  pousser  quelqu’un à crier Uncle ( ou Aunt) cette Madame la baronne. C’était en octobre 2010?

(Photo Hillary Clinton)
 Voilà donc à notre avis ce qui a poussé les politicien haitiens, blessés dans leur dignité, de ne pas se faire prendre une deuxième fois,  en 2016. La douce vengeance, avec raison ! Il n’en reste pas moins que l’interférence d’Hillary Clinton dans les élections haitiennes est la pierre d’acchoppement qui  a provoqué la genèse du monstre qui rugit maintenant  à travers les rues, routes et sentiers d’Haiti.

Resté à l’état embryonnaire durant le règne controversé de Michel Martelly intronisé le 14  mai 2011, le monstre a grandi et est sorti soudainement du ventre de ce même CEP qui croyait trompé l’électorat haitien tout le temps. Pouquoi Hillary Clinton, John Kerry, Kenneth Merten et même Obama n’ont-ils pas tiré une leçon de leur célèbre compatriote président Abraham Lincoln:    “On peut tromper une partie du peuple tout le temps et tout le peuple une partie du temps, mais on ne peut pas tromper tout le peuple tout le temps.” ?
Louis Opont, président du CEP en 2010 et présentement

 Croyaient-ils donc pouvoir tromper le peuple haitien en moins de 5 ans avec des élections faussées? Ce peuple qui a su tromper, lui, la vigilance et l’habilité de la plus grande armée européenne de l’époque coloniale, en l’occurence l’armée de Bonaparte, pour gagner sa liberté et son indépendance!

(Photo en bas: une peinture d’une des guerres de l’Indépendance d'Haiti)
Une peinture d’une des guerres de l’Indépendance d'Haiti)
Comme l’a suggéré un expert sur Haiti : Ils ne prennnent pas le temps d’appréhender les réalités haitiennes qu’ils regardent toujours  à travers leur prisme déformant et raciste, se basant sur   l’un des stéréotypes mille fois répétés: le peuple le plus miséreux de l’hémisphère.

Un autre de dire: La communaté internationale se comporte comme un élephant dans un magasin de porcelaine. Une image vraiment exotique, inédite, on dirait!

En d’autres termes, ils ne prennent pas le temps de devenir “haitologues”, dirions-nous.

Cette furie monstrueuse qui gronde maintenant à travers Haiti, enlevant le sommeil aux justes, tuant des justes, chagrinant des justes, ce souffle rageur qui fait tout bousculer sur son passage en Haiti, sont en grande partie le fruit de la politique étrangère de la communauté internationale envers Haiti, une politique qui, à cor et cri, à travers le Core Groupe,  veut nier la moindre parcelle d’auto-détermination à Haiti. Photo en bas: Manif contre les récentes élections.

Une des manifs en Haiti dénonçant les récentes élections
Cette-fois çi, le peuple haitien a parlé: il ne veut pas pas d’élections/sélections, de “fake élections”.
Vous avez beau dire que le processus électoral est la voie démocratique, peut-être;  mais pas un processus dont les directives sont déjà concoctées  ou tirées du tiroir d’un quelconque bureaucrate habitant Washington, New-York, Paris, Madrid, etc, comme ironiquement sont les fiches de votes imprimées depuis Doubai.

Haiti est disposée à se défaire de ce monstre “largué” sur ses rives- comme d’ailleurs le choléra. En tant que Nation, elle veut et doit le faire elle-même mais pas quand les “laboratoires” de chacun des pays du Core Groupe utilisent déjà des chapitres de leur Cookbook (Recueil/Recettes) pour déstabiliser la nation hatienne au gré des intérêts de  leurs pays d’origine. Photo en bas : Représentation de la bataille de David vs Goliath 



N’est-ce pas singulier,  se demande un autre expert sur Haiti, qu ‘un  Guy Phillipe qui devait répondre de ses présumés crimes devant un tribunal américan soit maintenant en train de lancer des menaces de lutte armée en Haiti...quand s’il s’était agi de tout autre membre de l’opposition haitienne qui n’avait pas voulu de la “mascarade électorale”, des ambassades du Core Group en Haiti se seraient mis déja à crier --à cor et à cri encore une fois-- qu’un tel  ou tel autre  de l’opposition haitienne est en train de prôner la violence en Haiti? Une violence qui, pour le bon peuple haitien, est et demeure pourtant inacceptable.

Cet article peut-être reproduit et publié mais sa source  Haiti Connexion Network doit être mentionnée

HCN

Our Feed: 
Feed Title: R
Feed  URL: http://feeds.feedburner.com/HaitiCoorknnexionNetw

No comments:

Featured Post

Pages retrouvées:L’Armée d’Haïti : autopsie d’une institution

Par Dr Eddy Arnold Jean 13/10/2011 Comme la race des humains, les institutions ont la vie dure. Celles qui disparaissent au fil de l’hi...