Tuesday, September 15, 2009

Socialiste ! Je n'en connais pas en Haiti.

Socialiste ! Je n'en connais pas en Haiti.

Par Jean Erich René.

On sent un certain malaise quant à l'application du vocable socialiste à certains partis ou mouvements politiques haïtiens qui se réclament de la Gauche. La pensée socialiste qui a émergé de partout peut avoir des interprétations multiples. Cependant il y a un tronc commun qu'ils doivent tous respecter. Le socialisme est caractérisé par certaines valeurs. Il ne faut pas se baser sur certains signes apparents ou sur les voeux pieux de certains leaders politiques pour leur décerner une étiquette de socialiste. Combien de nos barbus récitent Karl Marx avec un accent léniniste sans pour autant enfourcher la doctrine. C'est à la qualité du fruit qu'on connait l'arbre. Le bon chrétien tout comme le bon socialiste ce n'est pas celui ou celle qui récite les versets de la bible ou scande les passages du livre rouge. Que vaut la foi sans les oeuvres?



Le socialisme a des valeurs qu'il faut respecter.Le système de production, le mode de propriété, le collectivisme, le régime politique en application sont bien définis par l'idéologie socialiste . Il n'y a pas lieu de confondre le modèle de développement prôné par les penseurs socialistes hantés surtout par le souci du social. L'individualisme devient un péché mortel. Donc si on se réclame de la gauche il y a des comportements à adopter. D'où les problèmes d'enracinement qui se posent pour le socialisme en Haiti. On remarque une certaine dichotomie entre l'attitude comportementale de certains leaders socialistes haitiens et les principes de base de la doctrine. Pour mieux illustrer faisons un bref tour d'horizon sur les Partis et Mouvements politiques haïtiens qui ont adopté une approche socialiste. Etant donné leur nombre nous nous arrêtons aux plus
proéminents. Pour faciliter notre analyse et raccourcir le développement nous prenons 1987 comme seuil de départ.



Après la chute de Jean Claude Duvalier en 1986 le vent de liberté qui soufflait en Haiti a occasionné le rapatriement des fils de la nation qui étaient obligés de vivre en exil. A la faveur de la bamboche démocratique décrétée par le CNG de Henry Namphy on a assisté à l'éclosion de toutes les tendances politiques. Le socialisme qui pendant plus de 30 ans pratiquait le marronage s'affirme au grand jour. Dans ses premiers balbutiements le PUCH ou Parti Unifié Communiste Haitien dont René Théodore fut le Secrétaire général même avant 1987 est reconnu comme l'ainé des Partis socialistes de l'ère post-duvaliérienne. Un autre figure de proue du socialisme associée au PUCH vers cette époque était le professeur Gérard
Pierre Charles qui nous revenait comme Ulysse après ce long exil. On ne sait pour quel motif valable, on a assisté à l'éclatement du PUCH et à l'évacuation du Professeur Gerard Pierre Charles. La sociologie haïtienne nous enseigne que deux taureaux ne peuvent pas commander la même savanne. Est-ce que ce sont les luttes d'influence qui ont porté les deux
camarades à se dissocier. En tout cas c'est un accroc au principe de solidarité que recommande le socialisme.



La grande famille socialiste haitienne intègre l'OPL du Professeur Gérard Pierre Charles le PANPRA de Serge Gilles, le KONAKOM de Victor Benoit, le KID de Evans Paul, le MPP de Chavannes Jean Baptiste, Lavalas de Jean
Bertrand Aristide et Lespwa de Rene Preval. L'extinction presque complète du PUCH après la mort de René Théodore nous porte à exclure ce parti de notre échantillonage.Cependant nous devons reconnaitre en toute honnêteté que le leader du PUCH n'a jamais fait preuve d'aucune opulence et nous lui rendons une gloire posthume pour sa fidélité à ses croyances socialistes. Cependant une analyse critique de la Charte de des Partis dits socialistes ou du moins qui comptent de gros militants socialistes n'affichent aucune vision socialiste. Exception faite de l'OPL dont l'orientation est socialiste malgré certains pépins, mais les autres partis voguent dans la plus grande confusion. Ils ne présentent aucun document écrit qui matérialise leur appartenance socialiste. On peut lire certains énoncés relatifs à l'éducation, à la femme, au coopératisme qui rappellent vaguement les tendances socialistes.



Les discours de certains leaders socialistes haïtiens ne cadrent pas non plus avec l'idéologie socialiste. Leurs faits et gestes tant dans la vie privée que dans la vie publique ne reflètent nullement l'idéal socialiste. La gratuité de l'Ecole est reconnue à tous les niveaux. C'est pourquoi en France où il y a un vrai courant de Gauche l'enseignement est gratuit. Au Canada à un degré moindre le même régime s'observe. En Haïti il est étonnant de constater que ces leaders socialistes ont leurs propres
écoles privées et font montre d'une rigueur à toute épreuve envers les élèves qui ne sont pas en mesure de payer leurs scolarités. Un socialiste, ministre de l'Education Nationale n'a jamais effleuré ces questions.Qui pis est, d'autres leaders socialistes placent leurs enfants au lycée Francais ou à Union School où ils payent 3 à 4 mille dollars par mois. Leurs enfants
fréquentent les mêmes cercles sociaux que les bourgeois et s'habillent de la même manière. De quel coté se trouve le volant de Lavalas? A gauche ou à droite? Sur quel pied danse René Préval au Palais National? Gauche ou droite? Socialiste ! Je n'en connais pas en Haïti.



L'égalité pour tous est un point fort du socialisme. Aussi le régime socialiste prône la santé pour tous. Dans un pays comme le Canada chaque individu est muni de sa carte de santé . On pratique la médecine communautaire. N'importe qui a accès à n'importe quel Centre médical. L'hospitalisation est gratuite. Certains médicaments sont subventionnés pour permettre aux malades de supporter leurs prix surtout dans le cas d'une maladie chronique.Les pharmacies en Haiti sont de véritables
comptoirs de vente de médicaments . Si théoriquement la loi détermine leur fréquence et exige la présence d'un pharmacien pour obtenir un permis, dans la pratique elles fonctionnent comme des bordels. La masse nécessiteuse n'a pas accès aux hopitaux privés dont le coût est trop élevé . Les cliniques privées qui recèlent nos plus grands spécialistes n'ont rien à voir ni à revoir avec les démunis. Pourtant certains médecins se font l'avocat de la gauche sans jamais élever la voix en faveur des démunis. Socialiste! Je n'en connais pas en Haïti.



Un parti de gauche doit promouvoir le syndicalisme pour défendre les intérêts des plus faibles. L'exploitation éhontée de nos ouvriers dans les manufactures haitiennes a provoqué le cri d'indignation de l'Ambassadeur américain James Foley qui a sermonné les industriels haitiens pour la pitance versée aux ouvriers et a menacé de faire appel à d'autres firmes capables de mieux rétribuer nos travailleurs. La gauche haitienne n'a rien dit à ce sujet. Recemment Paul Denis a défendu les patrons
au détriment des ouvriers lors du debat au {arlement sur le salaire minimum Un socialiste convaincu ne peut pas avoir des domestiques. L'esclavage est la forme d'exploitation la plus repoussante. Si on a une servante à domicile selon les normes posées par l'idéologie socialiste on devrait lui accorder 5% de son salaire. La notion de temps est sacrée pour Marx. En principe c'est la présence de vos serviteurs et de vos servantes qui vous permet de vous libérer de certaines tâches
domestiques afin de vous rendre au travail. Faites un tour en Haiti recensez les socialistes qui touchent $10.000 le mois et vérifiez le salaire versé à leurs bonnes et leurs gérants.Socialiste! Je n'en connais pas en Haïti.



Un Parti de gauche constitue un rempart pour les faibles. C'est pourquoi on voit autant de bureaux d'aide juridique bondés d'avocats socialistes qui font du bénévolat pour voler au secours des gens qui ne peuvent pas se payer un avocat dans les pays socialistes. Les maisons subventionnées , les logements sociaux pour permettre à certaines familles déshéritées d'avoir
un toit décent sont des initiatives tirées de l'Union Soviétique pour équilibrer le Corps Social. Les crèches pour les enfants, l'aide sociale, les bons et les timbres alimentaires afin d'éviter que les victimes de notre système crèvent de faim sont autant d'initiatives lancées par le socialisme. L'égalité des sexes au travail, la libération de la femme sont autant de cris socialistes dont les échos ne sont pas encore arrivés en Haiti et ignorés même dans les familles de nos leaders qui se réclament de la gauche. Socialiste! Je n'en connais pas en Haïti.



Le socialisme qui a pour épine dorsale le collectivisme se distingue nettement du capitalisme qui encourage la réussite individuelle avec comme leitmotiv: "Que le meilleur gagne". Le socialisme à visage plus humain recommande le coopératisme et l'entraide. En Haiti, la plupart des éléments de la gauche ne portent qu'un masque socialiste. Certains mouvements de Gauche que l'on prétend organiser en faveur des paysans ne sont que de véritables cavernes d'Alibaba. Aucune donnée comptable n'a été rendue publique . Est-il possible dans le contexte haitien pour un socialiste de rouler une voiture de 50.000 à 60.000 dollars et de se taper une maison à Boston de 500.000 dollars U.S. Nos pseudo-socialistes s'enrichissent au détriment des pauvres sous le label de leurs ONG .On exploite la naïveté des jeunes qui investissent leurs confiances et leurs
énergies dans une doctrine libératrice. Il est temps de saisir certaines notions de base du socialisme et d'établir le rapport avec certains chefs de file de la Gauche. S'ils sont tous affiliés à l'International Socialiste ou s'ils ont un statut d'observateur pourquoi les cuisines sont différentes? Pourquoi l'OPL, le PANPRA, le KONAKOM, le KID, le MPP, Lavalas, Lespwa refusent
de se fondre pour présenter un front commun.Pourquoi cet individualisme crasse et gluant qui pêche contre un principe sacro-saint du socialisme: le collectivisme. Socialiste! Franchement, je n'en connais pas en Haïti.

No comments:

Featured Post

Pages retrouvées:L’Armée d’Haïti : autopsie d’une institution

Par Dr Eddy Arnold Jean 13/10/2011 Comme la race des humains, les institutions ont la vie dure. Celles qui disparaissent au fil de l’hi...