Friday, June 10, 2011

Lettre Pour La Sauvegarde Du Ministère des Haïtiens Vivant à l’Etranger

Lettre avec les noms des signataires aux officiels haitiens

Comité Ad Hoc Pour La Sauvegarde Du Ministère des Haïtiens Vivant à l’Etranger

Miami, Florida

8 Juin 2011

Mr Michel Joseph MartellyPrésident de la République

Sénateur Roudolph Joazile, Président de l’Assemblée Nationale

Députe Sorel Jacinthe, Vice Président de l’Assemblée Nationale

Mr Daniel Rouzier, Premier Ministre désigné

Excellence,

Honorables,

Par la présente, nous demandons que le Ministère des Haïtiens Vivant à l'Etranger, une institution acquise et obtenue au prix de rudes épreuves, soit renforcée au lieu d'être affaiblie.

Nous, membres de la Diaspora haïtienne, exprimons nos inquiétudes face à la décision contemplée d'éliminer le Ministère des Haïtiens Vivant à l'Etranger (MHAVE), et d’en faire une Direction au sein du Ministère des Affaires Étrangères (MAE). Cet organe, responsable de la gestion des relations inter haïtiennes compte 23 ans d'existence avec les diverses expérimentations institutionnelles, avant d’être élevé au rang adéquat lui permettant de répondre efficacement a sa mission. Ce qui constitue un acquis pour la diaspora.

En 1988, sous le gouvernement de Prosper Avril, le « Commissariat des Haïtiens d’Outre –Mer » (COHOM) lié au MAE est créé pour offrir un encadrement aux expatriés Haïtiens. Son responsable avait le rang de Ministre.

En 1991, sous le gouvernement de Jean Bertrand Aristide, cette entité est dénommée « Secrétariat du 10e département » et est rattachée à la présidence. Sa mission est de « jeter les bases en vue de structurer et d’organiser la communauté haïtienne d’outre-mer ».

En 1994, le MHAVE voit le jour mais n’a jamais pu bénéficier de l’appui budgétaire nécessaire à son bon fonctionnement. Durant le Gouvernement Intérimaire Alexandre/Latortue (2004-2006), il est rabaissé au rang de Secrétairerie d’Etat, pour reprendre six mois après, son statut ministériel, suite aux interventions d’organisations de la diaspora.

Malgré les avatars du Ministère des Haïtiens Vivant à l’Étranger, il s’agit d’une structure importante dont l’existence est régie par plusieurs facteurs :

1. Le MHAVE joue d’abord un rôle d’interface i. Entre la diaspora et Haïti

ii. Au sein de la Diaspora elle-même, entre ses différents membres, ses différents groupes, ses différentes réalités.

2. L’existence du MHAVE témoigne de la reconnaissance de l'importance de la diaspora dans la structure socio-économique du pays.

3. Le MHAVE joue un rôle « Multi Ministériel » car il s’agit d’un organe transversal qui représente tous les services de l’Etat haïtien auprès de la diaspora.

Le MHAVE a fait de l'intégration et de la participation de la diaspora une priorité, malgré les difficultés auxquelles il fait face. Le MAHVE permet le renforcement des structures de Co-développement que ce soit au niveau politique, du tourisme créole, des activités culturelles, ou de la participation dans les conférences internationales axées sur le développement économique ou sur les investissements lies aux communautés diasporiques mondiales. Le MHAVE, par son « omniprésence » à l’extérieur d’Haïti a su établir une dynamique qui a permis à l’Haïtien vivant a l’étranger de s’identifier à une structure étatique haïtienne qui le lie au pays d’origine indépendamment de ses points d’attache. Il permet la promotion de haïtien en diaspora, tout en facilitant l’accès des ressources humaines, humanitaires, économiques et financières. Ce sont la des éléments qui montrent l’importance de la présence du Ministère des Haïtiens Vivant à l’Étranger.

Vouloir éliminer le Ministère des Haïtiens Vivant à l'Etranger tombe au mauvais moment, considérant qu’Haïti et sa diaspora sont encore sous le joug du traumatisme du tremblement de terre de Janvier 2010. La contribution et la participation des expatriés à tous les niveaux pour alléger la souffrance de nos compatriotes sont connues de tous, tout comme le rôle combien important qu’a pu jouer le MHAVE dans ces moments difficiles a travers les rencontres communautaires organisées à l’extérieur.

Selon la Banque Inter Américaine de Développement, au moment ou les transferts chutaient ou restaient stables dans la région de l’Amérique Latine et des Caraïbes, ceux d’Haïti augmentaient de 20%. En 2010, ils atteignent près de US $ 2 milliards, seulement en provenance des États Unis. Ceci, grâce aux efforts de la diaspora pour répondre à la situation post séisme en Haïti. Cette somme bien que substantielle ne sert que pour les besoins de consommation de base de notre population. La réalité de notre diaspora est que d'autres importantes ressources existent, lesquelles, une fois identifiées ou mobilisées pourraient libérer des capitaux pour les besoins de l'investissement dans l'économie.

Encourageons la diaspora à rester soudée au pays au lieu de la maintenir en dehors des sphères de décisions nationales. Rien qu’à évaluer les interactions entre, par exemple, la diaspora juive et Israël, nous pouvons nous faire une idée du potentiel de notre diaspora haïtienne.

Ces 20 dernières années, la diaspora est devenue un « support indispensable », pour tout aspirant à la présidence, au sénat, à la députation, ou aux élections municipales en Haïti. Au cours de ces échanges et à travers les appuis reçus, nos hommes et femmes politiques se sont rendus compte du potentiel de cette diaspora, et font souvent état de la nécessité de la création d’un partenariat institutionnel durable entre la diaspora et l’État haïtien. Renforçons cette aspiration au lieu de l'affaiblir. L’inexistence du MHAVE serait l’affaiblissement de cette aspiration ce qui rendrait difficile la normalisation des relations entre Haïti et sa Diaspora, et renforcerait le climat de méfiance entre les Haïtiens de l’intérieur et ceux de l’extérieur. Ceci peut affecter la façon dont la diaspora choisit d'apporter son support aux efforts de reconstruction, ainsi qu’au « transfert technologique » et a l’offre de ses « compétences » à sa terre natale.

Pour conclure, nous vous demandons de nous donner la réassurance que le MHAVE, continuera d’exister en tant que ministère. Avec cette réassurance nous pourrions nous pencher sur les défis institutionnels à relever de façon conjointe entre le MHAVE et la diaspora comme par exemple:

1) Une restructuration du Ministère qui devrait découler de l’organisation des Etats Généraux de la Diaspora (EGD) en Haïti.

2) L’encadrement ministériel aux efforts d’organisation de la diaspora haïtienne globale garantissant notre implication dynamique dans la reconstruction du pays.

3) La continuation d’importants projets déjà engagés par le MHAVE avec des partenaires locaux et internationaux dont le PNUD pour le programme de transferts de compétences (TOKTEN) et l’OIM pour une mobilisation sans précédent des ressources humaines et financières de la diaspora.

4) La mise en application de la loi sur la multiple nationalité, l’organisation du vote à l’étranger pour la présidentielle de 2016, et l'obtention de la représentation législative en diaspora.

Excellence,

Honorables,

Aucune Direction dans un ministère ne serait en mesure de relever ces défis, voire assurer une gestion permanente dans le cadre d’une politique clairement définie des relations inter-haïtiennes pour 4 millions de personnes dans plus de 20 pays du monde. Nous comptons sur vos bons offices pour dissiper les doutes qui ont envahi cette autre partie de la nation, a un moment ou elle a été encore une fois sollicitée et est disposée comme toujours, à appuyer les initiatives publiques en Haïti.

Ensemble on peut tout, seul on ne peut rien. Il faut l'union. Concrétisons notre devise, unissons-nous, mettons-nous ensemble pour le bien être de notre Haïti chérie.

Recevez les assurances de nos considérations distinguées.

Cc : Mr. Jean Max Bellerive, Premier Ministre Edwin Paraison, Ministre des Haïtiens Vivant a l’Etranger

Suivent les signatures :SIGNATURES ELECTRONIQUES

1. Mme Claudette Werleigh, Ancien Premier Ministre et Ministre des Affaires Étrangères2. Alrich Nicholas, Ancien Ministre des Affaires Etrangères (Haïti)3. Dr Marie Carmelle Paul Austin, Ancienne Ministre de l’Education Nationale d’Haïti4. Dr. Jean Alexandre, Président Progressive Haïtian American Organization et ancien Ambassadeur d’Haïti à l’ONU et en Israel (Chicago)

5. Harry Fouché, Chairman Consortium for Haitian Empowerment (Chicago, New York)/ Ancien Consul Général d’Haïti à New York

6. Guy Victor Ancien Consul General d’Haiti a Miami

7. Magistrat Dr. Joseph M. Champagne Jr, (New Jersey)/Chairman du Réseau National des élus et officiels haitiano americains8. Legislator Jacques Michel, Rockland County, New York9. Councilman Yves Francois Aubourg, (New Jersey) 10. Jean-Robert Lafortune, Haitian-American Grassroots Coalition (HAGC)/Haitian-Advocacy Forum, (Florida)11. Joseph Alfred, Haitian Community Relations/HCR, (Georgia)12. Gina Cheron, Consortium For Haitian Empowerment (New York)

13. Juge Lionel Jean-Baptiste, Haitian Congress/ Haitian Federation (Chicago) 14. Dr. Arielle Adrien, Kiskeya Aqua Ferme (Leogane)

15. Guy Antoine, (New Jersey)

16. Ronald Aubourg, Consortium for Haitian Empowerment/CHE (New York)

17. Wilner Auguste, Haitian-Americans United, Tele Kreyol (Massachusetts)

18. Dr. Joseph E Baptiste, National organization for the Advancement of Haitians (NOAH)/Federation Haitienne de la Diaspora (HDF) Washington DC

19. Joel Augustin, Haitian Congress, (Illinois)20. Max Gustave, Haitian Congress (Chicago)21. Centro de Desarrollo Sostenible (CEDESO)/Beneco Enecia (Rep.Dom)22. Guetty Felin Cohen (Etats Unis)23. D&E Green Enterprises/Duquesne Fednard (New York)24. Ford Eloge (Etats Unis)25. Dr Joseph Cherubin/MOSCTHA REPUBLICA DOMINICANA -HAITI26. Luckner Bayas, Bayas and Associates/HAGC (Massachusetts)

27. M. Bellevue, Haitian Alliance (Georgia)

28. Major Joe Bernadel, Toussaint Louverture High School /HDF (Florida) 29. Jean Claude Castor, President, Konbit Verite/CHE (New York)

30. Professeur Ludovic Comeau, GRAN-USA (Illinois)

31. Ronide Cayot, Artists Village (New York)

32. Johnny Celestin, The Haitian Fund for Innovation and Reconstruction/HDF (New York)

33. Dr. Luc Charlot, (Florida)

34. Kysseline Jean-Marie Cherestal, Haitian Diaspora Federation/HDF (Washington DC/Maryland)

35. Herzen Clergé, Gaskov Clerge Foundation/CHE (New York) 36. Attorney Emmanuel Coffy, Haitian American Leadership Council (HALEC)/ CHE/HAGC, (New Jersey)

37. Leon David, Hometown Haitian Association /MASHA (Boston) 38. Ruddel Deceus, “18 MAI” COMMITTEE/CHE (New York)

39. Myrtha Désulmé, The Haiti-Jamaica Society (Jamaica, W.I.)

40. Louis Elneus, « Haiti Lumiere De Demain » (Connecticut)

41. Yanick Eveillard, National Haitian American Health Alliance/NHAHA (NYk)

42. Dr. Jean Louis Eustache, National Haitian American Health Alliance /NHAHA (Massachusetts)

43. Katleen Felix, Haitian Diaspora Resource Center/ HDF/CHE (Florida)44. Steven Forester, Haitian Family Reunification Parole Program/ Institute for Justice & Democracy in Haiti (Florida)

45. James St Furcy, Deba Nasyonal Network (New York)

46. Claude Garoute, Klode Art/ Consortium for Haitian Empowerment (CHE) (New York)

47. Dr. Carl Gilbert, Haiti Connexion Network (Arkansas, Florida, Ohio)

48. Amery Jean, Artists United for Haiti (New York)

49. Tony Jean-Thenor, Veye Yo/ HAGC (Florida)

50. Daniel Fils-Aime, Haitian-American Historical Society/HAGC (Florida)

51. Marli Lalanne, Konbit for Haiti (Florida)

52. Wilbert Laurent, Haitian American Political Action Committee/HAPAC (Florida)

53. Aline Lauture, Haitian Congress (Illinois)

54. Josephine Legros, Motion-Mole St Nicolas in Action (Florida)

55. Stewart Leiderman, (New Hampshire)

56. David Leon, MACHHA (Massachusetts)

57. Marc-Antoine Leveille, Haitian American Association of Engineers and Scientists (Florida)

58. Patrick Lucien, EDEM (Massachusetts)

59. Hans Mardy, Haitian American Grassroots Coalition, Florida

60. Aliette Marcelin, (Chicago)

61. Jude Metellus, Haitian Diaspora Organization (HDO) (Florida)

62. Gepsie Metellus, Sant-la Neighborhood Center, (Florida)

63. Councilman Jacques Michel (New York, Makon County)

64. Dr. Rudy Moïse, (Florida)

65. Yve-Car Monperousse, Haitian Professional Inc. (Philadelphia)

66. Yvans Morisseau, Haitian American Business Network (HABNET)/HAGC (Florida)

67. Fritz Monfleury, Consortium for Haitian Empowerment (CHE) (New York)

68. Joseph Chery, THE SOCIETY FOR HAITIAN RESEARCH, INC (SHR)/ HALEC/CHE (New York)

69. Myriam Nader, Nader Haitian Art, Consortium for Haitian Empowerment (CHE) (New York)

70. Fritzner Nau, Haitian Diaspora Federation

71. Gamael Nassar, GALATA/ HAGC/ (Florida)

72. Delbie Noel, The Haitian Alliance, (Georgia)

73. Watson Paisible, Internal Rescue Committee (Washington DC)

74. Dr. Laurent Pierre Phillipe (NWR) Nord West Reuni (Baltimore)75. Comite Quebecois pour la Reconnaissance des Droits des Travailleurs Haitiens (Montreal)76. Emmanuel Michel (Montreal)77. Eric Faustin/Regroupement des Organismes Canado-Haitiens pour le developpement (ROCHAD) Montreal

78. Fundacion Zile/Rev Pierre Phillipe / RD-Haiti

79. Veronique Pluviose, Haiti Renewal Alliance (HDF) (Washington DC)

80. Jacky Poteau, FATEM and 1000 Jobs (Massachusetts)

81. Jackson Rockingster, Haitian American Chamber of Commerce/HAGC/CHE (New York)

82. Regine Roumain, Regine Beauty Salon (New York)

83. Lucie Tondreau, Haitian American Grassroots Coalition (Florida)

84. Dominique Toussaint, Mobilize for Haiti (New York)

85. Dr. Flore Zephir, (Colombia, Missouri)

86. Alex Viard, Haitian Congress (Chicago)

87. Midline Zamor (New York)

88. Jacqueline François (New York)

89. Ferere Coffy (Montreal)

90. Jean-Hiram Coffy (Connecticut)

91. Philippe Bien-aimé, President Philippe Multi-services/HAGC (Florida)

92. Daniel Calixte, President TGNIPIC (Florida)

93. Rev. Wilfrid Saint Jean, World Mission of Jesus Christ (Florida)

94. François Leconte, President Minority Development Inc. (Florida)

95. Georges William – President Georges William Enterprise/HAGC (Florida)

96. Billy Joseph, President Galata Inc. (Florida)

97. Dr Guy Barthelemy, Vice President Progressive Haitian American Organization (Chicago)

98. Dr. Jean Rousseau (Louisiana)

99. Djenane Rousseau (Louisiana)

100. Dr. Edwidg Eugène (Louisiana)

101. Dr. Renée Desmarattes (Louisiana)

102. Dr. Kely Remi (Mexico city)

103. Emile André, Radio l’Union (Chicago)

104. Jude Joseph, Radyo Pa Nou (New York)

105. Mardoche Jean Charles, Radio l’Union (Chicago)

106. Serge Pierre-Pierre, President, Haiti International Group (NY)

107. Edgar Papillon, President Haitian American Community Association

108. Maitre Lynn Toussaint, Haitin Congress (Chicago)

109. Dr Daniel Faustin, Vice President SIMACT SA

110. Rev. Père Rodolphe Arty, csc (Naperville, Illinois)

111. Raygnol Pierre, pfst, Liaison Congrégation Petits Frères de Sainte Thérèse (Illinois)

112. Elsie Accilien, Executive Director, Haitian American United For Progress (New York)

113. Bernard Romere, HAINA (Republique Dominicaine)

114. Jean Mirvil, President SHR/Perspectives Haitiennes (New York)

115. Marie Anne Santana, (Chicago)

116. Bethania Desroches, (Chicago)

@haiticonnexion: Haiti Chol?ra Update--Wikileaks on Haiti-- L?t Diaspora sou zaf? MHVHE--Quid ratif PM d?sign?? (RHC) http://twaud.io/rXKK
Through June 4, the Haitian Ministry of Health reported 331,454 cholera cases with 5,386 deaths since the outbreak began in mid-October

Wednesday, June 8, 2011

Tweeted Information de Radio Haiti Connexion (audio)

A PIED D’ŒUVRE A PETIT GOAVE DANS LA LUTTE CONTRE LE CHOLERA

LA FONDATION DR HENRI GERARD DESGRANGES (FDHGD)

A PIED D’ŒUVRE A PETIT GOAVE DANS LA LUTTE CONTRE LE CHOLERA


Par Jean-Claude Desgranges, MD, FAGS
Président de la FDHGD


HISTORIQUE
La Fondation Dr Henri Gérard Desgranges (FDHGD) organisation à but non lucratif, reconnue par le Ministère de la Planification et de la Coopération Externe, et enregistrée au numéro B-0284, fu

t créée en 1993, suite au décès prématuré de l’éminent chirurgien, le Docteur Henri Gérard Desgranges, un authentique fils de la cité de Faustin Soulouque. L’un des ses rêves les plus chers était de créer un centre medico social dans sa ville natale, mais le destin en a décidé autrement. En effet, le Dr Henri Gérard Desgranges est mort en Afrique, plus précisément en Guinée Equatoriale, à la lisière de la cinquantaine, sans avoir vu naitre ce projet qui lui tenait tant à cœur. C’est donc pour concrétiser son rêve et perpétuer sa mémoire que la Fondation Dr Henri Gérard Desgranges a été créée par les membres de sa famille et implantée à Petit Goâve, sa ville natale.

MISSION

Dans sa charte fondamentale, la Fondation Dr Henri Gérard Desgranges (FDHGD) s’est attribuée pour mission de se mettre au service de la collectivité pour aider les citoyens non pas à survivre, mais plutôt à vivre dans la dignité. C’est pour cela qu’au fil des années, elle a précisé son orientation, dépassant le cadre de l’assistance purement humanitaire pour mettre le cap vers le développement durable.

PARTENARIAT & COLLABORATION INTERINSTITUTIONNELLE

Pour mener à bien ses interventions, la Fondation Dr Henri Gérard Desgranges (FDHGD) compte sur la collaboration et l’apport réguliers, sinon constants, de diverses institutions partenaires tant au niveau local qu’international.
Ce volet d’activités se déroule sous la houlette de Tania Desgrottes, jeune et dynamique médecin, digne héritière du savoir faire de son oncle, le Docteur Henri Gérard Desgranges, fille du Docteur Schiller Desgrottes et de Maryse Desgranges Desgrottes, son épouse. D’un dynamisme hors pair, Tania constitue le véritable moteur des activités de la Fondation DHGD sur le terrain. Elle y apporte en plus de ses connaissances dans le domaine médical, le souffle nouveau des technologies modernes qu’elle utilise à bon escient dans son rôle de Directrice Administrative de la Fondation.

Des images de la Fondation DHGD à l’œuvre sont disponibles sur l’Internet à l’adresse suivante: http://www.youtube.com/watch?v=09dKZffg5wk

Parmi nos institutions partenaires, nous pouvons citer, entre autres, Médecins Sans Frontières (MSF), PROFAMIL, Interfaith Medical Center, Samaritan Purse, le Courtney Group, l’Université de Los Angeles en Californie (ULCA,) Japan Platform et ICA Japan, Floating Doctors, une ONG basée en Californie, International Medical Health, Médecins du Monde-Espagne, Canaan Ridge School de Californie, C.O.O.L School, de Malibu Californie, Plenty.org et Pote Kole, une organisation récemment créée par de jeunes Haïtiens vivant aux Etats Unis.

Le Centre Medico Social HGD dispose maintenant d’une ambulance. En effet, Peter Schweitzer et Robert Reifel de Plenty.org ont contribué à l’achat de ce précieux véhicule désormais au service de la population cible de la Fondation DHGD. L’organisation International Medical Health a également contribué à l’achat de cette ambulance et en a assuré le transport jusqu’en Haïti. Grace à leur généreux support, la Fondation HGD peut maintenant assurer le transport des malades en cas d’urgence.

De nombreux philanthropes, étrangers en grande majorité, ont également apporté une généreuse contribution aux œuvres caritatives de la FDHG au grand bénéfice de la population de Petit Goave et de ses environs. Qu’ils reçoivent ici l’expression de notre plus profonde gratitude.

DOMAINES D’INTERVENTIONS
Pour accomplir sa mission, la Fondation Dr Henri Gérard Desgranges (FDHGD) concentre ses interventions autour de deux axes principaux : l’Education et la Santé. Cette approche est à l’origine de deux grandes initiatives : la création de l’Ecole Village Lucina (EVL) qui dispense une éducation de qualité à un cout tout à fait symbolique, de la 1e à la 7e année fondamentale et la mise sur pied du Centre Médical Henri Gérard Desgranges dont les activités feront essentiellement l’objet de notre communication d’aujourd’hui.

LE CENTRE MEDICAL HENRI GERARD DESGRANGES
Concrétisant le rêve de leur ainé, ce modèle qui inspire et guide leurs actions, les Promoteurs de la Fondation Dr Henri Gérard Desgranges (FDHGD) inaugurèrent, pendant l’été de l’année 1998, le Centre Medico Social HGD. En plus des soins de santé, la population de la zone bénéficie également de séances de formation autour de thèmes liés à l’hygiène, la santé reproductive, la santé materno infantile et la nutrition. Des distributions de vitamines, de suppléments alimentaires et de produits de première nécessité sont organisées sur une base ponctuelle, selon les disponibilités.

Engagée, depuis sa création, dans une dynamique d’amélioration continue, la FDHGD entreprend constamment des travaux d'aménagement et de modernisation de ses structures en vue d'offrir de meilleures conditions de travail tant aux prestataires qu’aux bénéficiaires de ses services. Les responsables de la Fondation nourrissent l'espoir de transformer le centre de santé DHGD en une institution sanitaire d'avant-garde, dotée d’équipements et de matériels modernes pour offrir une plus vaste gamme de soins et services a un plus grand nombre de patients.

Outre les services réguliers offerts à la population, le Centre HGD intensifie ses activités lors des grandes catastrophes et épidémies qui affectent la région. C’est ainsi qu’au lendemain du 12 janvier 2010, ses structures n’ayant pas été affectées par la fureur du séisme, le centre a servi de point de ralliement pour venir en aide aux victimes. Vu l’affluence de patients en quête de soins après cette catastrophe, des tentes ont été aménagées sur la cour de l’immeuble pour augmenter la capacité de réponse face à cette urgence.

PARTICIPATION DE LA FONDATION DR HENRI GERARD DESGRANGES (FDHGD) A LA LUTTE CONTRE LE CHOLERA



Le 21 octobre 2010, soit deux jours après l'apparition des premiers cas dans la région de l'Artibonite, l'épidémie de choléra était officiellement déclarée en Haïti. Elle s'est vite propagée sur l'ensemble du territoire. Selon le dernier bilan présenté par le MSPP en date du 3 mai 2011: “Depuis le début de l’épidémie de choléra en Haïti (19 octobre 2010), 293,470 personnes ont été infectées et traitées, 158,214 personnes ont dû être hospitalisées et 4,954 personnes sont décédées ».

Il n’est pas superflu de rappeler que le choléra est une infection diarrhéique aiguë provoquée par l’ingestion d’aliments ou d’eau contaminés par le bacille Vibrio choléra. Après une courte période d’incubation, il entraîne diarrhées et vomissements, puis une déshydratation qui peut être fatale, le décès du patient pouvant subvenir en quelques heures, faute de soins.


Les épidémies de choléra font leur apparition surtout dans les milieux présentant plusieurs facteurs de risque: densité de la population, promiscuité, insalubrité, absence d’infrastructure de base, mauvaises conditions d'hygiène, problèmes d'assainissement et manque d'accès à l'eau potable. La maladie se caractérisée par la survenue brutale d’une diarrhée aqueuse (eau de riz), d’odeur fade, avec des vomissements abondants «en jet», entraînant une déshydratation rapide et sévère. L’essentiel du traitement d’un malade atteint du choléra réside donc essentiellement dans sa réhydratation, orale ou intraveineuse selon le degré de déshydratation. Il est en effet urgent de réhydrater l’individu, car il perd beaucoup de liquide qu’il faut lui restituer le plus rapidement que possible.

La Fondation Dr Henri Gérard Desgranges (FDHGD) n’est pas restée insensible au désarroi de la population de Petit Goave et des zones avoisinantes également frappées par cette épidémie combien virulente. Ainsi, dès le mois de novembre 2010, une fructueuse collaboration s’est établie avec Médecins du Monde – Espagne et, en partenariat avec cette institution, un Centre de Traitement du Cholera (CTC), a été mis sur pied sur le site de la Fondation.

Ce CTC, doté de matériels et d’équipements appropriés, abritait cinquante (50) lits et fonctionnait sans relâche, sept jours par semaine, fournissant des soins gratuitement aux victimes du choléra. Les patients y restaient entre 2 à 4 jours en moyenne pour recevoir un traitement adéquat, à la diligence d’un personnel médical qualifié et dévoué, ce qui permit de réduire à 1% le nombre de décès dus au cholera dans la région. Ce centre a fermé ses portes au cours du mois d’avril 2011, car les cas de choléra devenaient de plus en plus rares.

L’épidémie de cholera, en effet, avait connu un net ralentissement à l’échelle du pays. Cependant, d’après les autorités sanitaires, une recrudescence inquiétante de l’épidémie a été enregistrée au cours des dernières semaines. Le Département de l’Ouest, notamment des communes proches de la capitale, semblent les plus touchées. Les victimes se comptent déjà par milliers et des dizaines de personnes seraient décédées.

Au coeur de cette saison pluvieuse et à l’aube de la saison cyclonique, la Fondation Dr Henri Gérard Desgranges (FDHGD) tire la sonnette d’alarme pour appeler la population à redoubler de vigilance. L’efficacité de la vaccination contre le choléra n’étant pas encore établie de façon absolue et sa disponibilité en Haïti pas encore évidente, la Fondation DHGD préconise l’intensification des initiatives de sensibilisation et des mesures de prévention, car le meilleur moyen de freiner à court terme la propagation du choléra reste et demeure la prévention. Nous tenons à insister particulièrement sur la nécessité de bien laver les fruits - les mangues notamment - et de bien cuire les aliments avant de les consommer.

Les mesures d’hygiène et d’assainissement fortement recommandées par la Fondation DHGD incluent la désinfection (avec du chlore) des habitations, literies, brancards, ustensiles de cuisine, vêtements, véhicules de transport, latrines utilises par une personne atteinte du choléra. Ces mesures sont indissociables de l’approvisionnement en eau potable en quantité satisfaisante, l’élimination appropriée des excrétas, l’évacuation, voire le traitement des eaux usées et l’amélioration des conditions d’hygiène générale et individuelle.

A part la stricte application des mesures de prévention, nous savons tous que le niveau de la couverture sanitaire d'un pays est un déterminant essentiel dans le contrôle d'une épidémie et dans son extension. La réouverture des Centres de Traitement du Choléra (CTC), y compris celui implanté sur le site de la Fondation DHGD, s’avère donc urgente non seulement pour assurer la prise en charge des malades dans un milieu adéquat mais aussi parce qu’il est indispensable de les isoler jusqu'à leur guérison complète pour limiter le risque de propagation de la maladie au sein de la population.


Ceci est un appel pressant aux autorités sanitaires nationales et internationales. La Fondation Dr Henri Gérard Desgranges (FDHGD) en appelle également à la conscience et à l’action de tous les citoyens Haïtiens, persuadée que par l'engagement, la détermination et la collaboration conjugués de tous les fils de notre pays nous arriverons à endiguer le choléra et toutes les maladies liées à une mauvaise gestion de l’environnement et à la précarité des conditions de vie de la population. C’est le devoir de chaque Haïtien, de l’intérieur et de la diaspora, d’y apporter une patriotique contribution.

Port-au-Prince, le 3 juin 2011

Jean-Claude Desgranges, MD, FAGS
Président de la FDHGD
www.http://hgdfoundation.wordpress.com

______________________________________________



________________________________________________

Suivez-Nous sur Twitter

Facebook

Blog de Haiti Connexion

Radio Haiti Connexion


Haiti Connexion Network: Le réseau de plus de plus de 50000connectés

Featured Post

La diaspora haïtienne aux Etats-Unis d’Amérique régresse et le constat est alarmant

 Par Kerlens Titus Il y a des réflexions qui ne sont pas à la portée de tous, mais qui doivent être faites. La diaspora haïtienne aux Et...