Friday, November 6, 2015

Haiti Elections: réactions aux résultats du CEP


Elections - Protestations: Des candidats appellent à la « solidarité patriotique »

Plusieurs candidats à la Présidence dont, entre autres, Jean-Henry Céant (RENMEN AYITI), Moïse Jean-Charles (Pitit Dessalines), Éric Jean-Baptiste (M.A.S), ainsi que des responsables de partis dont Jean Hector Annacacis (LAPEH), sont montés au créneau pour dénoncer encore une fois ce qu’ils appellent un « coup d’Etat électoral » orchestré par l’équipe au Pouvoir (Tèt Kale) avec la complicité du Conseil Electoral Provisoire (CEP) et l’expertise de la firme Oslo & Sola. 

Cette nouvelle vague de protestations -déjà 3 aujourd'hui, selon deux de nos correspondants- surgit suite à la publication, l'après-midi du jeudi 5 novembre, des résultats préliminaires de la Présidentielle, plaçant en première position le candidat du Parti au Pouvoir (PHTK), Jovenel Moise, avec 32. 81 pourcent des voix exprimées lors des élections du 25 octobre 2015.

Jean-Henry Céant, pour une vraie solidarité patriotique haïtienne 

Intervenant sur les ondes de  Kiskeya FM, le candidat du regroupement politique Renmen Ayiti, Jean-Henry Céant rejette d’un revers de main les résultats et dénonce tout de go les bidules utilisés par le Pouvoir (politisation du dossier d’expropriation au Centre-ville, publication de résultats de sondages prépayés le plaçant en mauvaise position etc) en vue de vendre une image négative de lui à la population et le faire taire. Jurant de continuer de défendre les intérêts du peuple haïtien, le Notaire et homme politique, préoccupé, appelle ses homologues à faire front commun  au sein d’un ultime mouvement de solidarité patriotique en vue de « sauver le pays de ce dessein tragique qui nous menace tous… » Son invitation est particulièrement lancée au candidat de LAPEH, Jude Célestin - classé en deuxième position avec 25. 27 pourcent des votes du 25 octobre - et aux autres 6 candidats (Sauveur Pierre Etienne, Moise Jean-Charles, Charles Henri Baker, Eric Jean-Baptiste, Samuel Madistin, Iverson Steven Benoit) signataires de la note exigeant la mise en place d’une commission d’enquête indépendante devant enquêter sur les cas de fraudes enregistrées le 25 octobre (lire la note ici : http://www.haitilibre.com/article-15665-haiti-elections-8-candidats-demandent-la-creation-d-une-commission-independante.html).

Jude Célestin, parlera-t-Il cette fois ?

Pour sa part, Jude Célestin, le candidat à la Présidence de la Ligue Alternative pour le Progrès et l’Emancipation Haïtienne (LAPEH), « ne peut pas prendre la parole sans le consentement du directoire du parti » a affirmé le Président de la Ligue, Jean Hector Annacacis, répondant aux questions de Liliane Pierre Paul relatives au caractère silencieux dont on connait « Ti Jude », l’ancien poulain du Président Préval, qui a passé les 4 années ayant suivi sa défaite aux élections de 2010 sans cracher un seul mot. Le sénateur Annacacis, insatisfait des résultats et remonté contre le jeu de l’équipe au Pouvoir, dit attendre que le peuple décide de son propre chef de ses propres manières de revendiquer ses droits, et il assure que très prochainement, Jude Célestin se prononcera sur sa position par rapport à la conjoncture. Il a aussi confié : « LAPEH avait fait bonne campagne. Je savais qu’il ne serait pas facile de nous évincer de la course et je disais toujours que s’il devait y avoir de magouilles, les plus touchés seraient les autres candidats et surtout le Sénateur Moise Jean-Charles. Et voilà le résultat ! » 

Le sénateur Jean-Charles rejette les résultats et appelle à la mobilisation

Le sénateur Moise Jean-Charles, quant à lui, comme beaucoup d’autres avant et après lui, a informé ne pas reconnaître ce numéro de « théâtre » exécuté par le Conseil Electoral Provisoire (CEP). Tout en exigeant le CEP de se ressaisir et de publier les vrais résultats, ce qu’il attend impatiemment, le candidat de la Plateforme Pitit Dessalines appelle la population à se mobiliser et promet qu’il continuera la lutte en vue de défendre JISKOBOU les votes de ceux qui ont gagné les rues le 25 octobre. L’ancien Maire de Milot dénonce également les manœuvres de ses adversaires politiques - dont l’assassinat de Ti Maxo, un membre de son parti le jour même de la publication des résultats - consistant à le déstabiliser, au profit de Jovenel Moïse. Des agents de la BOID/PNH "seraient" impliqués dans le meurtre de Ti Maxo.

Jovenel Moïse célèbre sa « victoire ! »

Par ailleurs, plusieurs candidats à la Présence, dont Aviol Fleurant, ont déjà avoué leur défaite et présenté leurs félicitations aux deux (2) candidats avec les plus hauts scores selon les résultats publiés par le CEP. Cette publication, nous le rappelons, place en tête de la liste, le candidat du Parti Haïtien Tèt Kale (PHTK) Jovenel Moise qui, un peu plus tard dans la nuit, a donné un point de Presse […], au cours duquel il a remercié ses sympathisants, complimenté le CEP et a appelé les haïtiens à ne pas se laisser entrainer par les intoxications devant les mener à des actes de vandalisme et de violence.  Remarquons qu’il est tout naturellement le seul jusqu’ici à exprimer ouvertement sa satisfaction après la publication des résultats préliminaires.

Jovenel Moise, pourrait-il être élu dès le premier tour ?

Soulignons l’écart monstre existant entre le score de Jovenel Moïse (511, 992 voix) et celui de Jude Célestin (394, 390 voix). Selon les nouvelles méthodes de calcul, tout-le-monde craint que le surnommé Nèg Bannann nan, dauphin du Président Martelly, ne soit fait Président dès le premier tour, « tel que voulu par Martelly et son équipe, » pour répéter les propos de Jean-Henry Céant. D’autres en plus que lors de la publication des résultats préliminaires, le Président du Conseil Electoral Provisoire (CEP), Pierre-Louis Opont n’avait pas soufflé mot concernant un éventuel second tour pour les Présidentielles. De plus, dans son discours lors du point de Presse au cours duquel il félicitait le travail du CEP et remerciait ses supporters et sympathisants le soir du jeudi 5 novembre, Jovenel Moïse n’avait plus l’air d’un candidat, ou du moins, il n’avait rien d’un candidat qui se préparait à disputer un éventuel second tour électoral.

Les protestataires des élections de 2015, vont-ils réussir là où le groupe des 12 candidats ont échoué  en 2010 ?

D’où les questions : Y’aura-t-il oui ou non un second tour présidentiel, le 27 Décembre prochain? Si Oui, la période contentieuse et les efforts des candidats protestataires suffiront-ils pour qu’ils obtiennent l’exclusion de Jovenel Moïse de la course ? Et si Jovenel Moïse s’avérait inébranlable, les 7 autres candidats signataires de la note récriminatoire pourront-ils compter sur l’appui « patriotique » de Jude Célestin qui, en 2010, était par ricochet la bête à abattre? Vont-ils réussir là où le groupe des 12 candidats (Charles Henry Baker, Joseph Michel Martelly, Jean Henry Ceant, Lesly Voltaire, Jacques Edouard Alexis, Wilson Jeudy, Josette Bijou, Erick Charles, Jean Chavannes Jeune, Garaudy Laguerre, Léon Jeune, Myrlande Hyppolite Manigat) ont échoué  en 2010 ? Ou alors vont-ils souiller une nouvelle défaite comme c’était le cas en 2010 après la volteface politique de leurs homologues de l’époque l’ex Première dame Mirlande Manigat et l’actuel Président Michel Martelly? 

Les réponses à ces questions seront révélées tôt ou tard…

De notre correspondant en Haiti pour 
Haïti Connexion Network (HCN)

Flash de dernière heure!

Daprè Vis-Prezidan KEP a Pierre Manigat Junior ki sot ap pale sou Radyo Metropole, kesyon kalkil ki ka fè yon kandida eli depi nan Premye tou eleksyon an, li pa ekri nan Kaye KEP a. 

Kidonk, tout rezilta kap sikile sou rezo sosyo yo, se egzèsis  moun ki te toujou renmen Matematik lè yo te lekòl.

De notre correspondant en Haiti

Ayiti Eleksyon-Jovenel Moyiz vinn antèt lan premye tou a

Jovenel Moyiz, kandida prezidan sortan ayisyen Prezidan Michel Martelly, ak Jude Celestin, yon ansyen chèf yon ajans gouvènman,  vin antèt nan premye tou an nan eleksyon prezidansyèl la Oktòb 25. 

Yo pral patisipe nan konpetisyon nan yon dezyèm antisipe tou nan Desanm pwochen.

Eleksyon prezidansyèl nan youn nan peyi ki pi pòv nan mond lan te fèt ansanm ak eleksyon lejislatif ak minisipal yo nan yon klima tansyon men san gwo pwoblèm ensekirite ak dekrochaj kote Nasyon Zini ak polis ayisyen te kenbe fòs yo ak vijilans.

Dapre prezidan  komite eleksyon an, Pierre Louis Opont, Jovenel Moyiz te resevwa 32.8% nan vòt la e Jude Celestin 25.2%. 


Senkant-kat kandida te konteste premye tou an. 

Kandida Moïse Jean-Charles ak kandida Maryse Narcisse te vinn lan twazièm e katrièm pozisyon lan menm premye tou eleksyon sa yo.


Thursday, November 5, 2015

Edito: Election, le nouveau tabou haïtien ! Et qui rend folle la classe politique haitienne

Par Raoul Lorfils, Jr
Election, le nouveau tabou haïtien.
Et qui rend folle la classe politique haitienne !


Bon nombre des candidats ayant participé aux élections du 25 octobre se disent gagnants dès le premier tour. Alors qu’en réalité, logiquement, ils ont tous perdu à l’avance pour avoir accepté de s’embarquer dans ce navire de fortune, kannòt koule, vwal chire, avec des pilotes en qui ils n’avaient et n’auront aucune confiance. 

Ils n’arrêtaient pas de décrier les mauvaises conditions à la « Boat People » dans lesquelles ils s’apprêtaient à traverser la mer rose. Mais ils n’avaient ni l’énergie ni l’adrénaline patriotique nécessaire pour se jeter à l’eau, tous ensemble, et arrêter le matelot avant qu’il ne soit trop tard. 

Au contraire, même après le premier naufrage programmé du 9 août, nous nous sommes (pour ne pas dire ils se sont) tous bandés les yeux et nous nous sommes remis à notre course: 
 « tèt dwat ! » et « a delante ! ».

Aujourd’hui, aussi paradoxale que cela puisse paraître, à côté des cris de victoire anticipés, encore une fois tous les termes formant le lexique politique haïtien depuis des décennies sont au rendez-vous: « Bourrage d’urnes, magouilles systémiques, fraudes massives, coup d’Etat électoral, mascarade électorale, dap-piyanp électoral, kadejak électoral et cetera électoral ». 

L’on se demande combien vaudront tous les lots de dénonciations et les doléances des protestataires (candidats, partis politiques, organisations d’observation et organismes des droits humains) contre les propos de satisfaction du CEP, du Gouvernement et de l’International sur le déroulement des joutes, si l’acteur principal qui est le peuple haïtien, préfère se complaire dans son silence attentiste. Un silence justifié par les nombreuses déceptions qui lui ont été infligé par les politiciens auxquels, une, deux, trois jusqu’à cent fois, il a accordé son vote de confiance. Peut-être, le peuple, désenchanté, recourt-il à ce silence comme l’ultime arme par laquelle il infligera une sanction sociale, politique et correctionnelle à la classe politique haïtienne.

« Depuis fin 1995, il n’y a pas eu de vrai mouvement de mobilisation sociale en Haïti, » a lâché, quelques jours après les élections, le Professeur Fritz Dorvilier, à l’espace Intérêt Public de Radio Kiskeya. Il a poursuivi : « Il y aura un second tour après les élections du 25 octobre et, au vu et au su de tous, un Président en sera élu et sera installé en 2016… »

De son côté, le journaliste commentateur Jean-Monard Métellus a soutenu, le 3 novembre, lors son émission Intersection, que « les résultats partiels qui vont sortir après ce premier tour n’auront rien à voir avec les données dont accouchera le Centre de Tabulation. » Selon lui, ceux qui disputeront le second tour sont ceux qui, aux yeux de Tonton Blan et d’autres acteurs, sont les plus réputés pour leurs capacités de rassembler, entendez par là la capacité d’organiser des déferlantes pouvant paralyser le pays pendant plusieurs jours, comme cela a toujours le cas par le passé. 

Or nos leaders auraient pu réussir à (nous) éviter ce carrefour troublant s’ils s’étaient convenus, pendant qu’ils en avaient encore l’occasion, de mettre de côté leurs intérêts personnels ou claniques et « former un vrai faisceau patriotique pour  une vraie cause, noble et nationale » comme ils le chantent tous (Dieu seul sait combien le pensent vraiment). 

Mais ils ne l’ont pas fait. 

Au contraire, à l’approche des élections (ou du Grand Voyage), même ceux qui s’étaient regroupés au sein de l’opposition pour mobiliser contre la gestion et les projets douteux de l’équipe au Pouvoir se sont divisés pour aller se faire couronner, chacun dans son petit coin de Royaume, oubliant ce qu’ils avaient pu réaliser ou provoquer ensemble : Signature de l’Accord d’El Rancho, Création de la commission Présidentielle, Départ du Premier Ministre Laurent Lamothe, Mise en place d’un autre Gouvernement, Création d’un CEP selon l’esprit de l’article 289 de la constitution etc. 

Ils n’ont même pas eu le temps de dresser leur bilan et nous assistions déjà à une rapide mise en miette de l’opposition et une prolifération ou « djondjonnizasyon », pour répéter l’autre, de plateformes, de partis politiques et de candidats. 

Des rois à chaque coin de rue. Il nous a été donné de suivre le déroulement d’une véritable saga à la « Game Of Thrones » sur le sol d’Haïti. 

Et nous voilà aujourd’hui face au « Présent » qui, hier, était le futur que redoutait tout le monde. Un projet dont chaque acteur a consciemment ou inconsciemment contribué à la réalisation. Nous sommes en fin de compte comme en présence d’une bande de poissons qui se sont gentiment laissés rouler dans la farine pendant 4 ans et qui brusquement décident de se réveiller pour contester, juste au moment où on allait les plonger dans l’huile ardente, à l'heure de vérité. 

On peut facilement s’imaginer les toasts et les fous rires des tenants du titre aux cranes rasés face à tant de vacarmes. Ils sont dans la cuisine, c’est eux qui préparent tout et, croyez-moi, ils ne plaisantent pas. 

Le pays est encore une fois aux abords du chaos. Et cette fois-ci nous risquons tous d’en sortir K-O.

Enfin des élections… et rares sont ceux qui accepteront de perdre (qu’ils aient perdu ou pas). 

La situation se dégénère de plus en plus à un moment il pleut des Décrets, des taxes, des allocations injustifiées et injustifiables, des frustrations, des annonces de grèves, des pressions, des reports, des commissions, des communiqués de Presse, des suspens meurtriers et aussi des soldats étrangers…

« Elections ! » C’est devenu un mot dont la seule prononciation fait trembler jusqu’aux entrailles. C’est en passe d’entrer dans le tableau des sujets tabous de chez nous. 

On nous apprend qu’en Démocratie, à l’issu de cet exercice, le seul et l’unique gagnant devrait être le peuple. Mais ici nous avons notre propre réalité, notre propre soleil, notre propre monde. 

Tractation, gesticulation, manipulation, accusation, dénonciation, manifestation, pression et mise en garde servent de décor à l’environnement politique haïtien encore une fois et nous revoilà à la case-départ. 

Il commence à pleuvoir des demandes de visas et également des propositions de sortie de crise dont la plus frappante est la Transition ! Tout en recherchant la meilleure formule devant épargner le pays d’un drame sanglant, définitivement, peu sont ceux qui accepteront de perdre les élections pour que le Pays gagne, surtout ceux qui risquent d’avoir quelques conversations avec la Justice s’ils ne sont pas au Pouvoir. 

Au bout du compte, peut-être que tous les perdants finiront par gagner d’une manière ou d’une autre. Et encore une fois, peut-être que le peuple sera le seul perdant dans son propre jeu, sur son propre terrain...

Raoul Junior LORFILS
Haïti Connexion Network (HCN)
----//----

Revue des nouvelles http://youtu.be/80DY7XoelXA


Wednesday, November 4, 2015

Haiti- les coûts des voyages présidentiels après Préval

Transmis à HCN par DG

LES VOYAGES DU PRÉSIDENT MARTELLY A L'ETRANGER ... !!!
DATE DE DEPART DESTINATION JOURS PER DIEM EN US $
-----------

1- 20 JUIN 2011 FLORIDA-USA 2 $ 40,000.00
2 -28 JUIN 2011 NEW YORK-USA 3 $ 60,000.00
3 -1er JUILLET 2011 ST KISS & NEVIS 2 $ 40,000.00
4- 11 AOUT 2011 CHILI 4 $ 80,000.00
5- 27 OCTOBRE 2011 NEW YORK-USA 7 $ 140,000.00
6- 15 NOVEMBRE 2011 CUBA 3 $ 60,000.00
7-1er DECEMBRE 2011 VENEZUELA-CELAC 3 $ 60,000.00
8- 8 DECEMBRE 2011 TRNIDAD TOBAGO 2 $ 40,000.00
2011
FRANCE-ESPAGNE-BELGIQUE & ANGLETERRE 10 $ 200,000.00
TOTAL 36 $ 720,000.00
2012
DATE DE DEPART DESTINATION JOURS PER DIEM EN US $
1 - 25 JANVIER 2012 SUISSE ET IRLANDE 6 $ 120,000.00
2- 2 FEVRIER 2012 VENEZUELA ET PANAMA 6 $ 120,000.00
3- 26 MARS 2012 REPUBLIQUE DOMINICAINE 1 $ 20,000.00
4- 5 AVRIL 2012 FLORIDA-USA 7 $ 140,000.00
5- 16 AVRIL 2012 FLORIDA-USA 15 $ 300,000.00
6 - 3 JUILLET 2012 STE LUCIE ET PANAMA 6 $ 120,000.00
7- 10 JUILLET 2012 EQUATEUR 3 $ 60,000.00
8- 25 SEPTEMBRE 2012 NEW YORK-USA 7 $ 140,000.00
9- 4 NOVEMBRE 2012 WASHINGTON-USA 4 $ 80,000.00
10 -14 NOVEMBRE 2012 ESPAGNE-VATICAN-STRASBOURG 12 $ 240,000.00
11- 3 DECEMBRE 2012 JAPON 4 $ 80,000.00
12- 28 DECEMBRE 2012 PUNTA CANA R.D. 1 $ 20,000.00
TOTAL 72 $ 1,440,000.00
2013
DATE DE DEPART DESTINATION JOURS PER DIEM EN US $
1- 9 JANVIER 2013 VENEZUELA 4 $ 80,000.00
2- 22 JANVIER 2013 FLORIDA-USA- CHILI ET CUBA 10 $ 200,000.00
3- 19 MARS 2013 USA-GUYANA ET SURINAM 7 $ 140,000.00
4- 3 MAI 2013 VENEZUELA 3 $ 60,000.00
5- 23 MAI 2013 EQUATEUR 3 $ 60,000.00
6 -29 JUIN 2013 NICARAGUA 3 $ 60,000.00
7 -25 NOVEMBRE 2013 TRINIDAD 3 $ 60,000.00
8 -9 DECEMBRE 2013 AFRIQUE DU SUD 5 $ 100,000.00
TOTAL 38 $ 760,000.00
2014

DATE DE DEPART DESTINATION JOURS PER DIEM EN US $
1 - 4 FEVRIER 2014 WASHINGTON-USA 2 $ 40,000.00
2- 21 FEVRIER 2014 BELGIQUE ET VATICAN 6 $ 120,000.00
3- 19 AVRIL 2014 TAIWAN 5 $ 100,000.00
4- 27 AVRIL 2014 MEXIQUE 4 $ 80,000.00
5 -19 MAI 2014 CUBA 2 $ 40,000.00
6 -19 JUIN 2014 NEW YORK -USA 2 $ 40,000.00
7- 28 OCTOBRE 2014 EUROPE 10 $ 200,000.00
TOTAL 31 $ 620,000.00
2015
DATE DE DEPART DESTINATION JOURS PER DIEM EN US $
1- 27 JANVIER 2015 COSTA RICA 3 $ 60,000.00
2 -5 MARS 2015 VENEZUELA 3 $ 60,000.00
3 -11 AVRIL 2015 PANAMA 3 $ 60,000.00
4 -9 JUIN 2015 BELGIQUE ET ANGLETERRE 5 $ 100,000.00
TOTAL 14 $ 280,000.00
GRAND TOTAL 191 $ 3,820,000.00

NOTE: sous le gouvernement de Preval en 2011, le Perdiem Presidentiel etait $5000.
Sous la présidence de Martelly, le perdiem Presidentiel est passé à $20,000.
Sous Préval en 2011, le budget de la presidence etait de 95 millions de gourdes
Sous Martelly, le budget de la présidence est passé à165 millions de gourdes en 2012 et à 329 millions de gourdes pour l'exercice fiscal 2013-2014, soit 70 millions de goudes en plus en 2012-2013, 74% d'augmentation et 234 millions de gourdes en 2013-2014. 246.63% d'augmentation

Featured Post

La diaspora haïtienne aux Etats-Unis d’Amérique régresse et le constat est alarmant

 Par Kerlens Titus Il y a des réflexions qui ne sont pas à la portée de tous, mais qui doivent être faites. La diaspora haïtienne aux Et...