Tuesday, August 17, 2010

Candidature de Wyclef: Guy Ferolus vs Alfred Valentin

Candidature de Wyclef Jean : Ras-le-bol des donneurs de leçon


Écrit par Guy Ferolus
Mardi, 17 Août 2010 18:35

Je viens de lire avec attention l'article de d'Alfred Valentin sur Wyclef Jean et je le trouve foncièrement outrageant et offensant. Précisons d'entrée de jeu que je ne défends pas Wyclef mais des principes qui vont au-delà de la personne du chanteur du hip hop que je ne connais pas personnellement. Si M. Valentin a raison de faire remarquer que le candidat Wyclef devait réserver l'annonce officielle de sa candidature pour un média haïtien, il a toutefois tombé dans toutes les caricatures et les injures outrancières qui traduisent bien l'embarras de la caste politique haïtienne. M. Valentin en bon francophile mandaté par je ne sais qui pose la question suivante: « En fait, quelle langue Wyclef Jean parle-t-il ? Il ne parle ni le français, ni le créole, nos deux langues officielles. Je m'imagine une conférence de presse conjointe entre Nicolas Sarkozy et son homologue haïtien ».

Pourquoi imaginer Wyclef en conférence de presse avec Sarkozy et non pas avec Obama ou Harper. Cette question, stigmate du colonialisme français, est l'arme fatale de tous les donneurs de leçons qui s'agitent depuis l'annonce de la candidature de Wyclef. « Ceux qui parlent le français n'ont rien fait pour le pays pendant plus de 200 ans». Oui c'est un fait. Et Wyclef a eu raison de le rappeler. La petite bourgeoisie locale, catholique et francophone, n'a toujours exprimé que du mépris pour la masse populaire qui ne parle ni ne comprend le français. Dans notre pays le français est plus qu'une langue, c'est une arme de pouvoir que protège jalousement la caste politique et bourgeoise. Le fait que Wyclef ne parle pas français pose problème à Alfred Valentin et tous les tenants du statu quo mais pas aux habitants de cité soleil, Lassaline, Bel-air, Carrefour, Delmas ou des « pays en dehors ». Allez demander aux paysans, aux victimes du séisme, aux sans-abris de champs-de-Mars et vous verrez que cette question n'est pas le cadet de leur souci. Cette agitation ne concerne que ceux qui arpentent les beaux quartiers de Paris et qui peuvent vous faire tout un cours sur l'œnologie et le camembert. Gardez votre leçon pour vous. Merci on n'en veut pas.

"Ce serait bien qu'il dise de quel " high school " (Lycée) a-t-il reçu son diplôme de fin d'études secondaires entre 1990 et 1992 (car il est né en octobre 1972)! Puisqu'il a grandi dans une ville où le taux d'abandon scolaire est très élevé, il est bien de savoir si, au moins, Wyclef a bouclé ses études secondaires !" On voit bien que notre donneur de leçon a une obsession pour les diplômes. Trouvez un autre argument M. Valentin parce que celui-ci ne tient plus face aux faits. On ne manque pas de diplômés haïtiens, nos dirigeants (excepté le parlement) ont toujours été des gens diplômés et apparemment compétents. Et regardez où nous en sommes aujourd'hui, la vraie question n'est pas le titre ou le diplôme mais le sens de l'état, du patriotisme et de l'intérêt général. Soyons sérieux, a-t-on forcément besoin d'un technocrate a bac+30 pour sortir le pays du marasme actuel? Pas nécessairement. Je ne suis pas entrain de dire qu'il vaut mieux avoir un nul a la tête de l'Etat, j'ai beaucoup d'estime pour ceux qui ont des diplômes, je sais ce que c'est puisqu'ayant moi-même diplômé d'une grande université française mais je combats ce préjugé qui consiste à qualifier quelqu'un de nul parce qu'il n'a pas de diplôme ou n'a pas fréquenté de grandes universités, ou inversement ovationner un nul parce qu'il possède un titre universitaire.

Pour conclure son article, Alfred Valentin met Wyclef Jean au défit de répondre à quelques questions de culture générale. Pourquoi poser des questions de culture générale a Wyclef et non pas aux autres candidats? Parce qu'en tant que chanteur hip hop, il serait présumé débile. Malheureusement ces questions ne sont qu'un écho aux vieux clichés démodés qui hiérarchisent les individus en fonction de leur milieu socioculturel. On peut être chanteur hip hop et pas con. Ou mieux, on peut être superstar du hip hop et cultivé. Il n'y a pas de lien de cause à effet. De plus, pensez-vous que l'actuel président René Préval puisse répondre à vos questions? Considérez-vous ce dernier comme un intellectuel, un homme intelligent et cultivé ayant l'étoffe d'un chef d'état?

Moi aussi j'ai des réserves sur le personnage Wyclef, je me pose des questions sur sa candidature, mais mes interrogations ne sont pas le relais des préoccupations d'un petit clan qui ne cesse de nous cantonner depuis deux siècles la magnificence de la culture et de la langue française comme seule voie de salut.



Guy Ferolus

_______________________________
La candidature de Wyclef Jean : j'accuse les intellectuels haïtiens PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Alfred Valentin
Mardi, 17 Août 2010 07:23

Comme la majorité de nos compatriotes, je suis attentivement l'affaire de la candidature de Wyclef Jean. Le 5 août 2010 dernier, j'avais également suivi l'émission spéciale que le Larry King Show avait consacré à Haïti en général et à la candidature de Wyclef Jean, en particulier. Quelques réactions sur cette comédie pour lesquelles j'accuse directement les intellectuels haïtiens.

Pourquoi, le 5 août dernier, Wyclef Jean a-t-il préféré annconcer officiellement sa candidature sur une chaîne de télévision étrangère au lieu de le faire sur un média haitien? La réponse est simple: l'individu est complexé. Il sous-estime ce peuple même qu'il pretend aimer et pour qui il veut être le " Moïse des temps modernes ". Il aurait dû le faire dans n'importe quel média national - (Radio Métropole, Signal FM, Télé Nationale, Telemax (sa prope chaîne), etc. -, puis il pourrait accorder une entrevue à n'importe quel média étranger, dont CNN, Radio Canada, Le Droit, France 2 et d'autres.

En fait, quelle langue Wyclef Jean parle-t-il ? Il ne parle ni le français, ni le créole, nos deux langues officielles. Je m'imagine une conférence de presse conjointe entre Nicolas Sarkozy et son homologue haïtien. Comme on va nous tourner en ridicule, comme on l'avait fait l'année dernière à la suite de l'entrevue que son compère Shaba de Dyakout Mizik avait accordée à RFI. Le pire, c'est que, Wyclef ne parle pas vraiment bien l'anglais. Bien sûr, il parle la langue de la rue puisqu'il a grandi dans le pays, mais il en ignore les règles les plus élémentaires. J'en veux pour preuve les deux phrases « I don't hear nothing » et le « Young youth of Haiti » qu'il a données à Wolf Blitzer au cours de l'interview de jeudi soir dernier. En fait, ce n'est pas grave, car, selon ses dires, nous devons tous parler l'anglais en Haïti, surtout que, continue-t-il, « ceux qui parlent le français n'ont rien fait pour le pays pendant plus de 200 ans». Cette déclarattion a été une bonne paire de giffle au visage des intellectuels. Qui pis est, pas un seul d'entre eux n'a osé donner une réplique au chanteur de hip hop. Qui ne dit mot, consent. De toute façon, je m'imagine déjà la fin totale des choses culturelles dans le pays. D'ailleurs, Wyclef ne connaît rien de rien de la culture haïtienne, rien de notre musique, de notre littérature, de notre peinture. Il ne connaît même pas notre Histoire, à part les noms de Toussaint, de Dessalines et de Christophe qu'il connaît, sans pouvoir parler même superficiellement de la politique d'un seul de ces anciens héros.

Wyclef a tout d'un narcissique et d'un mégalomane. Tout se tourne autour de lui. Monsieur aime son nom. Il l'a cité au moins dix fois en moins de trente minutes, sans compter les « I » (moi). C'est ce qu'on appelle " culte de la personnalité ". Imaginez-vous ce type devenir président du pays ? D'ailleurs, il pense que tout le monde a peur de lui. Au cours d'une entrevue à l'émission floridienne « Bonjour Haïti » le 4 août dernier, il a demandé aux autres candidats de ne ni « trembler » ni de « paniquer » parce que « Wyclef est candidat… » Donc, il est sûr de lui, sûr de son messianisme. Ensuite, il ne cesse de rappeller au président René Preval qu'il avait voté pour lui lors des dernières élections présidentielles. Cela signifie que M. Préval doit lui retourner l'ascenseur.

Dans cette affaire de Wyclef, je crois que la presse, si elle n'est pas corrompue et ne reçoit pas de pourboires du chanteur, doit jouer son rôle de façon sérieuse. Car en fait, nous ne connaissons pas vraiment Wyclef. On le voit à la télé, on l'applaudit, et c'est tout ! Il est du devoir de la presse de former et d'informer le public ! Qui connaît la vie de Wyclef Jean avant sa célébrité avec le groupe « Fugees » ? A part du musicien, qui connaît d'autres aspects de la formation de Wyclef ? Qui connaît ses idéologies ? Il est arrivé aux Etats-Unis à l'âge de 9 ans. Ce serait bien qu'il dise de quel " high school " (Lycée) a-t-il reçu son diplôme de fin d'études secondaires entre 1990 et 1992 (car il est né en octobre 1972)! Puisqu'il a grandi dans une ville où le taux d'abandon scolaire est très élevé, il est bien de savoir si, au moins, Wyclef a bouclé ses études secondaires !

Ensuite, Wyclef a souvent tendance à exagérer les faits. Il a déclaré qu'il ne pouvait pas demeurer « pendant cinq ans consécutifs dans le pays » à cause de ses obligations en tant qu'ambassadeur de bonne volonté. Cela ne tient pas. Préval avait nommé Wyclef à ce poste (ce qui était une grave erreur) en avril 2007, donc trois ans de cela. Il a également affirmé avoir fréquenté Berkeley. Etait-ce dans le cadre d'un programme régulier pouvant se déboucher sur une licence (BA ou BS)? Ou bien, fréquentait-il cette institution dans le cadre d'un programme spécial? Certaines universités n'ont aucun probleme à accepter qu'une superstar suive des cours à titre d'auditeur ou de participer à un programme spécial pouvant déboucher sur un certificat de participation. Certaines universités pourraient même offrir une chaire d'enseignant à une superstar de la trempe de Wyclef, s'il en avait les compétences, pour dispenser des cours de musique hip hop.

L'idée, ce n'est pas d'agir avec méchanceté avec « L'Honorable Ambassadeur », mais tout ce qu'on réclame de lui c'est de prouver qu'il a le minimum pour diriger une nation aussi importante que la nôtre. On ne s'adresse pas à la vedette Wyclef qui va se présenter sur une scène musicale. L'on se trouve plutôt en présence d'un éventuel chef d'Etat, ce qui n'est pas une plaisanterie. Il veut faire croire que nous questionnons ses capacités parce qu'il « parle le créole comme nous, et que l'ancien président Bill Clinton ne l'aurait jamais fait ». En tenant ce genre de lagage codé, il n'entend qu'à simplement diviser davantage la société haïtienne. Avait-on questionné les capacités intellectuelles de Jean-Bertrand Aristide, qui parle le créole (le français et l'anglais) beaucoup mieux que lui? Les journalistes ont donc pour devoir de le questionner sur des choses sérieuses, telle la gestion de Yele Haiti. Si Sean Penn a le courage de le faire, ils ont pour devoir et obligation de le faire également, cela de façon plus approfondie, car le rôle de la presse est de former et d'informer le peuple en toute objectivité. Autre point : c'est bien que Wyclef Jean n'a jamais renoncé à sa nationalité. Est-ce par pur patriotisme ou bien aurait-il quelque autre empêchement ?

Ensuite, Wyclef a parlé des études de Jean-Claude Duvalier, comparées aux siennes. Il doit comprendre que, qu'il le veuille ou pas, Jean-Claude Duvalier, en tant que fils de président, a grandi dans les couloirs du pouvoir. Alors, gouverner n'était pas difficile pour Baby Doc, car il avait en sa disposition toute la machine de répression de son père dont il ne faisait que continuer à la lettre les œuvres criminelles,avec l'aide d'une « régence » composée de sa mère, de Luckner Cambronne, de Jacques Gracia, de Zacharie Delva, etc. En fait, Wyclef doit constater et analyser les résultats négatifs de la présidence de Duvalier fils.

On dit que Wyclef Jean n'aura pas besoin de l'argent du pays car il en a assez. Cet argument est faible pour plusieurs raisons. Une première : l'homme est un éternel insatisfait. Deux : Dans un gouvernement, il n'y a pas que le président à détourner les fonds. Tous les ministres de Wyclef et ses collaborateurs seront-ils tous des millionaires comme lui ? Nous savons déjà clairement que les amis de Wyclef qui mènent une campagne active pour lui aux Etats-Unis (les King Kino, les Jensen Desrosiers…) sont tous de potentiels ministres ou grands commis de l'Etat. Ces gars sont-ils millionnaires ? Signalons que l'ancien président Aristide avait au moins la décence de ne pas placer King Kino à aucun ministère, à cause du niveau d'étude à peine primaire de ce chanteur.

Ensuite, c'est insensé de vouloir comparer la candidature de Wyclef Jean avec Ronald Reagan et Arnold Schwarzenegger. Ronald Reagan a fait ses études universitaires à Eureka College, dans l'Etat d'Illinois. Il y a obtenu un diplôme en Sciences Economiques et en Sociologie. Il était gouverneur de la Californie. Arnold Schwarzenegger est diplômé de l'Université de Wisconsin. En plus, il est un homme d'affaire réussi et fait partie de la famille politique la plus connu des Etats-Unis : il est le mari de Maria Shriver, une journaliste, fille de Sargent Shriver, un ancien diplomate et d'Eunice Kennedy, sœur du président John F. Kennedy.

Quelques simples questions au candidat « drafted » par les étudiants d'université :

---A quel niveau Wyclef peut-il parler d'une réforme scolaire et universitaire en Haïti ?

---A quel niveau Wyclef peut-il comprendre le fonctionnement des trois branches de pouvoir ?

--- A quel niveau Wyclef peut-il parler de plafond monétaire ?

--- A quel niveau Wyclef peut-il parler de la mémoire d'un Anténor Firmin, d'un Jean Price Mars, d'un Hannibal Price, d'un Louis Joseph Janvier ?

--- A quel niveau Wyclef peut-il parler de la musique haïtienne ?

--- A quel niveau Wyclef peut-il résoudre un conflit entre notre religion traditionnelle et les confessions catholique et protestantes ?

En tout cas, dans cette affaire de Wyclef Jean, nous n'avons qu'à remercier l'élite intellectuelle du pays. « Vous autres intellectuels, vous représentez tout le malheur du pays », comme l'avait si bien dit Pyram dans la pièce " Pèlin Tèt " de Frankétienne. Pourquoi ce même Franketienne et les autres intellectuels et hommes de plume du pays ne parlent-ils pas ouvertement pour faire voir le danger que représente ce Wyclef Jean pour Haïti et pour notre culture? Ils ne le feront pas car ils sont relativement bien lotis. Leurs enfants fréquentent les meilleures universités étrangères. Tremblement de terre ou pas, ils sont bien nourris et ne dorment pas sous des tentes. Ceux qui vivent à l'étranger mènent un style de vie princier, recevant assez souvent des récompenses littéraires qui leur rendent très connus internationalement. Donc, ils feront silence, ne voulant déranger personne. D'ailleurs, la misère du peuple inspire les Dany Laferrière, René Depestre, Frankétienne à écrire des romans pour lesquels ils gagnent beaucoup d'argent. Une comédie comme celle de Wyclef peut inspirer bien de romans et de pièces de théâtres ! Je n'ai rien contre ces hommes. Tout ce qu'on leur demande tout simplement est de prendre une position ouverte sur cette affaire. Ne dites pas que vous défendez le peuple avec votre plume. Cette affaire de Wyclef est une honte pour la nation haïtienne, un danger pour la francophonie et la créolophonie. Wyclef est une victoire sûre pour la cacophonie culturelle. Oui, messieurs les intellecteuls, vous devez faire des déclarations de principe. Vous devez guider le peuple. Vous devez guider la jeunesse du pays. C'est votre devoir ! C'est une honte d'entendre Wyclef Jean déclarer qu'il a été « draft » (sélectionné) par la jeunesse et qu'il a l'appui de la jeunesse estudiandine. C'est une honte !

Je m'attends à voir de ces intellectuels sans vergogne qui accepteront des positions dans une éventuelle administration Wyclef. Ils diront évidemment avoir répondu à l'appel du pays, car ces intellectuels, opportunistes véreux, se diront toujours « être en réserve de la République », selon l'expression de Leslie Manigat. Cela ne nous étonnera pas surtout que, en avril 1971, à la mort de Papa Doc, donc, à l'arrivée au pouvoir de Baby Doc, Hubert de Ronceray, brillant intellectuel, avait écrit un article intitulé : « Un géant s'en va, un génie le remplace ! » - le géant étant François Duvalier, le génie, Jean-Claude Duvalier. Nous n'oublierons pas non plus les bassesses et les acrobaties d'intellectuels tels que René Piquion, Gérard de Catalogne et d'autres.

C'est une honte pour les intellectuels du pays de voir des primaires de la trempe de Wyclef Jean, de King Kino et d'autres encore voulant diriger le pays. C'est une honte pour entendre qu'un Gracia Delva voulant devenir député de Marchand-Dessalines, une ville qui compte tant de gens bien formés ! Et je parie que ce sont ces genres de citoyens sans éducation qui dirigeront le pays pendant longtemps encore. Car ce sont eux qui se présentent toujours à la télévision en moments de crise. Après le séisme, avait-on vu Franketienne, Leslie Manigat, Gérard Gourgue, Rosny Desroches, René Depestre et les autres intellectuels dans les rues pour aider la population ? Dany Laferrière se trouvait en Haïti ce 12 janvier. L'avait-on vu dans les rues pour voler au secours des victimes ? Au contraire, au début d'avril 2010, moins de trois mois après le séisme, Dany Laferrière a écrit un livre sur la catastrophe intitulé « Tout bouge autour de moi ». Au moins, il aurait pû donner au moins un pourcentage aux victimes. On l'a vu plutôt se parader sur des plateaux de télévisions français racontant des histoires les unes les plus idiotes que les autres. Frankétienne, lui, se souciait de sa bibliothèque. Qui avait-on vu dans les rues ? Exactement, ces primaires qui veulent nous diriger ! « Ventre affamé n'ayant pas d'oreilles », la population aura tendance à choisir ces imbéciles qu'ils voient au lieu des gens préparés qu'ils ne voient qu'à la veille des élections. On doit admettre que nos intellectuels sont toujours distants du peuple. Combien de fois Leslie Manigat s'est-il rendu dans un lycée de la capitale ou de nos villes de province pour présenter des cours aux étudiants avides de connaissance ?

Ces intellectuels doivent comprendre que s'ils ne se montrent pas sensibles à la douleur, à la misère et aux besoins élémentaires du peuple de façon concrète, ils n'obtiendront jamais son vote. Ils doivent changer de stratégie, s'ils ne veulent être pas dirigés par des gens non qualifiés. C'est une honte que Mirlande Manigat, une dame bien formée, l'une des rares de la liste de la trentaine de candidats vraiment qualifiée pour diriger le pays, sera battue aux urnes par quelqu'un qui ne peut être ni son élève ni l'élève de son mari ni l'élève de sa fille. Toute la faute est à son mari, Leslie François Manigat. Si Wyclef Jean gagne ces élections, le professeur doit se résigner à donner sa bibliothèque à des jeunes, car il semble que ce politologue n'a jamais lu les livres qu'il a lui même écrits ni ceux auxquels il fait souvent référence. Où sont les Laennec Hurbon, Jean Métellus, Dany Laferrière, Gary Victor... Prenez vos plumes. Ces intellectuels ont même peur de citer le nom de Wyclef Jean. Si on doit le critiquer, on le fait de façon voilée. Il a bien raison de leur demander de ne pas « paniquer ». Quelle giffle !

C'est une honte de voir Sean Penn défendre le pays alors que nos intellectuels, eux, se taisent. Je vais mourir de rire lorsque les Manigat, Gourgue, Frankétienne et autres appeler Wyclef Jean « Monsieur le président de la République ». Je parie que plus d'un de ces flatteurs professionnels vont monter au créneau pour défendre ces intellectuels. On a besoin de ces derniers, mais ils doivent savoir qu'ils ont une responsabilité sacrée de guider la jeunesse du pays abandonnée aux mains de gens sans formation.

Que Wyclef Jean soit élu ou pas, il bouleversera la politique et la société haïtienne au moins pendant le prochain quart de siècle. Alors, je vous accuse, messieurs les intellectuels !
Mise à jour le Mardi, 17 Août 2010 18:35

____________________________


Suivez-nous sur Twitter

Facebook


Radio Haiti Connexion

No comments:

Featured Post

Pages retrouvées:L’Armée d’Haïti : autopsie d’une institution

Par Dr Eddy Arnold Jean 13/10/2011 Comme la race des humains, les institutions ont la vie dure. Celles qui disparaissent au fil de l’hi...