Wednesday, June 8, 2011

A PIED D’ŒUVRE A PETIT GOAVE DANS LA LUTTE CONTRE LE CHOLERA

LA FONDATION DR HENRI GERARD DESGRANGES (FDHGD)

A PIED D’ŒUVRE A PETIT GOAVE DANS LA LUTTE CONTRE LE CHOLERA


Par Jean-Claude Desgranges, MD, FAGS
Président de la FDHGD


HISTORIQUE
La Fondation Dr Henri Gérard Desgranges (FDHGD) organisation à but non lucratif, reconnue par le Ministère de la Planification et de la Coopération Externe, et enregistrée au numéro B-0284, fu

t créée en 1993, suite au décès prématuré de l’éminent chirurgien, le Docteur Henri Gérard Desgranges, un authentique fils de la cité de Faustin Soulouque. L’un des ses rêves les plus chers était de créer un centre medico social dans sa ville natale, mais le destin en a décidé autrement. En effet, le Dr Henri Gérard Desgranges est mort en Afrique, plus précisément en Guinée Equatoriale, à la lisière de la cinquantaine, sans avoir vu naitre ce projet qui lui tenait tant à cœur. C’est donc pour concrétiser son rêve et perpétuer sa mémoire que la Fondation Dr Henri Gérard Desgranges a été créée par les membres de sa famille et implantée à Petit Goâve, sa ville natale.

MISSION

Dans sa charte fondamentale, la Fondation Dr Henri Gérard Desgranges (FDHGD) s’est attribuée pour mission de se mettre au service de la collectivité pour aider les citoyens non pas à survivre, mais plutôt à vivre dans la dignité. C’est pour cela qu’au fil des années, elle a précisé son orientation, dépassant le cadre de l’assistance purement humanitaire pour mettre le cap vers le développement durable.

PARTENARIAT & COLLABORATION INTERINSTITUTIONNELLE

Pour mener à bien ses interventions, la Fondation Dr Henri Gérard Desgranges (FDHGD) compte sur la collaboration et l’apport réguliers, sinon constants, de diverses institutions partenaires tant au niveau local qu’international.
Ce volet d’activités se déroule sous la houlette de Tania Desgrottes, jeune et dynamique médecin, digne héritière du savoir faire de son oncle, le Docteur Henri Gérard Desgranges, fille du Docteur Schiller Desgrottes et de Maryse Desgranges Desgrottes, son épouse. D’un dynamisme hors pair, Tania constitue le véritable moteur des activités de la Fondation DHGD sur le terrain. Elle y apporte en plus de ses connaissances dans le domaine médical, le souffle nouveau des technologies modernes qu’elle utilise à bon escient dans son rôle de Directrice Administrative de la Fondation.

Des images de la Fondation DHGD à l’œuvre sont disponibles sur l’Internet à l’adresse suivante: http://www.youtube.com/watch?v=09dKZffg5wk

Parmi nos institutions partenaires, nous pouvons citer, entre autres, Médecins Sans Frontières (MSF), PROFAMIL, Interfaith Medical Center, Samaritan Purse, le Courtney Group, l’Université de Los Angeles en Californie (ULCA,) Japan Platform et ICA Japan, Floating Doctors, une ONG basée en Californie, International Medical Health, Médecins du Monde-Espagne, Canaan Ridge School de Californie, C.O.O.L School, de Malibu Californie, Plenty.org et Pote Kole, une organisation récemment créée par de jeunes Haïtiens vivant aux Etats Unis.

Le Centre Medico Social HGD dispose maintenant d’une ambulance. En effet, Peter Schweitzer et Robert Reifel de Plenty.org ont contribué à l’achat de ce précieux véhicule désormais au service de la population cible de la Fondation DHGD. L’organisation International Medical Health a également contribué à l’achat de cette ambulance et en a assuré le transport jusqu’en Haïti. Grace à leur généreux support, la Fondation HGD peut maintenant assurer le transport des malades en cas d’urgence.

De nombreux philanthropes, étrangers en grande majorité, ont également apporté une généreuse contribution aux œuvres caritatives de la FDHG au grand bénéfice de la population de Petit Goave et de ses environs. Qu’ils reçoivent ici l’expression de notre plus profonde gratitude.

DOMAINES D’INTERVENTIONS
Pour accomplir sa mission, la Fondation Dr Henri Gérard Desgranges (FDHGD) concentre ses interventions autour de deux axes principaux : l’Education et la Santé. Cette approche est à l’origine de deux grandes initiatives : la création de l’Ecole Village Lucina (EVL) qui dispense une éducation de qualité à un cout tout à fait symbolique, de la 1e à la 7e année fondamentale et la mise sur pied du Centre Médical Henri Gérard Desgranges dont les activités feront essentiellement l’objet de notre communication d’aujourd’hui.

LE CENTRE MEDICAL HENRI GERARD DESGRANGES
Concrétisant le rêve de leur ainé, ce modèle qui inspire et guide leurs actions, les Promoteurs de la Fondation Dr Henri Gérard Desgranges (FDHGD) inaugurèrent, pendant l’été de l’année 1998, le Centre Medico Social HGD. En plus des soins de santé, la population de la zone bénéficie également de séances de formation autour de thèmes liés à l’hygiène, la santé reproductive, la santé materno infantile et la nutrition. Des distributions de vitamines, de suppléments alimentaires et de produits de première nécessité sont organisées sur une base ponctuelle, selon les disponibilités.

Engagée, depuis sa création, dans une dynamique d’amélioration continue, la FDHGD entreprend constamment des travaux d'aménagement et de modernisation de ses structures en vue d'offrir de meilleures conditions de travail tant aux prestataires qu’aux bénéficiaires de ses services. Les responsables de la Fondation nourrissent l'espoir de transformer le centre de santé DHGD en une institution sanitaire d'avant-garde, dotée d’équipements et de matériels modernes pour offrir une plus vaste gamme de soins et services a un plus grand nombre de patients.

Outre les services réguliers offerts à la population, le Centre HGD intensifie ses activités lors des grandes catastrophes et épidémies qui affectent la région. C’est ainsi qu’au lendemain du 12 janvier 2010, ses structures n’ayant pas été affectées par la fureur du séisme, le centre a servi de point de ralliement pour venir en aide aux victimes. Vu l’affluence de patients en quête de soins après cette catastrophe, des tentes ont été aménagées sur la cour de l’immeuble pour augmenter la capacité de réponse face à cette urgence.

PARTICIPATION DE LA FONDATION DR HENRI GERARD DESGRANGES (FDHGD) A LA LUTTE CONTRE LE CHOLERA



Le 21 octobre 2010, soit deux jours après l'apparition des premiers cas dans la région de l'Artibonite, l'épidémie de choléra était officiellement déclarée en Haïti. Elle s'est vite propagée sur l'ensemble du territoire. Selon le dernier bilan présenté par le MSPP en date du 3 mai 2011: “Depuis le début de l’épidémie de choléra en Haïti (19 octobre 2010), 293,470 personnes ont été infectées et traitées, 158,214 personnes ont dû être hospitalisées et 4,954 personnes sont décédées ».

Il n’est pas superflu de rappeler que le choléra est une infection diarrhéique aiguë provoquée par l’ingestion d’aliments ou d’eau contaminés par le bacille Vibrio choléra. Après une courte période d’incubation, il entraîne diarrhées et vomissements, puis une déshydratation qui peut être fatale, le décès du patient pouvant subvenir en quelques heures, faute de soins.


Les épidémies de choléra font leur apparition surtout dans les milieux présentant plusieurs facteurs de risque: densité de la population, promiscuité, insalubrité, absence d’infrastructure de base, mauvaises conditions d'hygiène, problèmes d'assainissement et manque d'accès à l'eau potable. La maladie se caractérisée par la survenue brutale d’une diarrhée aqueuse (eau de riz), d’odeur fade, avec des vomissements abondants «en jet», entraînant une déshydratation rapide et sévère. L’essentiel du traitement d’un malade atteint du choléra réside donc essentiellement dans sa réhydratation, orale ou intraveineuse selon le degré de déshydratation. Il est en effet urgent de réhydrater l’individu, car il perd beaucoup de liquide qu’il faut lui restituer le plus rapidement que possible.

La Fondation Dr Henri Gérard Desgranges (FDHGD) n’est pas restée insensible au désarroi de la population de Petit Goave et des zones avoisinantes également frappées par cette épidémie combien virulente. Ainsi, dès le mois de novembre 2010, une fructueuse collaboration s’est établie avec Médecins du Monde – Espagne et, en partenariat avec cette institution, un Centre de Traitement du Cholera (CTC), a été mis sur pied sur le site de la Fondation.

Ce CTC, doté de matériels et d’équipements appropriés, abritait cinquante (50) lits et fonctionnait sans relâche, sept jours par semaine, fournissant des soins gratuitement aux victimes du choléra. Les patients y restaient entre 2 à 4 jours en moyenne pour recevoir un traitement adéquat, à la diligence d’un personnel médical qualifié et dévoué, ce qui permit de réduire à 1% le nombre de décès dus au cholera dans la région. Ce centre a fermé ses portes au cours du mois d’avril 2011, car les cas de choléra devenaient de plus en plus rares.

L’épidémie de cholera, en effet, avait connu un net ralentissement à l’échelle du pays. Cependant, d’après les autorités sanitaires, une recrudescence inquiétante de l’épidémie a été enregistrée au cours des dernières semaines. Le Département de l’Ouest, notamment des communes proches de la capitale, semblent les plus touchées. Les victimes se comptent déjà par milliers et des dizaines de personnes seraient décédées.

Au coeur de cette saison pluvieuse et à l’aube de la saison cyclonique, la Fondation Dr Henri Gérard Desgranges (FDHGD) tire la sonnette d’alarme pour appeler la population à redoubler de vigilance. L’efficacité de la vaccination contre le choléra n’étant pas encore établie de façon absolue et sa disponibilité en Haïti pas encore évidente, la Fondation DHGD préconise l’intensification des initiatives de sensibilisation et des mesures de prévention, car le meilleur moyen de freiner à court terme la propagation du choléra reste et demeure la prévention. Nous tenons à insister particulièrement sur la nécessité de bien laver les fruits - les mangues notamment - et de bien cuire les aliments avant de les consommer.

Les mesures d’hygiène et d’assainissement fortement recommandées par la Fondation DHGD incluent la désinfection (avec du chlore) des habitations, literies, brancards, ustensiles de cuisine, vêtements, véhicules de transport, latrines utilises par une personne atteinte du choléra. Ces mesures sont indissociables de l’approvisionnement en eau potable en quantité satisfaisante, l’élimination appropriée des excrétas, l’évacuation, voire le traitement des eaux usées et l’amélioration des conditions d’hygiène générale et individuelle.

A part la stricte application des mesures de prévention, nous savons tous que le niveau de la couverture sanitaire d'un pays est un déterminant essentiel dans le contrôle d'une épidémie et dans son extension. La réouverture des Centres de Traitement du Choléra (CTC), y compris celui implanté sur le site de la Fondation DHGD, s’avère donc urgente non seulement pour assurer la prise en charge des malades dans un milieu adéquat mais aussi parce qu’il est indispensable de les isoler jusqu'à leur guérison complète pour limiter le risque de propagation de la maladie au sein de la population.


Ceci est un appel pressant aux autorités sanitaires nationales et internationales. La Fondation Dr Henri Gérard Desgranges (FDHGD) en appelle également à la conscience et à l’action de tous les citoyens Haïtiens, persuadée que par l'engagement, la détermination et la collaboration conjugués de tous les fils de notre pays nous arriverons à endiguer le choléra et toutes les maladies liées à une mauvaise gestion de l’environnement et à la précarité des conditions de vie de la population. C’est le devoir de chaque Haïtien, de l’intérieur et de la diaspora, d’y apporter une patriotique contribution.

Port-au-Prince, le 3 juin 2011

Jean-Claude Desgranges, MD, FAGS
Président de la FDHGD
www.http://hgdfoundation.wordpress.com

______________________________________________



________________________________________________

Suivez-Nous sur Twitter

Facebook

Blog de Haiti Connexion

Radio Haiti Connexion


Haiti Connexion Network: Le réseau de plus de plus de 50000connectés

No comments:

Featured Post

Pages retrouvées:L’Armée d’Haïti : autopsie d’une institution

Par Dr Eddy Arnold Jean 13/10/2011 Comme la race des humains, les institutions ont la vie dure. Celles qui disparaissent au fil de l’hi...